Salon de Genève 2002

FERRARI 575M Maranello

Jean-François Destin le 01/01/2002

La Ferrari 575 M présentée au Salon de Genève 2002 avait surtout pour but d'augmenter la puissance par un accroissement de la cylindrée. Le V12 passe ainsi de 5.5l à 5.75l pour offrir 515 ch.

Voir plus de photos

Plus de 500 chevaux !

Succédant en 96 à la fameuse 512 TR, la 550 Maranello cédera sa place l'été 2002 à la 575M. Comme sa dénomination l'indique, cette évolution présentée au Salon de Genève avait surtout pour but d'augmenter la puissance par un accroissement de la cylindrée. Le V12 passe ainsi de 5.5l à 5.75l pour offrir 515 ch.

Les 40 chevaux gagnés font encore grimper les performances. Si la vitesse de pointe reste quasiment stable (325 km/h contre 320 km/h), les accélérations profitent de ce meilleur remplissage des 12 cylindres. Il faut 4.25s pour atteindre le 100 km/h. (contre 4,4s auparavant). Mêmes progrès sensibles pour le 400 mètres départ arrêté couvert en 12,3s et le kilomètre en 22s. Les clients qui auront opté pour la boite robotisée F1 avec palettes derrière le volant (un équipement dont ne disposait pas la 550M) peuvent encore espérer grignoter quelques dixièmes (12,25s et 21,9s).

L'autre modification majeure concerne la suspension avec le montage de l'amortissement piloté inauguré sur le Spyder Maserati. Renseigné en permanence par les capteurs placés dans chaque roue, le système agit sur l'assiette de la voiture (en intégrant le roulis et le cabrage) tout en assurant une filtration des à coups et vibrations dus aux mauvais revêtements et aux réactions parfois brutales du conducteur. Les freins ont été renforcés pour tenir compte de l'accroissement des performances. Enfin parmi les équipements montés de série, signalons l'introduction d'un capteur de pression des pneus.

De par son architecture, cette "berlinetta" à moteur avant est considérée par les tifosis comme le modèle le plus mythique de Ferrari. Celui qui parmi ses glorieuse aînées compte notamment les 250 GT et l'inoubliable GTO. Les stylistes de Pininfarina ont donc eu à se repencher avec douceur sur une silhouette qui fait l'unanimité. Pas facile à repérer, les améliorations restent discrètes. Elles touchent le dessin de la prise d'air et le bouclier avant, les optiques (au xénon pour les feux de croisement) , la prise d'air du capot (plus grande) et les jantes (au caractère sportif renforcé).

Les nouvelles prises d'air dynamiques (réclamées par les techniciens pour le refroidissement moteur) contrariant un peu le coefficient aérodynamique, il a été demandé aux designers d'obtenir des compensations sans dénaturer le profil de la voiture. Le travail a donc été réalisé sur les parties non visibles et notamment sur le soubassement. Chaque détail du fond a été traité afin d'engendrer la charge désirée et de diminuer la résistance à l'avancement.

Dans l'habitacle, le conducteur remarquera un regroupement des cadrans dans son champ de vision et une prédominance du compte-tours souligné par une bague métallique. On note encore un nouveau volant, des poussoirs et un levier de la boite en alu brossé, de nouveaux sièges offrant 6 réglages électriques et des nouvelles harmonies dans le traitement des matériaux de décoration.

La Ferrari 575M Maranello devrait être en vente en France à 195.000 € avec la boite mécanique et 203.000 € avec la boite électro-hydraulique F1.

Avis des propriétaires

Commentaires