< retour

Essai HYUNDAI Genesis Coupé

Vincent Desmonts le 04/04/2011

Le coupé Genesis débarque pour redorer le blason de Hyundai. Doté d'un gros V6 et de roues arrière motrices, il s'affiche à un prix canon, mais est-il à la hauteur de ses rivaux ?

Voir la vidéo en HD

Présentation

Commercialisé aux États-Unis depuis 2008, le coupé Genesis arrive aujourd'hui sur le marché français afin de redorer le blason de Hyundai. Avec son prix canon (35 990 € en version 3.8 de 303 chevaux), le Genesis casse la baraque, en s'affichant quelque 6 000 € moins cher qu'un Nissan 370Z déjà réputé pour son caractère accessible. Le tout avec un look qui en impose et un habitacle plutôt bien présenté, avec deux places acceptables à l'arrière. À la conduite, le Hyundai Genesis révèle un caractère plutôt américain... mais tendance « muscle car » ! Si le confort se révèle soigné (insonorisation poussée, douceur de la boîte automatique) malgré des suspensions fermes, l'efficacité n'est pas le point fort du Genesis.

Le poids assez important (1 640 kilos à vide) se ressent dès que le rythme s'accélère, avec un train avant qui insiste pour élargir la trajectoire. Et si l'on s'amuse à débrancher le très castrateur ESP, le train arrière insiste pour passer devant, sans doute pour prêter main forte à son collègue ! L'amortissement peu rigoureux et l'accélérateur difficile à doser se conjuguent pour faire du Hyundai Genesis un engin tortillant joyeusement du derrière. À défaut d'être très efficace, la bête se révèle ludique... du moins sur le sec. Sur le mouillé, par contre, il vaudra mieux faire preuve de circonspection. Au final, s'il n'offre pas la rigueur d'un Nissan 370Z, le Genesis n'en reste pas moins une offre honnête et rafraîchissante sur le segment des coupés sportifs.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Le coupé Hyundai Genesis dérive de la berline du même nom, rivale des Audi A6, BMW Série 5 et Mercedes Classe E, et commercialisée depuis 2008 en Amérique du Nord. Ce qui explique ses dimensions extérieures généreuses (4,63 m de longueur) et son architecture à moteur en long et roues arrière motrices. Le style extérieur apparaît plutôt élégant, même si la face avant manque de personnalité. Les flancs sont heureusement plus travaillés, avec deux plis de tôle en Z courant le long des portières et cette curieuse virgule ornant la vitre de custode. À l'arrière, les hanches solides et les deux sorties d'échappement donnent une belle impression de puissance.

L'habitacle est plus classique, avec une bonne position de conduite et une finition correcte. Reste que si l'équipement inclut un système audio haut de gamme, la clé mains libres, une sellerie cuir ou un toit ouvrant, on peste contre certaines lacunes, comme l'absence de connexion Bluetooth ou les sièges avant dépourvus de fonctionnalité « easy entry ». On se consolera avec une habitabilité très correcte, malgré une garde au toit réduite aux places arrière.

Mécanique et châssis

Le Genesis hérite de la version la plus puissante des V6 de la famille « Lambda » Hyundai. Ce bloc tout aluminium de 3,8 litres est doté d'une injection multipoint, d'un double calage variable de la distribution et de pistons refroidis par jet d'huile. Ce V6 produit 303 chevaux à 6 300 tr/min et un couple de 361 Nm à 4 700 tr/min, des valeurs dans la moyenne de la catégorie. À noter qu'une version à injection directe forte de 333 chevaux a été introduite sur les versions américaines. Il ne serait guère étonnant que le Genesis européen en hérite à plus ou moins long terme...

