Centenaire de la Coupe Gordon Bennett

150 ancêtres et vétérans étaient rassemblés en Auvergne pour faire revivre la Coupe Gordon Bennett, l'ancêtre des Grands Prix automobiles.

sommaire :

PANHARD Course 1908

Gilles Bonnafous le 15/06/2005

Partagez

réagir

Voiture exceptionnelle, la Panhard course 1908 était l’une des vedettes des festivités organisées à l’occasion du centenaire de la Coupe Gordon Bennett. Emblématique des extraordinaires autos de course du début du siècle, elle est aussi l’une des plus puissantes machines de compétition de son époque.
PANHARD
G. Bonnafous
La Panhard photographiée dans les années 1970.
La Panhard photographiée dans les années 1970. D.R
La marque Panhard et Levassor avait préparé cette nouvelle voiture en vue de la saison sportive de 1908, en particulier du Grand Prix de France. Son châssis conserve des éléments des machines antérieures et il garde le même empattement de 2,35 mètres. Des améliorations mécaniques ont toutefois été apportées. Avec des cotes de 155 x 170 millimètres, le quatre cylindres donne généreusement 12 831 cm3. Il développe 120 ch à 1500 tr/mn, soit un régime élevé pour l’époque, surtout pour une course aussi longue. Le haut des cylindres est en forme de T et les soupapes sont disposées de chaque côté du moteur. L’allumage se fait par magnéto haute tension et l’embrayage est sur bronze. La boîte de vitesses possède quatre rapports. Ainsi gréée, la voiture atteint les 150 km/h pour un poids de 1240 kilos.
Le moteur 4 cylindres.
Le moteur 4 cylindres. D.R
La transmission par chaînes.
La transmission par chaînes. D.R

Alignée au Grand Prix de France 1908, disputé sur le circuit de Dieppe comme l’année précédente, la Panhard fut victime d’un grave accident. Au neuvième tour de l’épreuve, un pneu éclata et se déjanta, allant bloquer une roue arrière. La voiture fit une embardée, zigzaguant d’un bord à l’autre de la route avant de s’écraser contre un arbre. Son pilote, Cissac, et son mécanicien Schaube ne survécurent pas au drame. Une autre Panhard était engagée dans la course. Elle était pilotée par Henri Farman, qui allait devenir le grand constructeur d’avions et de voitures que l’on connaît.
Equipe Panhard en 1903
Equipe Panhard en 1903 D.R
Henri Farman aux eliminatoires de 1905
Henri Farman aux eliminatoires de 1905 D.R
L’épave de la Panhard sera achetée par un amateur de l’époque. On la retrouvera plus tard dans une collection installée à la Porte Maillot à Paris. C’est là que Serge Pozzoli s’en rendra acquéreur et la remettra en état. Il la cédera ensuite aux frères Schlumpf, qui lui offriront un complément de restauration.
Equipe Panhard au Grand Prix de Dieppe 1907
Equipe Panhard au Grand Prix de Dieppe 1907 D.R

La Panhard appartient aujourd’hui au Musée de l’Automobile de Mulhouse-Collection Schlumpf. En essais, elle a déjà dépassé les 130 km/h sur la base de Meyenheim, près de Mulhouse. Soucieux de faire sortir leurs voitures, les responsables du musée l’ont prêtée afin qu’elle puisse participer à la commémoration du centenaire de la Coupe Gordon Bennett. Avant cela, ils l’ont confiée à un spécialiste pour en assurer la fiabilité.
La voiture au Musee National de l'automobile - Collection Schlumpf
La voiture au Musee National de l'automobile - Collection Schlumpf D.R
Robert Panhart
Robert Panhart G. Bonnafous
La voiture a parfaitement fonctionné tout au long du week-end, où elle a fait l’admiration du public massé sur le bord des routes et dans les villages. Elle était pilotée par Robert Panhard, l’héritier de la marque doyenne, qui n’a pas ménagé son plaisir, faisant notamment apprécier la pointe de vitesse du monstre sur le circuit de Charade. Seul petit incident, un léger souci d’embrayage survenu le vendredi. Mais tout est vite rentré dans l’ordre grâce au concours d’un garagiste local (et à l’ancienne), dans le capharnaüm duquel ont été trouvées les pièces nécessaires à la réparation…
article précédent BRASIER Course 1907

Page précédente
BRASIER Course 1907

Partagez

réagir

Commentaires