Essai AUDI A1 185 ch

Jean-François Destin le 21/03/2011

Sportive dans son ADN, l'A1, la berline compacte "premium" d'Audi est désormais disponible en 185 chevaux. Un châssis "sport" et la boite S-Tronic à double embrayage sont aussi au programme en série.

Voir la vidéo en HD

Présentation

En attendant une hypothétique S1 ou même une RS1, Audi propose à sa clientèle avide de sensations sportives l'A1 en version 185 chevaux. Cette escalade à la puissance s'est effectuée vertueusement à partir du petit moteur 1400 cm3 déjà exploité sur l'Audi A1 en 122 chevaux. Comme on l'imagine, le bond en avant des performances est spectaculaire (227 km/h et le 0 à 100 km/h en 6,9 secondes) mais la consommation reste très convenable avec 5,9l en mixte et 8 litres réels, les rejets étant limités à 139 grammes de CO². Ce rendement énergétique résulte d'une suralimentation très étudiée associant un compresseur à bas régime et un turbo à partir de 3500 tours. Une action relais permettant de distiller les chevaux sans à coups sur une très large plage d'utilisation.

Dès le départ très pointu (dans le bon sens du terme) avec un développement spécifique du train arrière, l'A1 bénéficie ici d'un châssis sport s'accommodant aisément du couple plus élevé. On ne note aucun effet parasite dans le train avant, le comportement équilibré voire neutre assurant un pilotage rapide facile et rassurant. Côté design, notre Audi A1 185 ch en finition S-Line a reçu en option la peinture rouge Misano nacrée, des arches de toit argent et des jantes alliage exclusives de 17 pouces. A bord, la dotation s'enrichit entre autres de sièges "sport" revêtus d'une sellerie noire à surpiqures grises, d'un volant recouvert de cuir perforé et de seuils de porte siglés. L'A1 TFSI 185 chevaux est affichée en base "Ambition" à 25.900 € mais atteint ici 33.420 € par le jeu des options.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

A sa sortie en 2010, nous avions salué le dessin de cette compacte qui parvient, tout en restant fidèle au style général de la marque, à offrir une silhouette originale. Cette version musclée se distingue au travers de son pack extérieur S-Line par un bouclier avant ajouré, une calandre noir brillant, le traitement bicolore, les bas de caisse élargis, un aileron et le diffuseur. Le châssis sport (la caisse est abaissée de 10 mm) et bien entendu les jantes spécifiques contribuent à la sportivité de la ligne de l'Audi A1.

Pas très spacieux à l'arrière, l'habitacle fait toujours référence dans cette catégorie par le choix des matériaux (y compris les plastiques très moussés), la finition et l'apport indéniable des nombreuses options retenues ici. Les sièges "sport" assurent un excellent maintien en conduite rapide et on remarque la climatisation régulée, le très cher pack "Navigation Advanced" à 2690 €, le système audio Bose, la climatisation régulée et le démarrage sans clé.

Châssis et moteur

On l'a dit plus haut, l'A1 bénéficie dans cette version d'un châssis sport. En revanche, toutes les versions depuis le lancement ont droit à un train arrière spécifique. Il ne s'agit pas de roues directrices ou légèrement pivotantes mais de paliers de guidage spécifiquement développés. Propres à l'Audi A1, ces réglages rendent l'arrière plus directionnel et facilitent le placement de la voiture en courbe et en entrée de virage. Audi explique aussi que cette disposition rend l'auto légèrement sous-vireuse, une réaction inhérente à toutes les "traction" mais qui trouve ici sa bonne limite sécuritaire. Ajoutons que la rigueur des trajectoires tient aussi à la précision de la direction à assistance électro-hydraulique, aux voies généreuses et aux pneus larges assurant un équilibre de comportement très rassurant. Seul bémol : un confort relatif du à une suspension ferme.

Le moteur 1400 cm3 est connu et anime l'A1 en version de base. Il répond parfaitement à la stratégie "downsizing" mise en place pour offrir de bons rendements énergétiques à partir de cylindrées modestes. Sur la nouvelle A1, cette suralimentation à étages associée à l'injection directe permet 227 km/h et 6,9 s au 0 à 100 km/h en ne consommant que 5,9l aux cent en cycle mixte. Un résultat remarquable. Pour profiter au maximum de ce petit 4 cylindres, Audi a choisi de le faire travailler exclusivement avec la boite S-Tronic double embrayage à 7 rapports. L'assurance de passages de vitesse éclair et en douceur et d'un étagement permettant d'avoir toujours une réserve de chevaux sous le pied. Attention toutefois au mode "sport" assez décevant.

