Rallye Poitiers Elégance 2001

Pour cette 15ème édition, Nicole Linot et toute son équipe de Poitiers Elégance Automobile se sont à nouveau mobilisés pour nous plonger dans l'histoire de l'automobile.

sommaire :

DELAHAYE 135

le 01/06/2001

Partagez

réagir

DELAHAYE
D. Deschatres
DELAHAYE
D. Deschatres
Delahaye figure parmi les plus anciens et les plus prestigieux constructeurs automobiles Français.
Jusqu'en 1934, la marque Delahaye inspire le respect par sa robustesse et le sérieux de ses fabrications. Mais l'arrivée des 18 Ch Super Luxe marque un changement radical. Après une campagne de promotion ouverte par une série de records internationaux, (Montlhéry 8 et 10 mai 1934 : 4 records du monde dont celui des 48 H avec une moyenne de 176.29 Km/h et celui des 10 000 Km à la moyenne de 168,52 Km/h ) la 18 Ch devient très rapidement, en 1935 la type 135 et conquiert un public sportif et fortuné.

Un numéro : deux modèles

La Delahaye 135 existe en deux versions. D'une part la 135 Sport " normale " avec un moteur, développant au départ 95 Ch à 3600 tr/mn pour une cylindrée de 3227 cm3, alimenté par un seul carburateur Solex inversé de 40, et d'autre part la 135 Coupé des Alpes issue des Delahaye de compétition. Rien ne la distingue extérieurement de la 135 Sport mais sous son capot se cache un moteur à six cylindres plus puissant et équipé de trois carburateurs permettant de développer 113 Ch à 3600 tr/mn au lieu de 95 Ch avec un taux de compression de 7.

Les autres caractéristiques au niveau du moteur sont identiques: 6 cylindres en ligne, vilebrequin à 4 paliers et distribution par soupapes en tête, culbuteurs et arbre à cames latéral. Elles sont toutes les deux équipées d'une boite à 4 vitesses (seul les 3 et 4 sont synchronisées) avec levier de commande au plancher et embrayage monodisque à sec.
DELAHAYE
D. Deschatres
DELAHAYE
D. Deschatres

DELAHAYE
135 Graber D. Deschatres
DELAHAYE
135 Saoutchik D. Deschatres
Les freins sont à commande mécanique, par câble avec tambour sur les quatre roues. Les suspensions ne diffèrent pas non plus. Elles sont à roues indépendantes avec ressort transversal à lames pour l'avant et à essieu rigide avec ressorts longitudinaux à lames à l'arrière. La 135 inaugure l'une des plus prestigieuses séries de la marque. Elle s'octroie une image beaucoup plus sportive doublée d'une enviable réputation d'élégance grâce aux splendides robes signées par les plus grands carrossiers Français de l'époque (Antem, Aubineau, Chapron, Figoni & Falaschi, Francy, Guilloré, Letourneur & Marchand, Pourtour et Saoutchik) qui s'emparent de ce châssis pour en faire l'archétype de la voiture française élégante et raffinée de la fin des années trente.

L'évolution aux fils des ans.

Le coach 135 sport de la première génération ne reste pas longtemps seul. Dès 1936, la 135 sport, qui adopte un châssis surbaissé et allongé de 9 cm, est épaulée par la 135 compétition de 20 CV. Son moteur de 3557 cm3 développe maintenant 100 Ch à 4000 tr/mn avec un seul carburateur ou bien 120 Ch à 4200 tr/mn avec trois carburateurs. De plus l'empattement allongé permet à Delahaye de créer des coaches à quatre vraies places.

D'année en année la Delahaye évolue régulièrement, grâce à la fiabilité de son 6 cylindres et sa bonne volonté à accepter les multiples évolutions vers plus de puissance, pour atteindre son plein épanouissement en 1939 . Au cours de ces quatre années la calandre des Delahaye s'affine et prend de la rondeur. Les tableaux de bord très soignés, sur fond de bois vernis accueillent un compte-tours et une pendule latérale. Le volant est à quatre branches, sans parler d'une boite présélective à 4 vitesses (ou boite Cotal ) qui est montée de série sur certains modèles.
DELAHAYE
135 Guilloré D. Deschatres
DELAHAYE
135 Viotti D. Deschatres

DELAHAYE
D. Deschatres
DELAHAYE
D. Deschatres
A partir de 1939, Delahaye remanie la gamme des 135. Les versions 18 CV sont en fin de carrière, sauf pour la 135 Coupe des Alpes. Le châssis devient plus rigide suite à l'installation d'un nouveau tablier avant et le bloc moteur est sensiblement élargi. La puissance développée est de 95 Ch à 3600 tr/mn avec 1 carburateur et une nouvelle compression de 7.6 ou de 115 Ch à 3850 tr/mn avec 3 carburateurs. De ce fait les 135 deviennent des 135 M (M pour modifié).

