Journées Européennes du Patrimoine 2008 à Montlhéry

510 voitures françaises ont été les actrices de cette fête organisée avec succès par l’UTAC à Montlhéry. On se serait cru revenu aux plus belles heures de l’Age d’Or !

sommaire :

Journées Européennes du Patrimoine 2008 à Montlhéry

Gilles Bonnafous le 24/09/2008

Partagez

réagir


Gilles Bonnafous
Panhard CD
Panhard CD Gilles Bonnafous
On se serait cru revenu aux plus belles heures de l’Age d’Or en ce radieux samedi 20 septembre baigné de soleil. Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine et en partenariat avec les trois constructeurs français, Renault, Peugeot et Citroën, la FFVE et l’UCMAC (Union des Clubs Moto), l’UTAC organisait un grand rassemblement dédié aux voitures et motos françaises de collection.

Participants et spectateurs, tous ont communié dans le même enthousiasme. Plus de 6000 passionnés avaient répondu à la sollicitation des organisateurs (entrées uniquement sur invitation). Organisée avec professionnalisme par l’UTAC, qui s’était donné les moyens (cent personnes encadraient l’événement), et sous la houlette de Christian Schmaltz, la manifestation fut un succès total.

Que ne nous avait-on dit, avec la fin de l’Age d’Or à Montlhéry, sur ce site exsangue et sinistré, dont l’avenir se trouvait derrière lui ? En ce samedi, nombreux furent ceux qui ont eu le bonheur de découvrir un autodrome qui avait fait peau neuve : installations rénovées (tribune, stands et tour de contrôle repeints), voies de circulation fraîchement goudronnées, pelouses replantées… Certes, l’anneau demeure en l’état, mais il ne semble pas pour autant sur le point de s’écrouler.
Peugeot 504 coupé
Peugeot 504 coupé Gilles Bonnafous

Gilles Bonnafous
Véhicules présentés en plateaux selon l’âge et le genre, les démonstrations et parades se sont succédé tout au long de la journée sur l’anneau de vitesse comme sur le circuit routier. Il s’agissait donc de démonstrations et non de compétitions. Mais quelle importance ! On sait bien qu’en dehors d’un petit cercle d’aficionados, la grande majorité du public n’a cure des classements des courses de VHC. Ce qui compte pour lui, c’est de voir évoluer à vive allure des voitures de rêve sur des circuits mythiques.

Des ancêtres aux monoplaces modernes, 510 voitures françaises ont été les actrices de la fête. Outre les trois grands constructeurs français encore actifs, les marques les plus représentées étaient Alpine, Matra, Panhard, Facel Véga, Simca et Hotchkiss. 128 motos, dont certaines rares ou de grand intérêt, complétaient le plateau.
Amilcar
Amilcar Gilles Bonnafous
Morgan
Morgan Gilles Bonnafous

Ford Vedette Comète
Ford Vedette Comète Gilles Bonnafous
DB Panhard Le Mans 1957
DB Panhard Le Mans 1957 Gilles Bonnafous
La plus grande diversité fut la règle dans un bel œcuménisme : Bugatti, Bignan, Léon Paulet, Georges Irat, Talbot Lago Figoni, Alpine A110 1800 Groupe IV, une voiture unique motorisée par un 1800 cm3 double arbre, Matra F1 MS 10 ex-Jackie Stewart, etc. Conduite par Luc Ferry, philosophe et ancien ministre de l’Education Nationale, la Ferry 750 fut l’une des vedettes du circuit. L’enthousiaste du fils du préparateur constructeur Pierre Ferry faisait plaisir, qui s’est régalé à tourner à de nombreuses reprises sur l’anneau de Montlhéry.

