Salon du Cabriolet & du Coupé 2004

Compte rendu

Gilles Bonnafous le 03/04/2004

Le salon du cabriolet et du coupé est porté par la vague et la vogue actuelle des cabriolets, dont l'engouement doit beaucoup à la formule du coupé-cabriolet à toit escamotable.

Morosité ? Quelle morosité ? On peut poser la question vu l'enthousiasme qui a saisi le marché pour les voitures découvertes. Une bonne nouvelle qui apporte un coin de ciel bleu dans un contexte il est vrai pas toujours rose.

Compte rendu Compte rendu

Le salon du cabriolet et du coupé se trouve ainsi porté par la vague et la vogue actuelle des cabriolets, dont l'explosion de l'offre se vérifie à tous les niveaux de gamme. Le secteur bat des records de ventes avec une progression de 16,7% en 2003. Autre tendance observée, la féminisation de la clientèle, qui fait qu'un acheteur sur deux est aujourd'hui une femme. Un phénomène très important pour l'avenir.

Manifestement, cet engouement doit beaucoup au coup de fouet apporté par la formule du coupé-cabriolet à toit escamotable grâce à laquelle on a deux voitures pour le prix d'une… Née dans les années trente avec les Peugeot 401, 402 et 601 Eclipse de Georges Paulin et Marcel Pourtout, cette technique a été remise au goût du jour par Mercedes en 1996 avec le SLK. Depuis, on assiste à une floraison de modèles de ce type encouragée par le succès international de la petite Peugeot 206 CC. Une réussite aisément explicable.

Outre qu'il épargne les nombreux inconvénients inhérents à la capote, le coupé-cabriolet permet de conjuguer joies du grand air avec sécurité et confort. Il offre ainsi une remarquable polyvalence. De plus, les ingénieurs et les stylistes ont réussi à résoudre le problème de la partie arrière gonflée par le logement du toit. Ce défaut esthétique, dont souffre la 206 CC, appartient (presque) au passé, notamment grâce au toit divisé en trois éléments. Aujourd'hui, la majorité des marques est venue au coupé-cabriolet et les prévisions de ventes pour les années à venir s'avèrent des plus optimistes.

Tous les constructeurs ou presque sont représentés cette année à la Porte de Versailles, qui exposent de multiples nouveautés. En particulier les premières françaises de modèles vus sur les salons étrangers au cours des derniers mois, notamment à Genève. Les visiteurs pourront découvrir l'Aston Martin DB 9 GT, la Mini cabriolet, le Chrysler PT Cruiser cabriolet, le coupé Alfa Romeo GT ou la Daihatsu Copen (coupé cabriolet). Egalement présentes la BMW Série 6, la Chrysler Crossfire et la cohorte de coupés et cabriolets Mercedes… Et l'on se gardera d'oublier les petites marques comme Morgan, Caterham, Donkervoort, Wiessman, PGO, Ligier, Chatenet, etc.

On sait que le salon du cabriolet et du coupé, singulier lieu de brassage, offre un intéressant cocktail de modèles contemporains et de voitures de collection. C'est même l'une de ses spécificités. Chaque année, la manifestation célèbre une grande marque, son passé et son actualité. Après Lamborghini, Aston Martin, Jaguar et Rolls-Royce, c'est le tour de Maserati de proposer une rétrospective de son histoire glorieuse. Un coup de projecteur qui vient fort à propos pour une marque en pleine ascension depuis qu'elle a entamé sa renaissance dans le giron de son ancienne rivale Ferrari. Le plateau consacré à la marque au trident réunit ses principales GT. Nous y reviendrons.

Enfin, le salon du cabriolet et du coupé ne serait pas ce qu'il est sans la note séduisante de son « cabrio-show ». On se souvient d'ailleurs que la manifestation portait, à l'origine, le nom de «Salon de la Mode et du Cabriolet». Associant le design automobile à la grâce féminine, ce spectacle offre deux fois par jour un défilé de mannequins habillés par cinq couturiers, qui présentent les tendances de leur collection printemps-été 2004. Une trentaine de cabriolets et de coupés, dont dix voitures de collection, participent à cette fête des sens.

Compte rendu Compte rendu

Avis des propriétaires

Commentaires