30 ans de Renault F1

Trente ans se sont écoulés depuis la présentation de la première F1 de l’histoire Renault. Depuis, la marque au losange a accumulé huit titres de champion du monde des constructeurs et sept titres de champion du monde des pilotes.

sommaire :

RENAULT RE 20 et RE 30

Gilles Bonnafous le 12/04/2007

Partagez

réagir

Après les premiers succès engrangés l’année précédente, Renault aborde la saison 1980 avec de grandes ambitions. La fiabilité, talon d’Achille du V6 turbo, a fait l’objet d’un important travail durant l’inter-saison pour tenter d’améliorer les choses. Les RS 10 ont été reconditionnées en RE 20, qui reçoivent une nouvelle carrosserie un peu plus massive. Renault Sport a par ailleurs signé un gros contrat avec le pétrolier Elf, de sorte que l’équipe prend désormais l’appellation de Renault-Elf. Jean-Pierre Jabouille et René Arnoux demeurent au volant des deux voitures engagées dans le championnat du monde.

La RE 20 va offrir trois victoires à Renault Sport. René Arnoux s’impose dans les deux premiers Grands Prix de la saison, établissant à chaque fois un nouveau record du tour : au Brésil en janvier (au volant du châssis RE 21) et en Afrique du Sud en mars. René Arnoux, affectueusement appelé « Néné » par ses amis, apparaît alors comme un sérieux prétendant au titre de champion du monde. Mais il ne pourra concrétiser par la faute de défaillances mécaniques répétées.
GP de Grande Bretagne, 1981
GP de Grande Bretagne, 1981 Renault communication / D.R.
Arnoux au GP du Brésil en 82
Arnoux au GP du Brésil en 82 Renault communication / DPPI-D.R.
Malchanceux pendant une bonne partie de la saison, Jean-Pierre Jabouille s’impose en Autriche au mois d’août. De plus, il est victime d’un grave accident au Grand Prix du Canada au cours duquel il se brise les jambes. Premier pilote de l’écurie et excellent metteur au point, celui qui développait la Renault turbo depuis 1977 laisse un grand vide. A priori, sa succession s’annonce difficile.

Finalement, avec 38 points, Renault-Elf prend la quatrième place du championnat du monde des constructeurs. Et Arnoux se classe sixième chez les pilotes.
JP Jabouille en 1980 au Brésil
JP Jabouille en 1980 au Brésil Renault communication / DPPI-D.R.

La RE 30 est introduite au début de la saison 1981, qui voit la technologie turbo faire des émules : Ferrari et Toleman s’y convertissent. C’est un certain Alain Prost, chez McLaren la saison précédente, qui remplace Jean-Pierre Jabouille et se voit confier l’honneur de porter le célèbre n°15 de ce dernier. Renault a eu la main heureuse en recrutant le meilleur pilote de la décennie à venir. Rapide et doué d’un exceptionnel talent de metteur au point, Prost apparaît alors comme le pilote qui aidera Renault à franchir la dernière marche vers le titre mondial après lequel l’écurie court depuis des années.
Essai à Nogaro en 1981
Essai à Nogaro en 1981 Renault communication / ASSET Bernard
Prost en 82 en Afrique du Sud
Prost en 82 en Afrique du Sud Renault communication / DPPI-D.R.
Début de championnat difficile pour la RE 30. Encore une fois, il faut attendre le Grand Prix de France pour voir les Renault s’illustrer. Mettant à profit l'interruption de la course pour cause de pluie, Prost chausse des Michelin tendres, qui vont lui permettre de l’emporter sur Nelson Piquet. Le pilote récidivera aux Pays-Bas et en Italie pour finalement terminer la saison à la cinquième place, à sept points seulement du champion Piquet. Avec trois victoires, toutes de Prost, Renault n’améliore pas son score de l’année précédente.
En Belgique, en 82
En Belgique, en 82 Renault communication / D.R.
GP de Long Beach, USA, 82
GP de Long Beach, USA, 82 Renault communication / DPPI-D.R.

La saison 1982 sera la meilleure de l’écurie Renault depuis 1977 avec quatre succès — deux pour Prost et deux pour Arnoux. Et cette fois un résultat équilibré entre les deux pilotes. Les choses commencent fort avec deux victoires consécutives de Prost en début de championnat : Afrique du Sud et Brésil. Puis le creux jusqu'à la mi-saison et la victoire d'Arnoux au Grand Prix de France, couru au Paul-Ricard, devant son équipier. Un succès qui fera couler beaucoup d’encre et va envenimer les rapports déjà tendus entre les deux pilotes. Il marque aussi le début de la détérioration des relations entre Prost et le directeur sportif de Renault, Gérard Larrousse.
GP des Etats Unis 82
GP des Etats Unis 82 Renault communication / DPPI-D.R.
Victoire de Prost au GP d'Italie
Victoire de Prost au GP d'Italie Renault communication / D.R.
De quoi s’agit-il ? Pour conserver ses chances pour le titre, Prost a besoin de prendre des points. Il s’attendait donc à ce qu’Arnoux s’efface à son profit, ce que le Grenoblois a refusé de faire. L’affaire n'aura finalement aucune conséquence sur le classement final du championnat, où Prost prendra la quatrième place. Et, malgré un récurrent manque de fiabilité, Renault s’approche lentement du but avec une troisième place au championnat constructeurs.
Essais au Castellet
Essais au Castellet Renault communication / D.R.
GP du Brésil 82
GP du Brésil 82 Renault communication / DPPI-D.R.
article précédent  Williams Renault

Page précédente
Williams Renault

article suivant RENAULT RE 40

Page suivante
RENAULT RE 40

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de envert94
envert94 a dit le 18-12-2013 à 10:06
Bonjour, J'ai rencontré vers 1985 un des ingénieurs qui avait conçu cette monoplace (j'avais 15/16 ans à l'époque) et il définissait les F1 des années 1982 comme des "missiles sur roues".