Bonhams : Les grandes marques à Monaco

La traditionnelle vente Bonhams s’est déroulée en marge du Grand prix Historique de Monaco.

sommaire :

BUGATTI Type 55 Super Sport

Serge Bellu le 15/05/2008

Partagez

réagir

Qu’est-ce qui distingue une Bugatti 55 de tourisme d’une 51 de grand prix ? Le style, l’élégance du trait, la noblesse de la posture, en somme le génie de Jean Bugatti. La Bugatti 55 est à la 51 ce que la 43 était à la 35 : une véritable automobile de « grand sport », étroitement dérivée d’une machine de grand prix.

Le Type 55 fut présenté au Salon de Paris 1931. Il s’agissait d’un savant assemblage puisque le châssis utilisait les cadres inemployés prévus pour le Type 47, la boîte de vitesses provenait du Type 49, le moteur, l’embrayage et les suspensions étaient récupérés sur le Type 51, les freins et les roues étaient empruntés au Type 43. Le magnifique moteur de 2,3 litres, disposait, comme sur la voiture de grand prix, de deux arbres à cames en tête et d’un compresseur, mais sa puissance était ici bridée à 140 chevaux pour un usage routier.
BUGATTI
D.R. / Bonhams
BUGATTI
D.R. / Bonhams
Le style était l’œuvre de Jean Bugatti, le fils d’Ettore. Un Bugatti jeune (vingt-deux ans), impétueux, romantique. Le Type 55 était à son image : élégant et sophistiqué. Déjà, ses talents artistiques s’exprimaient à travers des lignes sensuelles. Le profil des ailes était exemplaire, avec un enchaînement de courbes gracieuses. Le jeu des couleurs parachevait le tableau, courbes et moulures délimitant les contrastes. Dans le cas de « 55208 », un bleu très sombre s’opposait à un bleu vif.

La grande majorité des 55 furent carrossées à l’usine. Celle-ci, qui participa aux 24 Heures du Mans 1934, se présentait sous la forme d’une torpédo, avec des portières classiques. Pilotée par son propriétaire, Charles Brunet, associé à Geoffreddo Zehender, la jolie Bugatti finit sa course au soixante-quinzième tour, dans un fossé, quelque part du côté d’Arnage. Elle avait été vendue par Lamberjack, l’agent parisien de Bugatti, et vécut longtemps en principauté de Monaco avant de franchir l’Atlantique.
BUGATTI
D.R. / Bonhams
BUGATTI
D.R. / Bonhams
Dans les années 1950, son nouveau propriétaire décida de lui octroyer une carrosserie plus séduisante, celle du roadster dessiné par Jean Bugatti. Pour cela on préleva la caisse de la voiture n° 55.218 qui reçut en échange la caisse du Mans, et qui existe sous cette forme au Musée national de l’automobile, à Mulhouse. Dans le même temps, notre 55.208 revêtit les atours plus gracieux de 55.218, un traditionnel roadster avec les portes latérales échancrées.

Le moteur fut rénové avec un nouveau bloc et des pistons neufs. La Bugatti fit partie, un bon moment, de la collection de Bill Serri Jr.

En 2003, la 55 a rejoint la collection du Mas-du-Clos.
BUGATTI
D.R. / Bonhams
article précédent BUGATTI EB 110 GT

Page précédente
BUGATTI EB 110 GT

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de type35
type35 a dit le 14-06-2008 à 21:05
Le plus joli roadster jamais réalisé. jean Bugatti était un génie