Salon de Detroit 2008

Salon de Detroit 2008


du 19 au 27 janvier 2008 Flux RSS Salon de Detroit 2008

DODGE Zeo Concept

Vincent Desmonts le 16/01/2008

Virile, nerveuse et écolo, la Dodge ZEO incarne une vision de la muscle car du XXIe siècle. Sans V8, mais avec pas mal d'électrons.

Voir la vidéo en HD

Quand on évoque les muscle cars américaines, on pense toujours à Ford et aux Mustang. Pourtant, Dodge a eu aussi son heure de gloire en la matière, avec les Charger et Challenger. Toutes deux eurent même des rôles de choix dans des films devenus cultes : la première dans Bullitt (c'est elle que les « méchants » pilotent lors de la légendaire course-poursuite), la seconde dans Vanishing Point (« Point limite zéro », une fuite éperdue à travers l'Amérique des années 70). C'était la grande époque des muscle cars.
Mais en ces temps politiquement corrects, les voilà mises à l'index : leurs gros V8 gloutons bourrés de chevaux font mauvais genre. Serait-ce la fin d'une épopée ?

« Pas du tout ! », semble rétorquer Dodge en présentant le concept-car ZEO à Detroit, un prototype que le constructeur présente comme « une nouvelle interprétation du concept de muscle car. » La Dodge ZEO troque donc son gros V8 contre un... moteur électrique ! Comme une voiturette de golf ? Pas vraiment ! La Dodge ZEO a beau manger des électrons, elle affiche quand même 268 chevaux au compteur et se targue d'accélérer de 0 à 96 km/h (60 miles à l'heure) en 5,7 secondes. Vitesse maxi : 209 km/h. Ah, j'allais oublier : c'est une propulsion, comme il se doit.

« La Dodge ZEO Concept est conçue pour marquer une rupture avec l'aspect traditionnel des voitures électriques », explique Bill Zheng, le designer. « Une voiture électrique peut avoir autant de style qu'un véhicule essence. La ZEO Concept en est la preuve…et quelle preuve ! »

Il est vrai que cette Dodge a de l'allure. Ses passages de roues musclés, ses lignes tendues, son arrière rebondi lui composent un physique de brute dopée à la testostérone. Mais la ZEO n'a pas peur de s'éloigner des canons du style traditionnel des muscle cars. A la ligne de coupé tricorps classique, elle préfère une carrosserie cinq portes. Oui, cinq portes : celles de l'arrière, dépourvues de poignées apparentes, sont habilement masquées. Leur ouverture en ciseau n'en est pas moins spectaculaire.
A l'avant, la ZEO reprend le thème de la calandre à meneaux typique de Dodge, mais le réinterprète à sa sauce. De nuit, l'ensemble s'illumine de mille feux, rappelant que la Dodge ZEO se meut grâce à la fée électricité.

Estimant sans doute que la technologie des batteries a suffisamment évolué au cours des dernières années, Dodge a décidé d'opter pour une propulsion totalement électrique, sans prolongateur d'autonomie d'aucune sorte, d'où son nom : « Zero Emissions Operation ». Avec des batteries lithium-ion de 64 kWh logées dans le plancher, le constructeur promet néanmoins une autonomie supérieure à 400 kilomètres. La Dodge ZEO récupère d'ailleurs de l'énergie à chaque freinage.

Si les lignes extérieures de la ZEO ne font pas dans la dentelle, l'intérieur apparaît au contraire remarquablement zen, avec des formes douces et des tons clairs. Une ambiance qui tranche avec l'esprit muscle car du concept. Pourquoi s'être arrêté en si bon chemin ?

Voir plus de photos

Avis des propriétaires

Commentaires