Après le diesel, quels carburants possibles ?

Le diesel n’est plus en odeur de sainteté dans notre pays. Alors que plus de six véhicules sur dix en circulation en France utilisent aujourd’hui ce type de moteur, ses ventes en neuf ne cessent de baisser, au profit quasi-exclusif des modèles essence. Pourtant, de nombreuses alternatives existent.

sommaire :

L’idole brulée

Cédric Morançais le 02/11/2015

Partagez

réagir


D.R.
Depuis le début de l’année, les ventes de voitures diesel sont passées sous la barre des 60 % de part de marché. Une première depuis 2001 et près de 20 points perdus depuis le record absolu de 2008 (77% contre 58,1% en 2015). Pourtant, les avantages liés à ce carburant (consommation, prix, rejets de CO2, absence de malus écologique sur la plupart des modèles…) n’ont pas disparu. Depuis quelques temps, le diesel est affublé d’une image de carburant « sale ». A force de mettre, injustement, sur le seul dos du « grand D » les alertes aux particules fines dont sont fréquemment victimes les grandes villes, les politiques sont parvenus à créer une forte méfiance de la part de la population. Mais, ne nous y trompons pas. Ce qui convainc la plupart de délaisser le diesel, c’est la probable interdiction de circuler dans certains centre-villes qui devraient entrer en vigueur dans les prochaines années et, surtout, la perte annoncée de l’avantage fiscal qui donnait au gasoil un avantage financier important sur l’essence.

Au fur et à mesure qu’ils se sophistiquaient, les moteurs diesel ont également perdu une part de leur légendaire fiabilité. Turbocompresseur, vannes EGR, filtre à particules… sont autant d’éléments qui, par exemple, supportent très mal un usage urbain intensif et se révèlent couteux à remplacer. Le coup de grâce, c’est assurément ce que l’on appelle l’affaire Volkswagen. La révélation de la tricherie mise en place par le groupe allemand pour parvenir à satisfaire aux normes anti-pollution américaines a amené nombre d’automobilistes à s’interroger sur la capacité des moteurs diesel à se montrer réellement « propre ».

Bien sûr, d’autres options que le diesel existent. Certaines sont même déjà accessibles au grand public ou pourront l’être rapidement. Voici l’éventail des possibilités réalistes qui s’offrent à vous.
article précédent  Des alternatives déjà adoptées par nos voisins

Page précédente
Des alternatives déjà adoptées par nos voisins

article suivant  Objectif 2025, et au delà

Page suivante
Objectif 2025, et au delà

Partagez

réagir

Commentaires