Salon de Detroit 2008

Salon de Detroit 2008


du 19 au 27 janvier 2008 Flux RSS Salon de Detroit 2008

CHRYSLER ecoVoyager Concept

Vincent Desmonts le 21/01/2008

Ce Chrysler Voyager pas comme les autres fonctionne à l'électricité pour les trajets quotidiens. Mais pour les départs en vacances, il s'offre également une pile à combustible. Dans tous les cas, l'ecoVoyager affiche des émissions zéro !

Voir la vidéo en HD

Ce salon de Detroit est probablement le plus « vert » de toute l'histoire du show américain ! Et les constructeurs US ne sont pas les derniers à prouver leur volonté d'innovation en matière de véhicules écologiques. Chrysler présente ainsi ce concept-car ecoVoyager qui profite de son architecture mécanique peu commune pour faire évoluer la conception que l'on se fait habituellement d'un véhicule familial.

Le Chrysler ecoVoyager est propulsé par un moteur électrique de 200 kW (268 ch) actionnant les roues avant. Ainsi motorisé, il offre une vivacité appréciable, avec un 0 à 60 mph (0-96 km/h) effectué en 8,8 secondes et une vitesse maxi de 185 km/h. Un pack de batteries d'une capacité de 16 kWh est installé dans le plancher-sandwich, autorisant une autonomie de 64 kilomètres. Dans l'absolu ce n'est pas énorme, mais peut suffire aux déplacements quotidiens d'une famille.

Pour les trajets plus longs, le Chrysler ecoVoyager embarque également une pile à combustible en guise de prolongateur d'autonomie. Située elle aussi dans le plancher du véhicule, elle est alimentée en hydrogène par deux réservoirs à haute pression (700 bar) implantés entre les roues arrière. Grâce à elle, l'autonomie avec les réservoirs pleins augmente de 418 km, à 482. Lorsqu'elle est en fonction, elle rejette pour seul « polluant » de la vapeur d'eau. Pas de CO2, pas d'oxydes d'azote, pas d'imbrûlés, et pas non plus de dépendance au pétrole du Moyen-Orient, considéré par bon nombre d'Américains comme un important mode de financement du terrorisme : la propulsion à l'hydrogène se retrouve parée de toutes les vertus ! On en oublierait presque que la vapeur d'eau est un puissant gaz à effet de serre...

Au delà de ces considérations écologiques, le bouleversement de la chaîne cinématique a permis de revisiter l'architecture de l'ecoVoyager. La grande compacité du moteur électrique par rapport à son équivalent thermique et l'implantation des autres composants dans l'épaisseur du plancher ont permis de réduire le porte-à-faux avant et d'utiliser un maximum de longueur utile pour l'habitacle. Extérieurement, l'ecoVoyager affiche d'ailleurs des proportions inhabituelles, avec un porte-à-faux avant plus réduit que celui de l'arrière.
On accède à l'habitacle, baigné de lumière par le toit vitré en deux parties, grâce à des portes s'ouvrant en opposition. L'absence de montant central dégage une large ouverture. A bord, l'ambiance se veut relaxante, avec des formes douces, des teintes gris clair et une ergonomie simplifiée. Le compartiment moteur réduit à sa plus simple expression ont permis d'avancer le poste de conduite, dégageant ainsi une meilleure habitabilité aux places arrière. Contrairement à son lointain cousin produit en série, l'ecoVoyager n'accueille de toutes manières que quatre personnes, dans de somptueux fauteuils chauffants et massants, dotés de réglages électriques.

Si la technologie et l'architecture de ce concept-car sont encore loin de l'application en série, le langage des courbes et des formes instauré par la ligne de l'ecoVoyager pourrait inspirer les futurs modèles de la marque. Affaire à suivre.

Voir plus de photos

Avis des propriétaires

Commentaires