Acheter une BMW 325i E30 (1985 - 1992)

Stéphane Schlesinger le 03/11/2022

Longtemps délaissée, la Série 3 E30 connaît depuis quelques années un fabuleux regain d'intérêt, qui va en accélérant encore, particulièrement en 325.

Partagez

réagir

BMW 325i E30 (1985 - 1992)

Grâce à la Série 3 de première génération, codée E21 et présentée en 1975, BMW a vu ses ventes progresser de façon conséquente. Ce modèle devient dès sa sortie le cheval de bataille de la firme bavaroise, et au terme de sa carrière il se sera vendu à plus de 1,3 million d'exemplaires. Du jamais-vu à Munich ! Du coup, quand il s'agit de remplacer cette Série 3, BMW ne prend aucun risque.

La E30 qui lui succède, présentée fin 1982, lui ressemble diablement. À une époque où l'ultramodernité est à la mode, l'auto se signale par ses pare-chocs vieillots, en métal, ornant des lignes très conservatrices. Ironiquement, elles ont été tracées sous la direction de Claus Luthe, auteur de l'avant-gardiste NSU Ro 80. Techniquement, il en va de même : cette propulsion reçoit à l'avant des jambes de force, et à l'arrière des bras obliques, exactement comme sa devancière. Par bonheur, sous le capot, le fameux 6-en-ligne M20 est de la partie, mais uniquement sur les 320i et 323i, celle-ci offrant 139 ch puis 150 ch en 1984. Les performances sont jugées sévèrement, d'autant que, économies d'énergie oblige, la boîte est longue.

Le constructeur entend les critiques et, en 1985, présente une bien intéressante 325i. Son M20, poussé à 2,5 l, s'équipe d'une injection électronique à coupure d'alimentation en décélération et développe 171 ch. Les performances effectuent un bond en avant, le maxi grimpant de 200 km/h à 217 km/h, pour un 0 à 100 km/h effectué en 8,3 s. Le prix de base est plutôt élevé : 130 000 F, soit 36 500 € actuels selon l'Insee. Surtout que la direction assistée reste optionnelle ! Cela dit, les jantes en alliage, le béquet arrière et les vitres teintées (électriques à l'avant) sont de série. Par ailleurs, on peut rendre la 325i assez sportive en optant pour le différentiel à glissement limité (3 044 F), ou encore les sièges avant sport (3 940 F). D'autant que BMW a modifié les réglages de suspension et abaissé l'assiette de 2 cm, au bénéfice de l'efficacité dynamique.

Cette variante désirable renforce le succès de la Série 3 E30, qui se vend mieux que l'E21. Plus que la découvrable signée Baur révélée en 1983, la variante à 4 portes, présentée en 1984, n'y est pas étrangère. Et le cabriolet qui apparaît en 1986 ne fait qu'entériner cet état de fait, tout comme la variante 325iX à quatre roues motrices cette année-là. Pourtant, la concurrence ne reste pas inactive : la Mercedes 190 E, lancée presque simultanément à la Série 3 E30, se dote d'une version 2.6 à 6-cylindres pour contrer la 325i, alors que Ford dégaine en 1987 une variante à quatre portes de sa très radicale Sierra Cosworth, sans oublier l'Alfa Romeo 75 V6.


Mais la BMW continue son bonhomme de chemin. Fin 1987, intervient un restylage judicieux : des boucliers remplacent les pare-chocs métalliques, les feux arrière grandissent, l'équipement s'enrichit, mais le 2,5 l n'évolue pas. Un break Touring débarque en 1988, qui joue plus sur le style que sur le volume utile, suivi, en fin de cette année-là, d'une 325iS, créée par l'importateur français. En fait, il s'agit d'une 325i configurée pour les puristes : boîte sport, autobloquant, suspension abaissée M Technic, sièges et volant sport et jantes BBS de 15 pouces. 342 unités seront écoulées : c'est la plus séduisante des Série 3 E30, à l'exception de la mythique M3. Et encore ! La “petite” BMW poursuit tranquillement sa carrière en berline jusqu'en 1991, année où apparaît l'E36 qui va progressivement la remplacer. Les derniers breaks Touring E30 seront vendus en 1992.

Longtemps délaissée, la Série 3 E30 connaît depuis quelques années un fabuleux regain d'intérêt, qui va en accélérant encore, particulièrement en 325. Les passionnés apprécient l'aspect très traditionnel voire vintage de la voiture, allié à un moteur d'anthologie et une très belle endurance générale. Un véritable concentré de BMW, qui se déniche dès 14 000 € en berline (3 ou 5 portes) et 16 000 € en Touring. Le cabriolet demandera 18 000 € au bas mot, et la 325iS quelque 25 000 € au minimum.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat BMW

BMW 335i (E90) (2006 - 2011)
BMW 335i (E90) (2006 - 2011)
BMW M3 E36 (1992 - 1999)
BMW M3 E36 (1992 - 1999)
BMW M4 F82 (2014 - 2020)
BMW M4 F82 (2014 - 2020)
Tous les guides d'achat BMW

Avis des propriétaires

Commentaires