De plus une nouvelle 20 CV type 135 M Spéciale fait son apparition en haut de gamme. Elle est équipée d'un moteur à culasse en alliage léger qui atteint une puissance de 135 Ch à 4200 tr/mn grâce à sa batterie de trois carburateurs et à plusieurs améliorations techniques comme la modification de la compression (8.4 au lieu de 7), des soupapes d'admissions élargies, d'un arbre à cames spécial etc.. Sa vitesse de pointe atteint désormais 165 Km/h.

Un nouvel élan.

Après l'occupation, les activités de guerre commencent à disparaître (fabrication de camions et Jeeps) pour de nouveau laisser place à la production de véhicules de luxe. Delahaye est une des rares marques à avoir conservé intact tout son prestige. Mais en raison des difficultés d'approvisionnement, le constructeur a beaucoup de difficultés à satisfaire les demandes pour les Types 135. Les Delahayes sont toutes maintenant livrées en châssis nu simplement pourvu de sa calandre. Celle-ci porte désormais un écusson GFA puisque la marque appartient désormais à la Générale Française Automobile dont les origines remontent à 1941, Société née sous l'impulsion du gouvernement de l'époque.

DELAHAYE
D. Deschatres
DELAHAYE
D.R
Dès le premier salon d'après guerre (1936) jusqu'à 1951, chaque grand nom de la carrosserie française habille les Delahaye Type 135. Beaucoup rivalisent sans succès dans la modernisation des lignes, et tentent même d'emprunter à l'esthétique américaine quelques unes des tendances (grilles basses et larges, ailes accolées ou intégrées, de lourds chromes, d'épaisses armatures de bois, de lourdes portes ). Les voitures s'en ressentent au plan des performances et le résultat n'est pas toujours heureux. Finalement l'avantage reste aux classiques, fussent-ellels légèrement modernisées. Avec Antem, Farget, Varnet et quelques carrossiers de province tel que Gramont à Bordeaux, nous abordons une catégorie de professionnels qui ont su réagir au bon moment face à la concurrence italienne.

Dès 1947 un commencement d'industrialisation se manifeste dans la carrosseries de luxe. Mais malheureusement elle s'englue dans des procédés désuets et périmés. Cette attitude se joue du destin de Delahaye.

Beaucoup de ces versions ont échoué à cause d'un goût amer laissé par des voitures qui cassent ou passent leur temps au garage. Le glas de la retraite sonne et la Delahaye 135 laisse maintenant dans le cœur des fanatiques un souvenir émouvant.

Grâce à la Type 135, voiture luxueuse et sportive, Delahaye a pu transformer radicalement son image et décrocher un palmarès sportif très enviable. Elles rafleront quantités de trophées, des 24 h du Mans au Rallye Monte-Carlo, ainsi que de nombreux concours d'élégance.
La Type 135 aura été plus qu'un modèle, elle fut une véritable gamme: de la 135 sport de 90 Ch à la 135 MS on passera d'un moteur de 18 CV de 3.2 Litres à 20 CV de 3.5 Litres, de 1 à 3 carburateurs, sans compter la cinquantaine d'authentiques châssis de compétition directement dérivés du modèle de série.

TYPE 135 MS
Puissance fiscale: 20 CV
Cylindres: 6 en ligne
Cylindrée: 3557 cm3
Alésage * course: 84 * 10
Puissance: 120 à 135 CV à 4000 tr/mn
Boite: à 4 rapports ou boite Cotal en option
Vitesse: 155 à 165 KM/h
Roue fils Rudge à serrage centrale
article précédent Compte rendu

Page précédente
Compte rendu

article suivant JAGUAR XK 120

Page suivante
JAGUAR XK 120

Partagez

réagir