Mercedes-Benz Heritage

Mercedes-Benz met son ambitieuse politique patrimoniale au service de ses nouveaux modèles. Musée flamboyant, Classic Center élitiste, réserves richissimes : voyage au cœur du sanctuaire de Stuttgart.

sommaire :

Les musées Mercedes, une longue tradition

Gilles Bonnafous le 22/08/2007

Partagez

réagir

Les racines de l’actuel musée Mercedes-Benz plongent à la fin du XIXe siècle dans les premières collections de Karl Benz et Gottlieb Daimler. Car dès les origines, les fondateurs ont eu la fibre patrimoniale et le souci constant d’assurer le lien entre passé et présent. Conservés comme témoignages des tout débuts de l’automobile, ces ancêtres leur servent également d’archives techniques pour développer de nouveaux modèles.

Les visiteurs du salon de Berlin de 1899 pourront ainsi découvrir les premiers véhicules sortis de l’atelier de Daimler et apprécier les progrès réalisés depuis 1886. L’année suivante, Gottlieb Daimler expose au salon de Nuremberg la Reitwagen de 1885, ainsi qu’un bateau de 1886. Ces machines sont également mises à contribution pour célébrer des événements comme la production du millième moteur Daimler. Elles sont aussi présentées à des visiteurs de marque, notamment à une délégation du gouvernement turc en 1910.

La collection Daimler en 1910 Mercedes-Benz

Le premier musée de 1936 à son ouverture Mercedes-Benz
Si un petit musée est aménagé en 1923 dans l’usine de la Daimler-Motoren-Gesellschaft, ce n’est en 1936 qu’apparaît le premier vrai musée dédié aux deux marques Benz et Daimler, soit dix ans après leur fusion. Le cinquantième anniversaire des premières machines de 1886 sert de prétexte à son ouverture à Untertürkheim. L’essentiel de la collection porte sur la période antérieure à 1926, quand les deux firmes étaient concurrentes. En 1938, elle compte 18 Daimler, 9 Benz et 6 Mercedes-Benz exposées à côté de 19 moteurs, trois véhicules ferroviaires, une réplique de la Reitwagen et le bateau Daimler de 1888 baptisé Marie.

Le musée de 1936 en 1937 Mercedes-Benz

Le musée de 1936 en 1940 Mercedes-Benz

Avec l’arrivée de la guerre, le musée est déménagé et les véhicules dispersés à travers l’Allemagne. Le conflit terminé, ces derniers reprennent le chemin de Stuttgart, du moins ceux qui se trouvaient dans les zones contrôlées par les Alliés. En même temps, les voitures et les archives du département compétition viennent enrichir la collection. Ne reste plus qu’à trouver un espace pour présenter celle-ci au public. C’est chose faite en 1951 avec la réouverture du musée Daimler-Benz dans le bâtiment 134a d’Untertürkheim, toujours au cœur de l’usine.

Avec l’enrichissement de la collection, le musée changera trois fois d’emplacement au début des années cinquante. En 1953, il s’installe au troisième étage du bâtiment 134b d’Untertürkheim, où 221 véhicules, châssis et moteurs sont exposés sur 1520 m2. Dès 1954, germe l’idée d’associer les Mercedes modernes à la collection, d’autant que la marque ne possède pas de show-room pour présenter sa gamme dans le cadre des visites organisées du site d’Untertürkheim. Mais son application en sera différée jusqu’en 1961 en raison du risque structurel que représente pour le bâtiment l’installation du musée en étage.

Le nouveau musée de 1951 situé en étage Mercedes-Benz

Le musée de 1961 au moment de son ouverture Mercedes-Benz
Conçu comme solution temporaire, ce musée a accueilli depuis 1951 540 000 visiteurs, dont 40% d’étrangers. En 1955, les plans sont jetés d’un grand musée implanté dans un bâtiment ad hoc. Sa construction démarre en 1958 au beau milieu du complexe industriel d’Untertürkheim. Le nouveau musée Daimler-Benz est inauguré le 24 février 1961 à l’occasion du 75e anniversaire de la firme. Il rassemble 120 voitures et objets sur 1200 m2 pour un total de 3250 m2 de surface au sol.

Le musée à la fin des années 80 Mercedes-Benz

Dans le but d’assurer la plus grande transparence entre l’usine et le musée, ce dernier est doté d’une façade constituée de grandes baies vitrées, un parti pris que l’on retrouve dans les deux cours intérieures. Le même souci préside à l’aménagement de l’espace d’exposition avec un système de galleries et une structure en acier d’une grande légèreté.

Vue intérieure du musée de 1961 prise en 1976 Mercedes-Benz

Les Flèches d’argent sur les rampes du musée Mercedes-Benz
Exprimant le souci permanent qui est celui de Daimler-Benz AG d’assurer le lien entre le passé et le présent, le professeur Fritz Nallinger, ingénieur en chef de la marque, souligne dans son discours d’inauguration l’importance du musée pour les générations de salariés, qui ont œuvré dans les usines du groupe : celles d’Untertürkheim, Sindelfingen et Berlin-Marienfelde, héritières de l’atelier de Gottlieb Daimler à Cannstatt, et celles de Mannheim et Gaggenau situées dans le prolongement de l’atelier de Benz.

Les voitures sont présentées sur trois niveaux selon un ordre chronologique. Consacré aux pionniers et aux voitures d’avant 1926, le rez-de-chaussée donne également à voir la gamme des Mercedes modernes. Les deux étages accueillent, quant à eux, les voitures postérieures à 1926 et les machines de compétition.

Les premières Daimler et Benz à l’entrée du musée Mercedes-Benz

La salle consacrée aux modèles des années 30 Mercedes-Benz

Le succès public du musée ne se dement pas. En même temps, ce dernier ne cesse de s’enrichir grâce aux acquisitions réalisées de par le monde par Mercedes-Benz. Depuis sa réouverture en 1951, ce sont 1 643 000 visiteurs qui en ont franchi les portes. Le cap des deux millions est atteint en 1973, année où un dos à dos Benz de 1899 le rejoint.

Le musée ferme en 1985 afin de préparer la célébration, l’année suivante, des 100 ans de l’automobile. Agé de 25 ans, le bâtiment est rénové et agrandi, sa surface d’exposition passant à 5760 m2. Sa façade vitrée est remodelée, tandis que ses cours intérieures reçoivent un toit afin d’augmenter la surface couverte. L’espace est également réaménagé et décloisonné grâce à des rampes en acier. Le visiteur a le choix entre un cheminement chronologique ou par thèmes — 26 espaces thématiques sont créés.

Les deux « Grandes Mercedes » de Guillaume II et de l’Empereur du Japon Mercedes-Benz

Les années cinquante Mercedes-Benz
L’épopée de la compétition est particulièrement mise en valeur. Les machines sont présentées sur des rampes conduisant d’un niveau à l’autre. Des premières Daimler de course aux bolides contemporains, elles forment ainsi une spirale dynamique à travers les étages. Un nouveau record de fréquentation est battu en 2004 avec plus de 500 000 visiteurs dans l’année, dont 11% originaires de Chine. En février 2005, commence le déménagement des véhicules vers le tout nouveau musée, qui sera inauguré en mai 2006.

La W 196 carénée Mercedes-Benz

Les années soixante Mercedes-Benz
article précédent  Le nouveau musée Mercedes-Benz

Page précédente
Le nouveau musée Mercedes-Benz

article suivant  Les réserves

Page suivante
Les réserves

Partagez

réagir