BMW Motorsport

Aussi loin que l'on remonte dans l’histoire de BMW, les modèles à caractère sportif ont toujours constitué des moteurs de recherche. En 1972 est fondée la filiale BMW Motosport GMBH.

sommaire :

Visite de l'usine Motorsport

Jean-François Destin le 12/07/2005

Partagez

réagir

Dingolfing. L’enregistrement de cette simple destination suffit à notre système GPS de navigation pour nous amener au Motorway qui file au Nord-est vers Degendorf. De Munich, il nous faudra parcourir 130 kilomètres pour atteindre l’usine où naissent les M5 et M6. Une formalité au volant d’un coupé M6 prêté par BMW Allemagne. L’occasion unique sur cette autoroute à vitesse libre et quasi déserte d’apprécier la stabilité de l’auto à… 278 km/h compteur, soit un bon 260 chrono ! Trente minutes plus tard, nous sortons à Dingolfing West pour rapidement atteindre le plus important des 23 sites de production du constructeur bavarois. A l’entrée du Tor 3 nous attend Alexander Bachner, le porte-parole de ce site de 23.000 personnes.
Complexe industriel de Dingolfing
Complexe industriel de Dingolfing BMW

Motorlegend.com
En nous faisant enfiler la blouse blanche de rigueur, notre guide nous précise que ce complexe industriel fabrique toutes les Série 5, 6 et 7 dans un désordre dicté par les carnets de commandes parvenant du monde entier. L’exceptionnelle souplesse de cette unité permet indifféremment d’assembler un modèle de base puis une M5 ou une M6. Tout est préprogrammé par ordinateurs et les ouvriers (spécialisés à 80%) disposent dans leurs bacs à portée de mains de tous les composants et pièces détachées qui vont, une fois montés, satisfaire les choix des clients concernant le modèle, la couleur, le moteur, les équipements et les options.

Sans stress, sans précipitation mais avec des gestes précis, les hommes (et quelques femmes) s’affairent pour visser, coller, riveter, souder ou assembler. Ici, contrairement aux ateliers de ferrage, d’emboutissage ou de peinture, les robots ne font pas la loi parce que le travail s’y avère trop minutieux et pas assez répétitif.

Mais voici qu’Alexandre Bachner nous désigne du doigt la carrosserie d’un coupé M6 qui va recevoir son V10. Construits à l’abri des regards indiscrets à Lanshut comme les moteurs destinés à la F1, les V10 des M5 et M6 arrivent à Dingolfing pour être associés immédiatement au soubassement et aux trains roulants jusqu’à ce que l’ensemble, à la vitesse du pas d’un pèlerin (dixit BMW) rejoigne sa carrosserie.
Au dessus, le coupé BMW M6 va recevoir ce V10
Au dessus, le coupé BMW M6 va recevoir ce V10 Motorlegend.com
Les ingénieurs mettent en place le V10
Les ingénieurs mettent en place le V10 Motorlegend.com
Dans un ballet bien réglé et sans effort particulier, deux techniciens exécutent les mouvements qui vont faire de toutes ces pièces disparates une automobile d’exception. Plus loin, on va procéder à l’introduction des fluides (huiles, liquide de frein, direction assistée, eau etc.…). A portée de vue et à tout moment, les opérateurs peuvent se référer à un écran affichant les pièces et composants affectés à chaque véhicule. Un outil informatique indispensable compte tenu de la variété des modèles qui se suivent sur la chaîne.

Dans une ambiance sonore bien maîtrisée et sous un éclairage efficace mais diffus, les opérations se succèdent avec l’aide de manipulateurs comme ce soulève-roue qui présente le pneu sur sa jante à bonne hauteur pour être fixé. « Avec un peu d’ingéniosité, nous avons supprimé presque toutes les tâches pénibles, explique Alexandre Bachner, la garantie d’obtenir un travail d’assemblage de qualité ».

Motorlegend.com
Les liquides de frein, huile, eau... prennent place
Les liquides de frein, huile, eau... prennent place Motorlegend.com

Plus loin, nous surprenons un employé en train de coller un fil dans le coffre du coupé M6 avec un banal petit tube. Un geste artisanal inattendu dans cet univers de haute technologie. Soudain à 10h30, sans qu’aucune sirène ou sonnerie n’ait retenti, les postes de travail se trouvent prestement désertés tandis que s’arrête la chaîne et les convoyeurs. « C’est la pose déjeuner de la première équipe, explique Bachner, ici, on travaille en 2/8 et ces gens-là sont au travail depuis 5 heures du matin, la deuxième équipe prendra le relais à 14 heures». Motorlegend suit le mouvement pour aller se restaurer au milieu des cols bleus et des cols blancs dans le restaurant d’entreprise calme et fonctionnel.

Motorlegend.com

Motorlegend.com
Pour accompagner notre M6 jusqu’aux dernières validations avant la mise à la route, il nous restera peu de temps avant notre retour vers Munich où nous attend Ulrich Bruhnke, Président de Motorsport.

Il aura fallu 8 heures pour l’assembler. Chaque jour, 1300 Série 5, 6 et 7 sont fabriquées ici à Dingolfing. Parmi elles, 20 M6 et 40 M5. Une cadence jugée suffisante pour rester dans des délais de livraisons acceptables.

Motorlegend.com

Motorlegend.com
article précédent  Interview de Ulrich Bruhnke

Page précédente
Interview de Ulrich Bruhnke

article suivant BMW M5

Page suivante
BMW M5

Partagez

réagir

Commentaires