Vente Artcurial du 9 février 2008

La respectable maison Artcurial organisait une belle vente en marge de Rétromobile. L’inoxydable commissaire-priseur Hervé Poulain était bien sûr le maître de cérémonie.

sommaire :

Voisin C25 Aérodyne : comme un avion sans ailes

Serge Bellu le 17/03/2008

Partagez

réagir

Parmi les pièces de la collection Browne de Kilmaine, la Voisin Aérodyne est une automobile extraordinaire. C’est d’ailleurs cette voiture très rare qui a suscité l’enchère la plus élevée à 522 192 euros. Cet exemplaire avait de sérieux atouts avec sa sellerie d’origine et tous ses accessoires si caractéristiques conservés dans la splendeur de leur style art-déco. Autant d’éléments qui mettent en valeur le style fulgurant de l’Aérodyne.

Un style marqué par la ceinture de caisse cintrée et une multitude de détails qui témoignent d’un raffinement exquis : les clignotants, les charnières à piano, les poignées de portes courbées, le moteur à dépression qui actionne le pavillon avec le toit capable de glisser en dégageant une visibilité extraordinaire. Sur le modèle de la vente, le toit a été soudé.
La caisse est bien sûr réalisée en aluminium sur une charpente en bois sensiblement allégée.

D.R. / Artcurial

D.R. / Artcurial
Replaçons nous dans le contexte de la naissance de cette étrange machine. En 1935, rien ne va plus chez Gabriel Voisin. La situation financière s’est encore dégradée au cours des derniers mois. Aux usines d’Issy-les-Moulineaux, la production est passée au-dessous du seuil de la centaine d’unités. C’est dérisoire. Cinq ans auparavant, à la veille de la crise économique, le chiffre de production était dix fois plus élevé !

Gabriel Voisin a été aspiré dans une spirale de déconvenues. Les problèmes commencèrent avec un regrettable accord signé avec des financiers belges représentant la Banque de Liège et contrôlant la firme automobile Imperia-Minerva. Les soucis se précisèrent avec la faillite de la Société Commerciale des Automobiles Voisin qui avait été créée pour servir de relais entre la Société des Aéroplanes Voisin et les financiers en question. Puis, en juillet 1932, la Société des Aéroplanes Voisin fut à son tour mise en liquidation. L’épisode belge était désormais clos ; Gabriel Voisin intenta un procès, le gagna et repris la main.

D.R. / Artcurial

D.R. / Artcurial
En juillet 1933, il était de nouveau à la barre de son usine, mais avec en héritage les dettes accumulées par les gérants précédents. Un syndic de faillite fut nommé avec, parmi les administrateurs judiciaires, Georges Héreil, futur patron de Sud-Aviation et de Simca !

Malgré la fragilité de son entreprise, Gabriel Voisin a encore l’énergie de se surpasser. Au Salon de l’Automobile 1934, il dévoile la berline Aérodyne. Bien sûr elle surprend, avec son style fulgurant, avant-gardiste, avec son profil fuselé comme une aile d’avion, mais elle est trop déroutante, trop chère, trop décalée.

Finalement, Voisin ne fabriquera que vingt-huit exemplaires de l’Aérodyne entre 1934 et 1937. On a toujours tort d’avoir raison trop tôt.

D.R. / Artcurial
article précédent  Prost AP02 : une formule 1 en vente libre

Page précédente
Prost AP02 : une formule 1 en vente libre

Partagez

réagir

Commentaires