Salon de Detroit 2006

ASTON MARTIN Rapide

Jean Michel Cravy le 06/01/2006

Au salon de Detroit 2006, on n'attendait pas si belle fête avec la présentation du concept Aston Martin Rapide. C'est une très jolie surprise.

C'est une très jolie surprise. On n'attendait pas si belle fête sur le stand Aston Martin, qui vient à peine de lancer sa petite -et prometteuse- V8 Vantage… Alors que Porsche s'apprête à se lancer sur le créneau juteux de la berline sportive de haut niveau, déjà occupé par la Maserati Quattroporte, avec sa Panamera, Aston vient de prendre tout le monde de cours en dévoilant sa Rapide. Pudiquement intitulée « concept car », mais cela ne trompera personne tant cette nouveauté est aboutie et quasiment prête à prendre la route. Il n'y a plus qu'à appuyer sur le bouton…

ASTON MARTIN Rapide ASTON MARTIN Rapide

Pour l'occasion, Aston Martin a ressorti une appellation qui traînait au fond de ses tiroirs. Il faut se rappeler qu'il y a bien longtemps, Aston, alors indépendante du groupe Ford au sein duquel la vénérable marque anglaise a trouvé refuge, avait racheté en 1947 la marque Lagonda, créée en 1906, célèbre avant guère pour ses Rapide, des roadsters sportifs rivaux de Jaguar et Bentley. Puis avait laissé ce prestigieux blason en déserrance, après une brève tentative autour d'une Rapide bien laide, conçue sur une base de DB4 dans les années 60. Et la Lagonda Série 2 des années 76/89, malgré une longue carrière, n'a pas laissé non plus un grand souvenir et a disparu sans faire de peine à personne.

Cette nouvelle Rapide (non plus une Lagonda, mais une Aston cette fois) risque au contraire de marquer son époque. D'abord par son style absolument somptueux. C'est à l'évidence une évolution du coupé DB9, mais on ne pouvait guère imaginer qu'une variante limousine puisse être aussi belle que le coupé original, voir plus. On pense à la Bentley Flying Spur qui a beaucoup perdu par rapport à l'élégance de la Continental GT. Mais si, c'est possible ! Marek Reichman (qui s'est fait précédemment fait remarquer avec le concept car Lincoln Marx X, et pour avoir créé les lignes stylistiques des dernières Land Rover) n'a vraiment pas raté son coup… Cette somptueuse limousine est aussi fine et acérée qu'un coupé. Magnifique… Il est vrai que la Rapide affiche une longueur confortable de 5 mètres.

Bâtie sur la plateforme VH (Vertical/Horizontal) en aluminium collé/riveté renforcée de carbone sur laquelle repose également la DB9, la Rapide voit son empattement augmenter de 25 cm, et sa longueur totale de 30 cm, à la fois pour assurer une habitabilité correcte pour les passagers arrière, installés dans des baquets individuels, et offrir une malle arrière digne de ce nom, parfaitement intégrée dans une ligne d'une fluidité remarquable, au point qu'on ne remarque pas qu'elle recèle un hayon. Même la Mercedes CLS paraît, en regard, moins élégante, ce qui n'est pas peu dire. Tout est soigné dans les petits détails, comme les poignées de portes incrustées, et ces échappements intégrés à la carrosserie.

L'habitacle fait, comme il convient à un tel objet de luxe, dans le somptueux, mêlant harmonieusement bois clair, métal poli, cuir beige. Une rare élégance, là encore. Ulrich Bez, le patron d'Aston, estime que la Rapide est parfaite pour une virée aux 24 Heures du Mans, idéale pour le week-end… Ben voyons : à un tarif qui sera voisin des 250 000 euros (soit le prix d'une Vanquish), il y en aura pour tout le monde ! Mais il faudra attendre 2008 avant de se bousculer au guichet. Côté mécanique, la Rapide ne sera pas moins somptueuse. Celle-ci reprend le V12 6 litres de la DB9, mais porté à 480 chevaux, histoire de déplacer ses deux tonnes à bonne allure. Et pour s'arrêter, la Rapide pourra compter sur des freins céramique.

ASTON MARTIN Rapide ASTON MARTIN Rapide
voir la fiche technique

Avis des propriétaires

Commentaires