30 ans de Renault F1

Trente ans se sont écoulés depuis la présentation de la première F1 de l’histoire Renault. Depuis, la marque au losange a accumulé huit titres de champion du monde des constructeurs et sept titres de champion du monde des pilotes.

sommaire :

La F1 dans les World Series : Interview de Christian Schmaltz

Gilles Bonnafous le 12/04/2007

Partagez

réagir

A l’occasion du trentième anniversaire de l’engagement de Renault en F1, la marque consent un effort particulier pour aligner plusieurs monoplaces de l’époque V6 turbo dans les World Series 2007. Patron du département Histoire et Collection de Renault, Christian Schmaltz organisait une journée d’essais sur le circuit de Dijon-Prenois le 11 mars 2007. Quatre machines étaient présentes, une RS 01 de 1977, deux RE 40 et une RE 60 équipée d’un moteur de qualification de 1200 ch.
RS 01 et RE 60
RS 01 et RE 60 Gilles Bonnafous
Motorlegend : Pour fêter les 30 ans de Renault en F1, vous avez décidé de multiplier les démonstrations de monoplaces dans les World Series 2007.

Christian Schmaltz : En effet, pour l’événement, Histoire et Collection réalise un effort exceptionnel en sortant quatre monoplaces pour la saison 2007 des World Series, qui démarre à Zolder le 21 avril. Nous avons également prévu une nouveauté au programme de cette année, l’Hungaroring à Budapest. Et en France, le meeting se déroulera pour la première fois à Magny-Cours en septembre (dorénavant en alternance avec le circuit Bugatti du Mans).
La RE 40 au paddock
La RE 40 au paddock Gilles Bonnafous
Le V6 turbo de la RS01
Le V6 turbo de la RS01 Gilles Bonnafous

Motorlegend : D’où les séances d’essais d’aujourd’hui sur le circuit de Dijon-Prenois.

Christian Schmaltz : Ce travail fait suite à une première séance de roulage, qui nous avions organisée il y a un mois à Montlhéry. Mais il faisait froid et humide et nous avons connu quelques petits soucis. Aujourd’hui à Dijon, nous soumettons aux essais les quatre F1 pour les remettre à niveau quelques semaines avant le début de la saison. Elles sont toutes de la période V6 turbo, entre 1977 et 1985 : une RS 01, deux RE 40 et une RE 60. Leurs puissances vont de 600 ch à 1200 ch pour la plus puissante. Nous ajouterons également quelques voitures lors de certains meetings. En Angleterre, deux Lotus 97 T et 98 T compléteront le plateau. Nous restons dans le domaine des V6 turbo. Car les World Series accueillent aussi les F1 contemporaines, des R 25 qui font des shows.
RE 40
RE 40 Gilles Bonnafous
RS 01
RS 01 Gilles Bonnafous
Motorlegend : Pour vous, c’est un engagement important, car ces voitures sont capricieuses. Il vaut mieux éviter la panne devant des dizaines milliers de spectateurs…

Christian Schmaltz : Il s’agit d’un pari important pour Renault. Une prise de risque technique essentiellement, car il n’est pas simple de faire fonctionner ce type de voitures. Surtout quatre en même temps lorsqu’on dispose d’un budget assez modeste par rapport au projet. De plus, appartenant à deux générations, ces F1 sont relativement différentes, chacune ayant ses problèmes spécifiques. Et chaque fois qu’on les déplace, il faut en modifier les réglages. Différents facteurs interviennent : la température, l’humidité ou l’altitude comme ici à Dijon. Ces réglages nécessitent tout un apprentissage, et donc du temps. C’est un vrai challenge pour tout le monde, en particulier pour les mécaniciens. Mais il règne dans l’équipe un excellent état d’esprit, auquel je suis très attaché. Nous sommes tous là pour faire plaisir au public, ainsi qu’aux collectionneurs de Renault.
RE 60
RE 60 Gilles Bonnafous
RS 01
RS 01 Gilles Bonnafous

Motorlegend : La journée est également marquée par la présence de pilotes vedettes.

Christian Schmaltz : Nous avons profité de l’occasion pour convier les pilotes qui conduiront les F1 pendant la saison des World Series : René Arnoux, qui nous suit depuis quelques années et qui conserve la RS 01, la voiture qui fut la sienne il y a trente ans. La RE 60 sera confiée à Eric Comas, qui a couru sur Ligier V6 turbo et qui était encore l’année dernière pilote officiel Nissan en GT 500 au Japon. Michel Leclère, pilote Tyrrell F1 à l’époque, prendra le baquet d’une RE 40, tout comme Alain Serpaggi, qui est un essayeur dans l’âme et qui est le nôtre. Tout au long de l’année, il nous aide à développer les voitures pointues. Il roule aujourd’hui sur la RE 60 qu’il a déverminée à Montlhéry. Jean Ragnotti participe également à ces essais sur une RE 40. Jean sera présent aux World Series, mais il est plus un homme de rallyes. Le problème est que tout le monde veut le voir au volant d’une R5 Maxi. On est donc obligé de le laisser sur cette voiture. Sur les circuits, les écuries ont lancé une nouvelle mode, elle sortent un panneau « 360 » sur la ligne droite des stands. Vous en connaissez la signification ! Ils veulent une toupie ! C’est excellent pour le spectacle et les gens sont ravis — les pneus et la transmission un peu moins…
Jean Ragnotti
Jean Ragnotti Gilles Bonnafous
Eric Comas
Eric Comas Gilles Bonnafous
Motorlegend : Vous lancez également cette année une nouvelle attraction consacrée aux R8 Gordini.

Christian Schmaltz : Histoire et Collection est contributeur des World Series à plusieurs titres. Outre la F1 Renault et ses 30 ans, ainsi que le classique plateau de Renault anciennes avec leurs parades, nous avons développé cette année une nouvelle attraction : l’International Gordini Revival 2007. Nous offrons ainsi un terrain de jeu prestigieux à des propriétaires de R8 Gordini (une quinzaine), qu’on a souhaité valoriser. Ils seront entièrement intégrés au programme avec un paddock et un parc fermé dédiés à leurs voitures. Deux exhibitions de vingt minutes sont prévues sur le week-end. L’opération se déroulera sur quatre circuits : trois World Series (Zolder, Nürburgring et Magny-Cours) et une finale à Lohéac lors de l’Autobrocante, où se tiendra une grande fête avec une concentration de Renault Gordini (Dauphine, R8, R12 jusqu’à la R17). A la fin de la saison, les participants conserveront la combinaison exclusive bleue à bandes blanches et tout l’équipement réalisés spécialement par Renault. Là aussi, nous sommes dans une logique de plaisir, non de compétition. De son côté, Histoire et Collection apportera deux voitures. L’une sera confiée à un pilote vedette, l’autre sera offerte à la filiale du pays concerné. Clin d’œil, le pace car sera une Clio RS bleue à bandes blanches de production qui fera le lien avec l’actualité.
RS 01 et RE 40
RS 01 et RE 40 Gilles Bonnafous
article précédent  La descente aux enfers

Page précédente
La descente aux enfers

article suivant  Le hold-up du V10 Renault sur la F1

Page suivante
Le hold-up du V10 Renault sur la F1

Partagez

réagir

Commentaires