Renault Histoire et Collection, le Conservatoire Citroën et l’Aventure Peugeot étaient venus avec leurs voitures de records, qui se sont prêtées à une démonstration : 40 CV de 1926 et Etoile Filante pour Renault, les Rosalie pour Citroën.
Jean Ragnotti sur la R5 Maxi Turbo
Jean Ragnotti sur la R5 Maxi Turbo Gilles Bonnafous
Berlinette Alpine A 110 1800 Gr IV
Berlinette Alpine A 110 1800 Gr IV Gilles Bonnafous
Devant la tribune et dans les stands, Jean Ragnotti sur R5 Maxi Turbo (350 ch) et Philippe Bugalski sur Citroën Xsara WRC ont rivalisé d’audace pour offrir aux spectateurs des figures tout ce qu’il y a de plus libres… Avant que Jean Ragnotti effectue, en solo, le ballet de têtes à queue dont il a le secret, dans la fumée et l’odeur âcre des pneus martyrisés de la 5 Maxi.

Plusieurs prix ont été remis par l’UTAC et la FFVE, notamment à la Matra MS 10 et à une belle Simca Marly entièrement restaurée. Une grande parade associant plus de 600 voitures et motos servit de finale à cette belle journée.

Fort de cette première très réussie, l’UTAC doit poursuivre. Tout un chacun attend que cet événement soit reconduit et s’inscrive dans la durée. Ouvert au public et élargi aux voitures étrangères, il a tout pour devenir la grande manifestation de voitures de collection qui manque à l’Ile de France.
article suivant ALPINE A366

Page suivante
ALPINE A366

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de Midget70
Midget70 a dit le 09-10-2008 à 22:57
Bonsoir, Vous qui aimez ce circuit mythique, faites un tour sur le blog de Patrimoine Sportif et Mécanique. Même si ce samedi du 20 sept les autos tournaient sur le circuit, celui ci reste dans un état où la sécurité peut être jugée critique en cas de courses ex. VHC de l'age d'or, qui drainait pas 20000 mais plus de 30 à 40000 visiteurs! Il faut également mentionner que l'UTAC avait permis un tour de circuit, à vitesse balade, sur la partie habituellement non accessible, c'est superbe, c'est vraiment un site à protéger et sauvegarder. http://autodrome.over-blog.com/
avatar de renault_5
renault_5 a dit le 26-09-2008 à 22:18
Effectivement journée très interéssante. Un plateau magnifique, de belles animations. j'ai placé des photos sur mon site www.renault-5.net et aussi une petite vidéo pour ceux qui n'ont pas eu la chance d'y assister.
avatar de BOSS1917
BOSS1917 a dit le 26-09-2008 à 15:14
Pour Juan27 : navré pour ce malentendu mais le ton du commentaire ne reflétait pas cet aspect du problème. Je n'ai rien contre les Parisiens (ni contre personne d'ailleurs). Je respecte le travail et qui plus est le travail bénévole qui permet de faire revivre le passé. Cependant il est vrai, malgré tout, que tout le monde ne peut pas se déplacer pour assouvir sa passion, alors je pensE que c'est bien par moments de décentraliser certains évènements. C'était là le propos de mon commentaire. Mes excuses pour avoir négligé un aspect que vous connaissez bien mieux que moi !
avatar de frog
frog a dit le 26-09-2008 à 12:26
Et oui bien sur, il ne s'agit aucunement d'un debat Paris/province. Je suis moi même en province mais j'allais tous les ans à l'Age d'Or à Montlhéry car ce lieu est chargé d'histoire et l'ambiance qui y régnait était formidable.
avatar de juan27
juan27 a dit le 26-09-2008 à 11:35
En réponse à boss1917 je voulais préciser Tout d'abord, l'Age d'Or a été un événement exceptionnel durant des années et ceci principalement grace aux travail de dizaines de bénévoles (dont je fis partie)amoureux de l'automobile ancienne Ensuite, cet événement, d'ampleur internationale, a permis au VHC français d'avoir un niveau que l'on a pu retrouver dans les nombreuses épreuves de province. Il ne s'agit donc pas de nombrilisme, mais de mettre l'accent sur le fait que quelques technocrates ont décidé ils y a quelques années de supprimer les courses à Monthléry et aujourd'hui, de la même manière autocratique, de réinstaller un événement au seul gré de leur bon vouloir. C'est manquer de respect à tous ceux qui se sont défoncés bénévolement et au monde du VHC français dans son ensemble.