Essai VOLKSWAGEN Eos 2011

David Lamboley le 28/03/2011

Sur le marché hexagonal, le Volkswagen Eos est le premier cabriolet importé. Une position qui réclame une mise à jour rigoureuse et des restylages réguliers, dont acte.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Le visage des Volkswagen a changé. Parfois critiqué pour sa trop grande inspiration Audi, avec cette calandre trapézoïdale trop vue, trop copiée, le style VW rentre dans le rang, sans ostentation. L'architecture de la face avant, désormais commune à tous les modèles VW, se remarque avant tout par une calandre rectiligne à barrettes horizontales reliant les deux optiques oblongues. C'est propre, net, mais finalement assez banal. Le coupé cabriolet Volkswagen Eos est le dernier modèle en date à profiter de cette nouvelle donne stylistique. C'est presque dommage, car il était le seul à véritablement se démarquer de la base dont il est issu, la Golf de précédente génération.

Lancé en 2006 et vendu à plus de 175 000 exemplaires dans le monde, dont 13 000 en France, le « CC » allemand est aujourd'hui le troisième de son segment sur le marché hexagonal, derrière les Renault Mégane et Peugeot 308. Un succès qui s'explique par sa grande homogénéité. Bien construit, plutôt élégant, pratique avec son toit en dur rétractable en verre et sa fonction toit ouvrant, il permet aussi de rouler économiquement à travers son modèle diesel TDi140, qui sait se faire discret. Dynamiquement parlant, il s'avère sans histoires. Homogène en termes de suspension, il autorise une bonne tenue de route et un confort préservé. Le Volkswagen Eos, c'est sûr, n'est pas un coupé-cabriolet passionnant, mais il s'acquitte parfaitement de sa tâche sans se faire remarquer, et c'est là l'essentiel…

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Le constructeur allemand se targue d'étendre à tous ses modèles le nouvel « ADN » stylistique, véritable signature qui permet d'identifier sans coup férir une Volkswagen. On parlera plutôt d'un nouveau visage, car c'est là que tout se joue en l'occurrence. Tout comme la Passat, le VW Eos n'est pas un tout nouveau modèle mais il bénéficie d'un restyling assez important. La nouvelle architecture de la face avant, désormais organisée autour d'une calandre rectiligne à barrettes horizontales reliant des phares oblongs, se retrouve donc sur tous les modèles VW.

Les boucliers sont également revus, tout comme la poupe, désormais habillée de feux à led. Rajeuni, mais plutôt discret, le Volkswagen Eos se différencie désormais peu des autres modèles Volkswagen, et notamment de la Golf. Certains regretteront que ce « CC » à l'allemande rentre à ce point dans le rang, à l'heure où l'esthétique devient prépondérant à l'heure du choix d'un modèle. A l'intérieur, difficile de faire la moindre différence entre ce millésime 2011 et les anciennes versions. Volkswagen annonce pourtant de nouveaux habillages, ainsi que la disponibilité de certains équipements, comme la Light Assist. Quoi qu'il en soit, le style a vieilli, et on se consolera en appréciant la qualité préservée.

Mécanique, châssis

Pour résumer, le Volkswagen Eos est techniquement basé sur l'ancienne Golf –trains roulants, moteurs, boîtes-, et ne change guère sur ce point. Pas de surprises, donc, puisque l'on retrouve cette homogénéité caractéristique et cet agrément qui permet de préserver confort et dynamisme relatif. Comme certains produits de grande consommation présents dans les foyers depuis plusieurs générations, l'Eos ne déçoit pas, mais n'étonne pas, laissant la passion, les surprises ou les désagréments à d'autres.

Notre version diesel TDi 140 ch estampillée BlueMotion, seule proposition gazole sur ce modèle, autorise une belle réactivité et un fonctionnement à peu près discret, sans oublier l'économie réalisée à la pompe. Deux transmissions sont proposées, une boîte manuelle à six rapports, ou une boîte robotisée à double embrayage DSG, elle aussi à 6 rapports. Toutes deux sont couplées au système Start-Stop. Par rapport au précédent modèle, Volkswagen annonce des consommations revues à la baisse –jusqu'à 0,7 litre annoncé-, soit 4,8 litres aux 100 km. Le tour de passe-passe, encore une fois, est obtenu par le Start-Stop, mais aussi en rallongeant les rapports de boîte. Le VW Eos TDi 140 n'a de toutes façons pas de destination sportive.

