Grand Prix de l\'Age d\'Or 2008

Pour la quatrième fois les 28 et 29 juin 2008, le Grand Prix de l'Age d'Or se tenait sur le magnifique circuit de Dijon-Prenois.

sommaire :

LOLA B07/90

Gilles Bonnafous le 02/07/2008

Partagez

réagir

L’Age d’Or 2008 constituait l’une des épreuves inscrites au calendrier du championnat Sports 2000, un championnat britannique assez populaire en Europe, sauf en France. Déjà ancien, il a été fondé notamment par Lola, la marque créée en 1958 par Eric Broadley.

La formule du Sports 2000 s’apparente à une formule monotype, le même quatre cylindres Ford Duratec de deux litres motorisant toutes les voitures.

Ce sont des barquettes ultra-plates, dont un grand nombre arborent de longues queues aérodynamiques et qui offrent un spectacle de qualité. Les machines pèsent toutes 500 kilos et sont équipées des mêmes pneus slick et pluie Yokohama. Ce sont donc le châssis et le talent du pilote qui font la différence.
LOLA
Gilles Bonnafous
LOLA
Gilles Bonnafous
Entièrement en aluminium, le Ford Duratec préparé par Mountune s’avère trente kilos plus léger et plus puissant de 40 ch que le moteur originel dont il est dérivé. Il développe 205 ch.

Parmi les compétiteurs du plateau figure Nick Bates et sa Lola B07/90, qui a succédé au type T87/90, une voiture qui remporta de nombreux succès.

C’est une machine nouvelle que Lola a décidé de lancer en 2007. L’écurie de Nick Bates a développé la voiture tout au long de l’année dernière en partenariat avec Lola.

Première Lola de Sports 2000 construite depuis 17 ans, la B07/90 a pour base la LMP2 des 24 Heures du Mans, dont elle constitue une version édulcorée.
LOLA
Gilles Bonnafous
LOLA
Loïc Bailliard

Rappelons que, pour marquer le cinquantième anniversaire de la marque, Lola avait engagé sept voitures au Mans cette année, trois en LMP1 et quatre LMP2. Il s’agissait de la plus importante participation de la firme depuis 1979.

La structure monocoque de la B07/90 est constituée d’un nid d’abeille et de panneaux en aluminium. La suspension et la boîte de vitesses dérivent de celles des Lola de Formule 3. Les freins à disques ventilés sont des AP Racing.

L’an dernier, la voiture a de suite été alignée en compétition sans avoir été réellement testée : la course a été son banc d’essai et les défauts ont été constatés sur la piste.

Elle s’est révélée rapide, mais le châssis et la suspension nécessitaient un développement. Ce qui fut fait lors des essais réalisés l’hiver dernier pour la nouvelle version 2008 présente à Dijon.
LOLA
Gilles Bonnafous
LOLA
Gilles Bonnafous
Conventionnelle à l’origine, la transmission est maintenant confiée à une boîte de vitesses séquentielle à cinq rapports plus rapide et plus légère. En 2008, toutes les voitures disputant le championnat disposent de la même boîte séquentielle Hewland.

Bien née, la voiture, qui a belle allure, est améliorée constamment. Très agile en virages, elle va encore évoluer en suspension, ressorts et amortisseurs, pour être encore plus compétitive. Après chaque course de Nick Bates, la voiture repart vers les ateliers Lola.

Dix voitures ont été vendues à des clients sportifs, quatre en Grande-Bretagne et six aux Etats-Unis, où existe un championnat équivalent et où la marque est connue pour avoir couru à Daytona et en Indycars avec Nigel Mansell.

La Lola est également utilisée outre-Atlantique dans une école de pilotage où quatre exemplaires sont utilisés à former les futurs pilotes.
LOLA
Loïc Bailliard
LOLA
Gilles Bonnafous
article précédent COOPER Bristol T23 F2

Page précédente
COOPER Bristol T23 F2

article suivant MASERATI V8 RI

Page suivante
MASERATI V8 RI

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de sportevolution123
sportevolution123 a dit le 20-08-2009 à 22:59
Je connais la marque car j'étais proprietaire d'une Lola T298 moteur 2L Cosworth 300 cv : une merveille