Acheter une BENTLEY Continental GT II (2011 - 2018)

Stéphane Schlesinger le 01/09/2022

Si elle ressemble énormément à sa devancière, la Continental GT de seconde génération est nouvelle... et beaucoup plus fiable !

Partagez

réagir

Tout change pour que rien ne change

BENTLEY Continental GT II (2011 - 2018)

Lancée en 2003, la Continental GT initiale a remporté un succès jamais vu chez Bentley. Sa haute technologie héritée de VW (4 roues motrices, moteur W12), sa ligne, son luxe et son prix étonnamment bas pour le constructeur ont convaincu une large clientèle : environ 35 000 ventes. La gamme, très étoffée (coupé, berline, cabriolet, versions sportives) a contribué à ce résultat. Aussi, quand il s'est agi de remplacer la Continental, on l'a profondément refondue au lieu de casser le moule. Quand elle apparaît au Mondial de Paris en 2010, les différences ne sont pas flagrantes. Et pourtant ! Tous les panneaux de carrosserie sont nouveaux. Si la structure ne change guère, pas plus que le moteur (celui-ci gagne cependant 15 ch pour atteindre 575 ch), la transmission intégrale est désormais plus typée propulsion, envoyant 60 % du couple à l'arrière. La boîte auto ZF à 6 rapports demeure de la partie. La suspension, revue, adopte des voies élargies, tandis que l'habitacle évolue comme la carrosserie : subtilement. Le poids baisse légèrement, mais reste colossal : 2 320 kg. Le prix ? 184 902 €, soit 203 600 € actuels selon l'Insee. C'est énorme dans l'absolu, mais peu pour ce type d'engin. Seulement, en 2012, la Continental adopte un “petit” V8 4,0 l de 500 ch (d'origine Audi), plus agréable que le W12. D'autant que malgré sa cavalerie inférieure, il se montre à peine moins performant. Comme la V8 se dote de trains roulants affûtés, Bentley la présente comme plus sportive. Le prix (170 700 €) et la consommation étant moindres (gain de 5 l pour une moyenne de 14 l/100 km), cette version prend le pas sur la W12 côté ventes. En 2012 apparaissent aussi le cabriolet GTC et la surpuissante Speed (625 ch), puis en 2014 la V8 S, forte de 528 ch. En 2017, la Supersports pousse la plaisanterie jusqu'à 710 ch. En 2018, cette deuxième génération de Continental cède la place à une troisième, entièrement nouvelle cette fois. Elle a bénéficié d'une pléthore de retouches au fil des ans, qu'il serait fastidieux d'énumérer ici. Toutes les variantes se signalent par un luxe total, un confort impérial, une tenue de route imperturbable quelles que soient les conditions météo et des performances monstrueuses. On peut parfaitement se contenter de la V8 !

Fiabilité

Si la première génération de Continental GT a connu une avalanche d'avaries le plus souvent électriques, la deuxième se montre extrêmement fiable. Ses soucis principaux concernent simplement les capteurs de pression des pneus et les biellettes de barre stabilisatrice avant. Mais l'entretien reste cher.

La cote

En s'en tenant à 80 000 km, la Continental GT débute à 80 000 €, en V8 ou en W12. La Speed réclame une rallonge de 14 000 €, et les cabriolets de 10 000 € environ. Quant à la Supersports, elle demande un minimum de 200 000 €, même si on l'importe, à cause, bien sûr, du malus CO2. La baisse a donc été colossale, mais elle semble désormais ralentie. Elle dépend surtout du kilométrage, les modèles de plus de 100 000 km pouvant s'afficher à 70 000 €.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat BENTLEY

BENTLEY CONTINENTAL GT
BENTLEY CONTINENTAL GT
BENTLEY Continental GT MK1
BENTLEY Continental GT MK1
BENTLEY Continental Flying Spur (2005 - 2012)
BENTLEY Continental Flying Spur (2005 - 2012)
Tous les guides d'achat BENTLEY

Avis des propriétaires

Commentaires