Rétromobile 2006

VANWALL 1957

Gilles Bonnafous le 16/02/2006

Speedmaster présente sur son stand une icône de la Formule 1 britannique des années cinquante, une Vanwall de 1957, l'une des plus compétitives monoplaces de l'époque.

Présent pour la première fois à Rétromobile, le négociant anglais Speedmaster présente sur son stand une icône de la Formule 1 britannique des années cinquante, une Vanwall de 1957.

Cette monoplace — châssis VW7 — appartient au Musée de Donington Park et elle est à vendre. Pilotée par Stirling Moss, Tony Brooks et Stuart Lewis-Evans, elle a été l'une des plus compétitives machines de Grand Prix de la fin des années cinquante. Elle fut confrontée, non sans succès, à la dure concurrence de la Maserati 250 F. Elle correspond aussi à l'époque où les monoplaces à moteur avant tirent leurs derniers feux avant le triomphe des voitures à moteur central arrière.

VANWALL 1957 VANWALL 1957

Las de la domination des constructeurs italiens (d'abord Alfa Romeo, puis Maserati et Ferrari) qui s'exerce sur les Grands Prix depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Tony Vandervell, un industriel britannique, décide de se lancer dans l'aventure de la compétition à son plus haut niveau. Le succès sera au rendez-vous grâce notamment à un châssis dessiné par Colin Chapman.

Le point de départ du moteur de 2,5 litres est le monocylindre 500 cm3 des motos Norton adapté au refroidissement liquide. Ce quatre cylindres à injection développe 285 ch à 7600 tr/mn. La voiture est équipée d'un pont arrière De Dion.

VW7 est pilotée pour la première fois en course par Tony Brooks au Grand Prix de Monaco 1957. Après avoir réalisé la pole position sur une voiture identique, Stirling Moss prend la tête avant d'abandonner au quatrième tour sur accident. Tony Brooks prendra la deuxième place derrière Fangio et sa Maserati 250 F.

Vanwall va triompher grâce à Stirling Moss, d'abord au Grand Prix de Grande-Bretagne, couru à Aintree, puis au Grand Prix de Pescara. Vient ensuite la grande confrontation sur les terres italiennes, à Monza, pour le Grand Prix d'Italie. Sur la VW7, Stuart Lewis-Evans s'adjuge la pole position devant Fangio, les trois Vanwall monopolisant même les trois premières places de la grille de départ. Elles domineront la course. Stuart Lewis-Evans devra se retirer, mais Stirling Moss offrira à Vanwall sa troisième victoire de la saison.

En 1958, Moss pilotera à nouveau VW7 au Grand Prix de Monaco, ainsi que Brooks au Grand Prix des Pays-Bas. La voiture fera encore preuve de sa rapidité, mais elle sera handicapée par des problèmes mécaniques.

A l'époque, tous les constructeurs désossaient leurs voitures pour réutiliser d'une saison à l'autre de nombreux composants mécaniques (moteur, boîte de vitesses, suspensions, etc.). Ce qui rend difficile aujourd'hui la restauration de ces machines. VW7 a donc été reconstruite par la firme Hall & Hall, spécialiste des voitures de course. Lorsqu'elles étaient disponibles, les pièces d'origine ont été utilisées : c'est notamment le cas du moteur. Pour le reste, tout a été refabriqué d'après les plans Vanwall fournis par le Musée de Donington. Ainsi, le châssis et la carrosserie sont neufs. Le chantier vient juste d'être terminé pour que la voiture soit exposée à Rétromobile.

VANWALL 1957 VANWALL 1957

Avis des propriétaires

Commentaires