Grande Parade de Mulhouse 2001

À l'intérêt d'une vaste rétrospective historique, s'ajoutent le succès populaire et les multiples animations d'une cité en fête.

sommaire :

ALFA ROMEO 6 C 2300 B Mille Miglia

Gilles Bonnafous le 20/07/2001

Partagez

réagir

ALFA ROMEO
G.Bonnafous
ALFA ROMEO
G.Bonnafous
Alfa Romeo 6 C 2300 B Mille Miglia, un chef-d'œuvre signé Touring

Venue d'Italie, l'Alfa Romeo 6 C 2300 B Mille Miglia, que nous vous présentons, comptait parmi les plus belles voitures de la Grande Parade de Mulhouse. Nous n'avons pas été le seul à la remarquer puisque le jury du Trophée International des Musées, organisé le vendredi soir en nocturne, lui a décerné son prix. L'heureux propriétaire de cette merveille est Giovanni Sandri, cofondateur, avec quelques autres collectionneurs de la région de Vicenza, du musée Luigi Bonfanti situé près de Bassano del Grappa. Cette magnifique berlinette est une création de la carrosserie Turing.

Méconnue du grand public, la carrosserie Touring est aujourd'hui éclipsée en notoriété par d'autres griffes prestigieuses du design italien comme Pininfarina, Bertone, Ghia ou Zagato. Une injustice qu'il importe de réparer, car Touring a dessiné quelques-unes des plus belles voitures du siècle. La maison fondée en 1926 par Felice Bianchi Anderloni et Gaetano Ponzoni, et disparue hélas en 1967, a donné naissance à une série - on serait tenté de dire ininterrompue - de chef-d'œuvres. Habillant notamment les Alfa Romeo et Lancia, puis Ferrari, ses carrosseries comptent parmi les plus belles robes des années trente à cinquante. Sans parler des œuvres tardives des années soixante, dont les Aston Martin DB 4 à 6. La suprême élégance du style Touring se nourrit de discrétion, les effets stylistiques s'accompagnant toujours d'un grand dépouillement. Bref, une classe à nulle autre pareille. Les Touring des années trente étaient par ailleurs des voitures de Grand Tourisme luxueusement finies, qui parvenaient à concilier sport et confort, un compromis non évident à cette époque.
ALFA ROMEO
G.Bonnafous
ALFA ROMEO
G.Bonnafous

ALFA ROMEO
G.Bonnafous
ALFA ROMEO
G.Bonnafous
Mais Touring n'a pas seulement réuni des artistes de grand talent. La firme a également inventé une technique de carrosserie, le système Superleggera. Son principe : l'allègement. Mis en œuvre à partir du deuxième semestre de 1937, il succède chez Touring au procédé français Weymann fait de charpentes de bois tendues de tissu verni. Le bois est remplacé par des tubes de petit diamètre et des profilés d'acier soudés entre eux au chalumeau avant d'être joints au châssis par des points de soudure autogène. Outre sa légèreté, l'avantage de ce treillis tubulaire est une grande rigidité. Quant au tissu, il se voit préférer des panneaux d'aluminium martelés individuellement et entièrement réalisés à la main ! Une avancée technologique qu'il convient de replacer dans son contexte historique, celui d'une époque passionnée par les recherches aérodynamiques. Bénéficiant des progrès de la métallurgie des alliages légers, l'aluminium et sa malléabilité favorisaient l'éclosion des formes galbées propre au " style ovoïde ".

La berlinette réalisée sur le châssis Alfa Romeo 6C 2300 préparé pour les Mille Milles est l'une des premières voitures à bénéficier de la technique Superleggera. Sa présentation sur le stand Alfa Romeo du salon de Milan de 1937 fait sensation. Elle y côtoie la somptueuse 8C 2900 B en versions berlinette et spider. Engagée aux Mille Milles de 1937 et pilotée par l'équipage Boratto-Guidotti, elle remporte sa catégorie et, plus important encore, termine quatrième au classement général. Fort de coup d'éclat, Alfa Romeo décide, avec la complicité de Touring, de commercialiser une version client de la berlinette de course. Touring retouche alors la ligne, rehausse le toit pour installer deux places à l'arrière et redessine la poupe. Plus fluide et nettement plus élégante, celle-ci hérite de la fameuse " queue de baleine ". 106 exemplaires seront construits jusqu'en 1939 (six cylindres à double arbre à cames en tête de 2306 cm3 et 105 ch, 170 km/h).

Portant le numéro 90 et sortie en 1939, la voiture de Giovanni Sandri est l'une des berlinettes rescapées - deux autres se trouvent en Italie, une au musée Alfa Romeo de Varese, l'autre appartenait à Luigi Bonfanti. C'est précisément ce dernier, amateur passionné d'Alfa Romeo chez qui il a travaillé avant de monter une entreprise de restauration dédiée aux " chevaux de feu ", qui a mis Giovanni Sandri sur la piste de la voiture qui est aujourd'hui la sienne. C'est à Trieste, où elle se trouvait, qu'il l'a achetée en 1983. En très bon état, elle avait peu roulé, juste quelques dizaines de milliers de kilomètres. Pourtant, Giovanni Sandri a tenu à lui offrir une restauration complète dans le but de la fiabiliser : " Je voulais pouvoir l'utiliser sans souci et partir à tout moment faire quelques centaines de kilomètres ". Magnifiquement restaurée par Cognolato à Padoue, le Lecoq italien, elle a depuis lors été primée à plusieurs reprises, notamment au concours de Bagatelle.
ALFA ROMEO
G.Bonnafous
ALFA ROMEO
G.Bonnafous
Collectionneur émérite, Giovanni Sandri n'en est pas à sa première voiture de collection. Avant la 6 C 2300 B Mille Miglia, il a possédé trois Lancia Aurelia - B 20, B 24 et B 50 cabriolet, la voiture de ses vingt ans qu'il a gardée -, ainsi qu'une Alfa Romeo 1500 Touring à technique Weymann de 1929, l'une des plus anciennes carrosseries Touring existant aujourd'hui. Mais celle pour laquelle il a les yeux de Chimène est la 2300 B : " Elle me procure beaucoup de plaisir et, de plus, elle est très confortable grâce à sa suspension arrière moderne. Je voyage beaucoup à son volant ". En effet, il ne s'en prive pas ! Jugez plutôt : rallye du Cap Nord et Tour des capitales d'Europe (12 000 kilomètres en un mois) dans un passé récent. Au total, ce ne sont pas moins de 80 000 kilomètres que l'Alfa Romeo a parcouru depuis sa restauration ! Un bel exemple de voiture de collection roulante et vivante.
article précédent  L'hommage à Mercedes

Page précédente
L'hommage à Mercedes

article suivant CORD 812 à compresseur

Page suivante
CORD 812 à compresseur

Partagez

réagir

Commentaires