Vente Bonhams du 20 décembre 2008 à Gstaad

La crise financière et économique mondiale aura-t-elle un impact sur le marché des automobiles de collection ? La traditionnelle vente de Gstaad nous a apporté sa réponse avec cynisme.

sommaire :

FERRARI 250 GT Berlinetta

Serge Bellu le 08/01/2009

Partagez

réagir

FERRARI
2002-2009 Bonhams 1793 Ltd.
FERRARI
2002-2009 Bonhams 1793 Ltd.
Cette nouvelle venue se veut beaucoup plus civilisée que la 250 GT Berlinetta qui avait débuté ici même en 1959. A priori, la nouvelle version n’est plus du tout promise à une carrière sportive. La carrosserie, bien sûr signée Pininfarina, est beaucoup plus gracile, plus aérée avec ses grandes baies vitrées latérales.
La face avant rappelle beaucoup celle de la version précédente, mais le museau est protégé par un fin pare-chocs qui souligne la calandre et deux petits butoirs dans lesquels sont insérés les clignotants.
La finition est beaucoup plus soignée et plus flatteuse, ce qui vaut à la voiture le surnom officieux de « Lusso ».
FERRARI
2002-2009 Bonhams 1793 Ltd.
FERRARI
2002-2009 Bonhams 1793 Ltd.
La nouvelle 250 GT Berlinetta est établie sur un nouveau châssis Tipo 539 U qui reprend l’empattement de 2,40 m, mais sur lequel le moteur est avancé pour améliorer l’habitabilité. Il s’agit bien sûr d’un 12 cylindres en V à 60° d’une cylindrée inchangée de 2 953,2 cm3 (73 x 58,8 mm). Alimenté par trois carburateurs double corps Weber 36 DCS, il délivre 250 ch à 7 500 tr/min avec un couple de 26 mkg (242 Nm) à 5 500 tr/min.
La boîte de vitesses ne comporte que quatre rapports et les liaisons au sol sont toujours assurées par des roues indépendantes et des ressorts hélicoïdaux à l’avant alors que l’on trouve un essieu tristement rigide et des ressorts longitudinaux à lames à l’arrière !

La production de la 250 GT « Lusso » est très limitée puisqu’il n’en sera produit que 350 exemplaires (châssis compris entre 4053/GT et 5955/GT) entre 1962 et 1964.
FERRARI
2002-2009 Bonhams 1793 Ltd.
FERRARI
2002-2009 Bonhams 1793 Ltd.
La voiture proposée à la vente à Gstaad était l’une des dernières, un modèle de juillet 1964 portant le numéro de série 5783. Elle avait été vendue neuve à Rome avant de partir pour l’Amérique et de revenir en Europe par l’intermédiaire de la Suisse. À l’origine, elle se trouvait dans une superbe livrée gris argent, infiniment mieux habilitée à mettre en valeur ses courbes sensuelles. Mais un collectionneur lui a infligé ce rouge malheureux que de nombreux propriétaires de Ferrari mal informés ou mal intentionnés se croient obligés d’octroyer à leur monture !
Qu’on se le dise, les Ferrari des années 1950 et 1960 portaient le plus souvent des couleurs discrètes, des gris ou des bleus marine, laissant le « rosso chiaro » aux voitures de compétition.
FERRARI
2002-2009 Bonhams 1793 Ltd.
article précédent FERRARI 212 Export

Page précédente
FERRARI 212 Export

article suivant FERRARI 275 GTB/4

Page suivante
FERRARI 275 GTB/4

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de levrino
levrino a dit le 10-02-2009 à 11:05
Acheté dans les années 70 pas trés cher :(40.000 de nos anciens francs) a un "NEZ" dans la parfumerie a PARIS, avec carnet d'entretien d'origine, absolument d'origine, non accidentée. Trés peu gardée en fait, et aucun entretien notable effectué. Revendue 70.000 anciens francs (alors que ces jours elle affiche un prix de quelques 300.000 euros.....!!!) lorsque l'on en voit à la vente, ce qui est trés rare. Mais on ne pense pas toujours a la plus value ...et il est vrai qu'a l'époque personne ne courrait vers ces autos .Elles ne représentaient pas des valeurs refuges comme il y a quelques années quoi que ?? Enfin c'était une époque maintenant révolue.