Tour Auto 2003

Tour Auto 2003 C'est sous un soleil radieux mais par une température glaciale que les 200 voitures du Tour Auto 2003 se sont élancées mardi 8 avril des fontaines du Trocadéro. On souffrait pour les pilotes des voitures ouvertes… Tout en respectant l'alternance Cannes-Biarritz pour ville d'arrivée — c'était le tour de Cannes —, la boucle hexagonale empruntait cette année un itinéraire original, cantonné à la moitié Est de la France. Les quatre villes étapes étaient donc Dijon, Vichy, Aix-les-Bains et Nîmes, la Croisette marquant le terme de l'épreuve. Un périple de cinq jours, dont le parcours combinait, comme à l'accoutumée, les circuits (Dijon, Charade et Ledenon) et les épreuves spéciales, au nombre de neuf, dont Le Revard, Chamrousse et le col du Colombier. Au volant de leurs bolides, les heureux concurrents étaient répartis en trois plateaux réservés à la classe compétition et deux dédiés à la régularité. La vedette du musée automobile vivant qu'est chaque année le Tour Auto était sans conteste la Matra 650 d'Olivier Cazalières. Si, contrairement à ce qui a été annoncé, elle n'a pas couru le Tour de France automobile, elle a participé aux 24 heures du Mans en 1969. A son volant, Jean-Pierre Beltoise et Piers Courage prirent la quatrième place derrière deux Ford GT 40 (première et troisième) et une Porsche 908 (deuxième). On avait rapidement aperçu la voiture au Mans Classic 2002, avant qu'elle ne se retire, dès les essais, sur ennui mécanique. Cette fois-ci, les spectateurs du Tour Auto ont eu le bonheur de l'admirer et de l'entendre (la formidable sonorité du V12 Matra !) jusqu'au rivage de la grande bleue. Terminant certes à la très modeste avant-dernière place du classement compétition, mais l'essentiel n'était-il pas de participer…

 Tour Auto 2003

Tour Auto 2003

C'est sous un soleil radieux mais par une température glaciale que les 200 voitures du Tour Auto 2003 se sont élancées mardi 8 avril des fontaines du Trocadéro. On souffrait pour les pilotes des...