Acheter une ALPINE A610 TURBO V6 (1991 - 1995)

Stéphane Schlesinger le 17/09/2020

Succédant à la GTA, l'Alpine A610 en corrige la plupart des défauts pour devenir une excellente sportive... qui ne se vendra pas.

Partagez

réagir

Valeur à suivre

ALPINE A610 TURBO V6 (1991 - 1995)

L'erreur initiale de Renault a certainement été d'accoler son nom à celui d'Alpine. Comment vendre des voitures de sport chères sous un blason roturier ? La carrière de l'A310 puis de l'ambitieuse GTA, sa descendante apparue en 1985, s'en est ressentie. En 1990, la Régie comprend - enfin - son erreur et redonne à Alpine son indépendance patronymique. Mais il est trop tard, car dans l'esprit des gens, les deux noms sont trop intimement liés. Il faut dire aussi que la GTA est affublée d'un cockpit au design et à la finition très typés Super 5, donc absolument indignes du rang auquel elle prétend. Ainsi, malgré ses qualités, dont une aérodynamique exceptionnelle, ce coupé 2+2 à moteur arrière ne trouve pas son public. Il est vrai aussi que son comportement routier, sans être dangereux, est imparfait. En 1991, il subit une profonde refonte qui lui vaudra une nouvelle appellation. La GTA devient A610. La puissance bondit de 200 à 250 ch, grâce à un V6 PRV passant de 2,5 l à 3,0 l. La structure même de l'auto est revue, gagnant en rigidité. En effet, l'A610 prend comme base non pas la GTA française mais celle développée pour les USA, marché où elle ne sera jamais vendue... Ses projecteurs rétractables, sa structure avant et ses portières renforcées viennent de là. En revanche, les trains roulants optimisés lui sont spécifiques, de même que l'habitacle redessiné. Du tout bon ? Sur le papier oui, mais dans les faits, l'A610 demeure bien trop proche de sa devancière d'un point de vue esthétique pour ne pas pâtir de sa mauvaise image. De plus, la finition, malgré ses gros progrès, n'est toujours pas au niveau. En outre, le prix s'est envolé : 405 000 F, soit 92 000 € actuels ! C'est toujours nettement moins cher que pour une Porsche 911 Carrera 2 et une Venturi 260, deux modèles que l'Alpine affronte sans aucun handicap tant du point de vue des performances que de l'efficacité dynamique. Capable de plus de 260 km/h en pointe, la dieppoise dispose en effet de quelques arguments sportifs. Mais la clientèle veut - déjà - un rapport prix/prestige que l'Alpine ne peut offrir. Résultat, malgré d'excellentes critiques de la presse spécialisée, la GT française ne rencontre pas son public.

Le constructeur tente bien d'enrayer cette spirale de l'échec avec les séries spéciales Albertville 92 et Magny-Cours, mais en vain. C'est d'autant plus rageant que Renault, en tant que motoriste, connaît bien des succès en Formule 1 sous son nom. Du coup, ce sont les voitures estampillées du losange qui en récoltent les bénéfices médiatiques, et non Alpine : dommage de n'avoir point fait le choix de la marque de Dieppe pour le retour en Grand Prix ! Fin 1995, l'A610 disparaît, produite à 818 exemplaires, entraînant avec elle la mise au placard d'Alpine.

On redécouvre un peu cette Alpine, performante, pleine de caractère, fiable et autrement plus rares que la sempiternelle 911. Comptez 35 000 € pour un bel exemplaire, à fort kilométrage, et 10 000 de plus pour que celui-ci revienne vers les 100 000 km. La cote est en hausse.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat ALPINE

ALPINE A610
ALPINE A610
ALPINE GTA / A610 (1984 - 1995)
ALPINE GTA / A610 (1984 - 1995)
ALPINE A310 (1971 - 1984)
ALPINE A310 (1971 - 1984)
Tous les guides d'achat ALPINE

Avis des propriétaires

Commentaires