Sur la route

Avant même de réveiller le moteur, l'A1 qui n'est pas une Audi au rabais, se montre prévenante avec le conducteur. Les réglages du siège et du volant permettent de se sentir immédiatement à l'aise. Dès les premiers kilomètres, on a l'occasion d'apprécier la direction à assistance électro-hydraulique. Facile en zone urbaine, elle s'adapte à la conduite rapide en procurant une bonne sensation du train avant. Sèche, notamment au niveau des raccords de bitume, la suspension vous rappelle que vous pilotez une compacte sportive. Cette fermeté des trains roulants s'ajoute au châssis sport pour vous aider à soigner les trajectoires. Même en arrivant trop vite et en vrac à l'entrée d'un virage se refermant, l'Audi A1 reste facile à contrôler.

Souple à bas régime, allègre à monter dans les tours et très tonique en approchant la zone rouge, le petit 1400 cm3 mérite bien la boite S-Tronic à double embrayage et à deux programmes. Dans la plupart des cas, le mode D privilégiant la consommation se montre suffisamment réactif et agréable. En basculant le levier vers le mode S (Sport), on se sent moins dépendant en changeant de rapports à partir des palettes au volant. En fait une fausse joie car les logiciels de la boite assez déconcertants refusent de monter ou descendre les rapports comme on le souhaiterait. C'est vite lassant et on repasse en D.

À retenir

Avec la version essence 185 chevaux, Audi poursuit la déclinaison de l'A1 avant d'en venir aux modèles plus radicaux S1 ou RSI et de l'équiper sans doute de la transmission intégrale Quattro. La 1.4 TFSI 185 chevaux ne devrait pas faire un gros score en France du fait de son prix très élevé. La flambée des tarifs du pétrole favorise plutôt la très sobre version de base 1.2 TFSI 86 chevaux et surtout la diesel 1.6 TDI 105 chevaux affichant une consommation mixte de 3,9l ! Reste que ceux qui pourront s'offrir la 185 chevaux ne regretteront pas. Plus GT que GTI, elle permet grâce à la souplesse du moteur et à l'efficacité de la boite à double embrayage de l'utiliser au quotidien et de disposer d'un outil redoutable à un rythme élevé.
points fortsDesign bien personnalisé, habitacle de qualité, association moteur/boite, tenue de route, direction, insonorisation.
points faiblesSuspension ferme, prix, place à l'arrière pour les jambes.
14.3

20
Les chiffres
Prix 2011 : 33 420 €
Puissance : 185 ch
0 à 100km/h : 6.9s
Conso mixte : 5.9l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 12/20

Autres articles pouvant vous intéresser

AUDI A1 Quattro
AUDI A1 Quattro

Audi a osé mettre un gros moteur dans sa petite citadine ! Le résultat, c'est...

AUDI A1
AUDI A1

Après l'A2 des années 2000, l'A1 constitue la deuxième tentative d'Audi...

AUDI TTS Coupé
AUDI TTS Coupé

L'Audi TT fête son anniversaire avec un (très) léger restylage et des...

Tous les essais AUDI
AUDI TTS Coupé
AUDI TTS Coupé

L'Audi TT fête son anniversaire avec un (très) léger restylage et des...

MASERATI Levante S
MASERATI Levante S

Maserati a mis à jour sa gamme, et notamment le pourtant tout jeune SUV...

AUDI R8 V10 Performance
AUDI R8 V10 Performance

Les supercars à moteur atmosphérique sont condamnées à brèves échéance....

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de nicodender
nicodender a dit le 02-11-2011 à 22:18
Sauf que la sav Citroën est loin du compte, on te la bousille au garage......
avatar de JACKY02
JACKY02 a dit le 26-03-2011 à 21:56
Toto2cv, je pense que malheureusement, c'est la"réponse" d'audi à la "DS"3 thp 150. La "racing" n'etant pas assez "racing" c'est justement elle qui joue "petit" bras. Pour qu'elle soit vraiment "racing" il lui manque au moins 50cv.
avatar de toto2cv
toto2cv a dit le 24-03-2011 à 20:59
hahaha face à la DS3R de 202ch (0 à 100 km/h en 6,5 secondes) Audi joue petit !!!