Tour Auto 2004

Pour sa treizième édition, le Tour Auto 2004 offre deux nouveautés : l’arrivée à Saint-Tropez et la présence d’une épreuve sur circuit à chaque étape.

sommaire :

CG 1200 S

Gilles Bonnafous le 20/04/2004

Partagez

réagir

Michel Berga, notre confrère de France Info, est un fidèle du Tour Auto. Au volant de sa CG 1200 S, l’une des deux seules CG présentes en VHC, il en est à sa onzième participation à la boucle hexagonale. Et, précise-t-il non sans fierté, il a terminé à chaque fois — à une exception près, tout de même…

Légère et agile, idéale sur les petites routes sinueuses, la 1200 S lui donne beaucoup de plaisir. Il faut dire qu’elle remonte au temps béni des voitures à moteur en porte-à-faux arrière, des danseuses devant l’éternel ! Une époque où les gens savaient conduire…
Michel Berga et sa CG 1200 S
Michel Berga et sa CG 1200 S Motorlegend.com
CG
Motorlegend.com
Michel Berga a découvert les CG un peu par hasard. Jadis amateur du coupé Simca Bertone 1200 S, il en avait acheté trois successivement, qu’il faisait préparer pour le plaisir. Un jour, un ami lui a parlé de la marque CG, dont il ignorait l’existence. Après avoir passé une annonce en 1979, il prit le train direction Annecy pour en voir une, et l’acheter si affinité… Ceci sans jamais avoir rencontré une CG de sa vie ! Et ce fut le coup de foudre. Il revint à Paris au volant de sa nouvelle acquisition, dont la mécanique était fatiguée et la boîte avait perdu ses deux premiers rapports ! D’où des démarrages assez laborieux…

Tout était à refaire sur la voiture — un millésime 1972. Michel Berga l’a entièrement restaurée au fil des ans, un gros chantier auquel il a sacrifié beaucoup de ses loisirs, entraînant dans l’aventure une épouse compréhensive. La 1200 S a été mise en configuration course de l’époque — en dehors de la livrée qui, à l’origine, était blanche avec décor bleu. Et c’est le préparateur de l’époque qui la suit techniquement.

Michel Berga participe au Tour Auto en compagnie de Pierre Routelous, son mécanicien qui connaît la voiture comme sa poche et dont l’aide est précieuse. Ainsi, l’an dernier, Pierre Routelous a changé la boîte de vitesses de la 1200 S au bord de la route entre deux épreuves, le circuit de Lédenon et une spéciale. Sans prendre la moindre seconde de pénalité ! A l’arrivée de la spéciale, Michel Berga avait réalisé le huitième temps scratch, prenant une seconde et demie à Jean Ragnotti. C’est dire que le montage était parfait et que le pilote avait confiance dans le travail de son mécanicien…
CG
Motorlegend.com
CG
Motorlegend.com
Car participer au Tour Auto en catégorie compétition nécessite une assistance efficace. Ainsi, Michel Berga emporte dans ses bagages une boîte de vitesses de secours prête à être montée, des cardans, des pneus, des disques d’embrayage, un échappement et tous les accessoires du moteur (allumeurs, gicleurs de carburateur, etc.). Le seul élément manquant est un pare-brise, trop fragile pour être transporté. De sorte que, chaque année, la CG termine l’épreuve avec son pare-brise cassé en raison des mouvements de la caisse, dont la rigidité est mise à rude épreuve. D’une année sur l’autre, la voiture est entièrement révisée, le moteur et la boîte sont démontés et la caisse vérifiée.

Marque méconnue, CG mérite un petit rappel historique. A l'image de Charles Deutsch, René Bonnet et Jean Rédélé, les frères Chappe et Gessalin se sont lancés en 1966, avec la complicité de Simca, dans la création de CG, une de ces petites firmes à vocation sportive vivant en marge de la production automobile.
CG
Motorlegend.com
CG
Motorlegend.com

Sorti au Salon de 1966, le spider CG 1000 reprend la technique de la carrosserie en polyester montée sur un châssis à poutre centrale. La voiture reçoit le quatre cylindres de 944 cm3 de la Simca 1000. Mais c’est grâce au lancement du coupé Simca Bertone 1200 S que la marque va connaître son essor. Dévoilée au salon de Paris de 1968, la CG 1200 S hérite du 1204 cm3 alimenté par deux carburateurs double corps de la Simca. Avec 80 ch DIN à 6200 tr/mn, la nouvelle CG voit sa puissance doublée !
CG
Motorlegend.com
CG
Motorlegend.com
Proposée en spider et en coupé (en fait, un spider coiffé d’un hard-top), la CG voit sa proue modifiée par l’adjonction de projecteurs longue portée empruntés à la DS. Le surcroît de puissance s’accompagne de quelques améliorations mécaniques. Le radiateur d’eau émigre à l’avant, les quatre freins à disque bénéficient d’une assistance et quatre amortisseurs prennent place à l’arrière. En 1969, la 1200 S est dotée de vitamines supplémentaires grâce aux 85 ch DIN du moteur de Poissy.

Une version course de la 1200 S sera proposée. Baptisée proto 548 par référence à son poids, cette 1200 S allégée mais au moteur inchangé se présentera comme une machine compétition client réalisée sur devis avec aménagements à la carte. Appuyée par Chrysler France, la politique sportive engagée par CG en 1970 apportera aux CG une légitime notoriété.
article précédent BMW 30 CSL

Page précédente
BMW 30 CSL

article suivant FERRARI 365 GTB/4 Daytona Gr IV

Page suivante
FERRARI 365 GTB/4 Daytona Gr IV

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de jeanluc74
jeanluc74 a dit le 05-01-2010 à 21:24
bonsoir, je viens de voir votre annonce sur le site à propos de la CG. j'ai été en possession d'une CG 1200S et je l'ai vendue en fin 1978 sur annecy. je pense alors que ce véhicule pouvait être le mien. ma CG était blanche avec des bandes bleues et des gentes TARGA. ce véhicule a t il été repeins ou est ce la peinture d'origine? je possède plusieurs photos de mon ancienne CG qui a de fortes chances d'^être ce véhicule vu le peu de simcaCG 1200 en haute savoie à la même époque et au même lieu. merci. bonne soirée