Renault R8 Gordini

Voiture mythique, la R8 Gordini fut une idole de l’époque yéyé, dont les photos concurrençaient dans certaines chambres d’adolescents les posters des chanteurs à la mode. La R8 Gordini ? Un sacré tube des sixties !

sommaire :

Histoire : La R8 Gordini en course

Gilles Bonnafous le 26/03/2004

Partagez

réagir

En France, la R8 Gordini a constitué une révolution dans le monde du sport automobile. Avant elle, les pilotes amateurs devaient, pour avoir une chance de figurer à une place de choix, acquérir un matériel sophistiqué, trop cher pour la majorité d’entre eux. Or, pour un prix défiant toute concurrence, la «Gorde» leur a permis de disputer la victoire à des modèles beaucoup plus onéreux. Elle fut ainsi l’école de toute une génération et nombreux sont les pilotes qui ont débuté leur carrière à son volant, dont plusieurs futurs as de la Formule 1. On citera à titre d’exemples Jean-Pierre Jarier, Bernard Darniche, Alain Cudini, Jean-Pierre Jabouille et Jean-Luc Thérier.

D.R

D.R
La R8 Gordini entame son palmarès dès 1964 au Tour de Corse, où, Vinatier, dans des conditions atmosphériques dantesques, signe la première victoire de la «Gorde». Un succès complété par une réussite d’ensemble puisque quatre Gordini figurent parmi les huit rescapées de l’épreuve. Dès lors, les qualités d’agilité et de maniabilité de la voiture trouveront sur les routes escarpées de l’île de beauté leur terrain d’élection. Nouveau succès en 1965, où deux prototypes motorisés par un 1296 cm3 sont engagés, la victoire revenant à Orsini. Et l’édition 1966 du Tour de Corse offre à la Gordini, équipée d’un moteur 1440 cm3, l’une de ses plus belles victoires : Jean-François Piot devance Jean Rolland associé à Augias sur Alfa Romeo GTA et Vic Elford sur Porsche 911.

D.R

D.R

Pour ses clients sportifs, Renault propose un kit homologué en groupe 2, dont la réglementation autorise l’augmentation de la cylindrée par réalésage dans la limite de 1,2 millimètre. Le kit est constitué de quatre pistons et quatre chemises, d’un arbre à cames spécial et d’un jeu de ressorts de soupapes. La cylindrée passe à 1296 cm3 par l’alésage porté à 75,7 mm et, avec un rapport volumétrique de 11,5 à 1, la puissance grimpe à 125 ch à 7400 tr/mn. La transmission bénéficie d’une boîte à rapports courts et d’un différentiel autobloquant. Un pot d’échappement Abarth, une direction Ferry plus directe et des pneumatiques de 165 x 13 complètent l’équipement. La vitesse annoncée est de 190 km/h.

D.R

D.R
En six ans de carrière, la Gordini va se forger un remarquable palmarès. Grâce à elle, des noms sortent de l’anonymat dès la première année de compétition : Jean-Pierre Nicolas au rallye Mistral, Vinatier dans le Lyon-Charbonnières, puis Piot dans la Coupe des Alpes et Gérard Larrousse au Critérium des Cévennes. La Gordini s’imposera également au rallye des Fleurs et au rallye des trois villes Munich-Vienne-Budapest. Homologuée en groupe 1 en fin de saison 1967, elle remportera d’innombrables victoires de catégorie, notamment au Critérium des Cévennes et dans le Lyon-Charbonnières en 1968, au rallye de Monte-Carlo et au critérium Neige et Glace l’année suivante.

D.R

D.R

Tout naturellement, la R8 Gordini s’est attiré la faveur des jeunes notamment à travers la célèbre coupe Gordini. Organisée à partir de 1966 à l’initiative de la revue Moteurs, la Coupe de France des R8 Gordini concerne d’abord toutes les disciplines, course de côtes, rallyes et circuits. Son règlement évoluera dès l’année suivante, limitant les épreuves aux circuits.

D.R

D.R
La Coupe provoque l’enthousiasme des foules grâce au caractère spectaculaire des célèbres glissades de la voiture. Celle-ci acquiert une immense popularité et toute une génération de jeunes pilotes, formée à son volant, lui conservera un attachement profond. Les exemplaires préparés pour la Coupe affichent une vitesse de pointe et des accélérations à peine améliorées par rapport au modèle de série, conséquence de la sévérité du règlement qui interdit notamment de toucher aux réglages de carburation. Par contre, leur tenue de route nettement amendée leur permet de boucler le circuit routier de Montlhéry à la remarquable moyenne de 120 km/h.

De plus, à travers la Formule France, la Coupe Gordini jouera le rôle de tremplin pour les futurs grands champions. Motorisée par le moteur de la Gordini, cette nouvelle compétition constitue le point de départ d’une filière dont l’aboutissement est la Formule 1. A partir de 1968, Renault offrira une monoplace de Formule France au vainqueur de la Coupe Gordini, point de départ vers les sommets.

D.R

D.R
article suivant  Présentation de la R8 Gordini

Page suivante
Présentation de la R8 Gordini

Partagez

réagir

Commentaires