Salon de Genève 2007

CITROEN C-Crosser

Jean-François Destin le 08/03/2007

Le Citroën C-Crosser fait entrer Citroën dans le segment glamour et tendance des SUV 4X4.

Voir la vidéo en HD

Partageant avec le 4007 de Peugeot la plate-forme et les structures du Mitsubishi Outlander, le C-Crosser fait entrer Citroën dans le segment glamour et tendance des SUV 4X4. Une fois n'est pas coutume, Jean Pierre Ploue, patron du design maison n'a eu à se pencher que sur la face avant pour placer la marque de fabrique.

Le Citroën C-Crosser se distingue par ses boucliers délimitant de larges entrées d'air, des optiques ciselés reliés par un grand double chevron chromé en extension et des passages de roues marqués

A l'arrière se remarquent une découpe étroite de hayon traversant les feux (à diodes), une baguette chromée à la base du dit-hayon et un bouclier relevé pour faciliter l'utilisation en tous chemins.

La silhouette générale est agréable et aérodynamique sans afficher une réelle personnalité. Un traitement cependant assez subtil à mi chemin entre le vrai 4X4 et le break surélevé.

Long de 4.645 m (pour 1.805m de large et 1.67m de haut), le Citroën C-Crosser se retrouve en taille entre les berlines de gamme moyenne et supérieures. L'intérieur que l'on retrouve à l'identique sur le 4007 s'apparente d'ailleurs à celui d'une berline.

Les cadrans cerclés d'aluminium font sport tout comme les sièges avants semi-baquet et le volant gainé de cuir. Le grainage des plastiques de la planche de bord parait flatteur et conçu pour durer. Grâce à un empattement porté à 2.68m, l'habitacle peut accueillir jusqu'à 7 personnes.

Précisons tout de suite que la banquette d'appoint au rang 3 assoira deux enfants sur de courtes distances. Cette banquette à l'avantage, lorsqu'elle n'est pas utilisée, de pouvoir disparaître dans le plancher du coffre. Au rang 2 les sièges s'avancent ou se reculent en fonction du volume de bagages dans le coffre mais on notera que la place centrale manque d'aisance et de confort. La modularité a été travaillée et la capacité du coffre varie de 441 à 1686 dm3.

Au lancement en juillet, le Citroën C-Crosser sera commercialisé avec un seul moteur. Nouveau et dérivé du HDI 173 FAP déjà monté sur C5 et C6, il est issu de la dernière génération des motorisations HDI réalisés en coopération avec Ford. Ce 4 cylindres 2.2l est censé allier brio, souplesse et consommation raisonnable (7,3l en moyenne mixte européenne).

D'inspiration japonaise et assemblé chez Mitsubishi au Japon, ce premier SUV Citroën hérite de trains roulants fidèles aux valeurs de la marque. Composées d'un système Mac Pherson à l'avant et d'un essieu multibras à l'arrière, les suspensions devraient assurer un bon confort sans pénaliser le comportement routier. A noter qu'aux niveaux des roues, Citroën a opté pour des jantes en alliage de 18 pouces équipées de pneus de 225/55 R18.

Compte tenu de son appartenance au segment des SUV, le Citroën C-Crosser dispose d'une transmission à la carte et intelligente. A partir d'une commande unique, le conducteur, en fonction des conditions climatiques et d'adhérence peut opter pour le mode 2WD (traction avant), 4WD (4 roues motrices avec répartition automatique sur les deux essieux) et LOCK (pour une progression plus efficace dans la boue, la neige et le sable).

A 5 mois de la commercialisation, Citroën comme Peugeot ne donne aucune indication sur la fourchette de prix. On peut imaginer qu'elle sera calculée en fonction des tarifs agressifs des rivaux japonais et coréens.

Voir plus de photos

Avis des propriétaires

Commentaires