Sur la route

Encore une fois, c'est son homogénéité qui fait de l'Eos une des meilleures propositions du genre, et ce malgré sa base technique relativement ancienne. Jamais, à son volant, nous n'avons eu d'impression désagréable, même en flirtant avec les limites du châssis. Plutôt typés confort, les trains roulants bien guidés mettent en confiance. Le couple assez important (320 Nm) est digéré sans problème par le train avant, bien servi par une direction sans histoire, quoique parfois un peu trop informative sur mauvais revêtement.

Encore une fois, nous avons affaire à une définition quasi-inchangée depuis la sortie du modèle en 2006. En ce qui concerne l'agrément à bord, il est évidemment question du système de toit rétractable –comptez environ 25 secondes- qui fait également office de grand toit ouvrant en verre. Le Volkswagen Eos en définition coupé s'avère donc lumineux, et tout à fait agréable, grâce au filet anti-remous, en définition cabriolet. On notera juste que l'important poids à vide, environ 1600 kg, n'en fait pas une ballerine. En restant en deçà de la conduite sportive, tout va pour le mieux, donc.

À retenir

Le même en (un peu) mieux, voilà de façon laconique l'Eos tel qu'on peut le définir aujourd'hui. Hormis un restyling moins différenciant qui le fait rentrer dans le rang au chapitre stylistique, le coupé-cabriolet de Volkswagen fait valoir d'excellents arguments. Mais ce sont toujours les mêmes, vieux de cinq ans…
points fortsHomogénéité remarquable, mécanique économique et discrète, voiture bien construite, image VW.
points faiblesStyle moins différenciant, pas de passion au volant, volume du coffre faible en position cabriolet.
13.1

20
Les chiffres
Prix 2011 : 30890 €
Puissance : 140 ch
0 à 100km/h : 10.3s
Conso mixte : 4.8l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 12/20
Sécurité active et passive : 13/20
Confort et vie à bord : 13/20
Budget : 16/20

Autres articles pouvant vous intéresser

VOLKSWAGEN Eos 2006
VOLKSWAGEN Eos 2006

Affichant une silhouette élégante, la Volkswagen Eos se veut surtout un...

VOLKSWAGEN T-Roc R
VOLKSWAGEN T-Roc R

Volkswagen lance une version sportive de son petit SUV. Chic, stylé et...

VOLKSWAGEN Passat SW GTE
VOLKSWAGEN Passat SW GTE

Bien que la catégorie des familiales soit en pertes de vitesse, Volkswagen...

Tous les essais VOLKSWAGEN
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé

Mercedes renouvelle son grand « SUV coupé » et le décline dans cette inédite...

MERCEDES AMG CLA 35 4Matic Shooting Brake
MERCEDES AMG CLA 35 4Matic Shooting Brake

Le nouveau Mercedes CLA Shooting Brake peaufine son style et sa technologie,...

JAGUAR XE SV Project 8
JAGUAR XE SV Project 8

Les opérations spéciales de Jaguar n'auront jamais aussi bien porté leur nom...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de Kyu
Kyu a dit le 30-03-2011 à 15:04
Franchement, je préfère, et de loin, l'ancien modèle, qui fait plus moderne. Cette face avant, commune à toutes les vévés, est d'un banal et d'un ennui à regarder... Cela fait "Papy". Dommage, le véhicule en lui même est plaisant, mais triste.
avatar de dlambo
dlambo a dit le 30-03-2011 à 13:07
Quand vous parlez de "pays du golf", vous voulez dire l'allemagne et l'autriche ?
avatar de steeves
steeves a dit le 30-03-2011 à 12:37
je pensais que le fait de ressortir une nouvelle golf cabriolet allait supprimer l'EOS qui reste indispensable à l'export en europe ,car les agressions gratuites font que les vrais cabriolets sont en voie d'extinction sauf aux USA et dans les pays du golf où le vandalisme est tres limité !