Test Citroën AMI Electrique

Une carrosserie on ne peut plus cubique, de petites roues aux quatre coins et un moteur électrique : la nouvelle Ami n’a rien à voir avec les vénérables Ami 6, Ami 8 et Ami Super des années 1960-1970. D’ailleurs, il ne s’agit même pas d’une voiture.

sommaire :

...mais roturière dans l'âme

Cédric Morançais le 18/11/2020

Partagez

réagir


Citroën
Le gros point noir de l’Ami, c’est toutefois son manque de confort. Logique puisque l’amortissement est réduit à sa plus simple expression et que la couche de mousse habillant les sièges est réduite à sa plus simple expression. Sur route pavée ou lors du franchissement d’un ralentisseur, vos vertèbres regretteront amèrement votre choix. De même, les portes laissent allègrement passer tous les bruits environnants, ce qui rend rapidement la conduite fatigante. Notons tout de même que son unique rivale directe, la Renault Twizy, fait moins bien que cette Citroën sur tous les points.
article suivant  La non-voiture du double chevron

Page suivante
La non-voiture du double chevron

Partagez

réagir

Commentaires