S'il est disponible avec une boîte manuelle aux États-Unis, le Genesis 3.8 n'est livrable chez nous qu'avec une transmission automatique ZF à 6 rapports offrant un mode séquentiel avec palettes au volant. La puissance est transmise aux roues arrière par l'intermédiaire d'un différentiel à glissement limité. L'essieu avant est de type Mac Pherson, tandis qu'un train multibras prend place à l'arrière. Les amortisseurs à gaz sont de type conventionnel. L'ESP est totalement déconnectable.

Sur la route

Les premiers kilomètres effectués à bord du Hyundai Genesis Coupé en milieu urbain mettent immédiatement en évidence la remarquable douceur de l'ensemble moteur-boîte. Les rapports passent dans du velours, et le V6 affiche une belle souplesse. En quittant la ville par l'autoroute, on découvre en outre une insonorisation particulièrement soignée. Bref, le Genesis serait un excellent coupé GT... si seulement les suspensions étaient un peu plus douces. En l'état, la moindre plaque d'égout est un peu trop sèchement répercutée dans le dos. Sur routes sinueuses, le tableau s'assombrit un peu. La boîte automatique réagit trop lentement aux impulsions sur les palettes au volant. Le gros V6 installé un peu trop en porte-à-faux pèse sur le train avant, qui tend à élargir la trajectoire dès que l'on s'amuse à le « charger » un tant soit peu.

La direction dépourvue de ressenti rend en outre difficile la perception du grip disponible. Une fois le train avant posé, en revanche, c'est le train arrière qui vient à se dérober ! L'ESP intervient très tôt pour juguler des pertes de motricité qui interviennent à la moindre accélération... y compris sur sol sec. Une fois la bride électronique débranchée, le Hyundai Genesis Coupé se révèle joueur, très joueur ! Il affirme alors son côté « muscle car » vaguement surmotorisé. Sur le mouillé, on s'abstiendra de jouer les héros, à moins d'être au top de son jeu. Sur le sec, l'ensemble arrache régulièrement des sourires à son « pilote », qui ne s'ennuie pas au volant et finit par trouver bien attachant ce coupé. Une auto imparfaite, mais au caractère affirmé !

À retenir

Soyons clairs : le Hyundai Genesis Coupé n'offre pas les sensations brutes d'une Nissan 370Z ou l'homogénéité d'une Porsche Boxster S. Mais vu son tarif ultra discount, on se gardera bien de le lui reprocher ! Spacieux, plutôt confortable sur longs parcours, assez performant et surtout franchement caractériel quand on le provoque, ce coupé se révèle attachant. Un train avant plus efficace, une motricité améliorée et un amortissement mieux calibrés ne seraient cependant pas du luxe. Messieurs de chez Hyundai, au travail !
points fortsPrix imbattable, moteur souple, boîte douce, habitabilité, insonorisation, style.
points faiblesEfficacité en retrait, motricité perfectible, amortissement, lacunes d'équipement.
13.5

20
Les chiffres
Prix 2011 : 35 990 €
Puissance : 303 ch
0 à 100km/h : 6.3s
Conso mixte : 9.9l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 11/20
Sécurité active et passive : 13/20
Confort et vie à bord : 13/20
Budget : 16/20

Autres articles pouvant vous intéresser

HYUNDAI Veloster Turbo
HYUNDAI Veloster Turbo

Avec seulement 140 chevaux, le Hyundai Veloster nous avait laissés sur notre...

HYUNDAI Veloster
HYUNDAI Veloster

Hyundai continue à progresser et ose désormais lancer des modèles de plus en...

HYUNDAI ix55
HYUNDAI ix55

Après le Tucson et le Santa Fe, Hyundai continue de décliner sa gamme de 4X4...

Tous les essais HYUNDAI
ASTON MARTIN DB11 V8
ASTON MARTIN DB11 V8

Tout juste commercialisée, la sublime Aston Martin DB11 s'offre une nouvelle...

ALFA ROMEO Stelvio 2.9 V6 AT8 Q4 Quadrifoglio
ALFA ROMEO Stelvio 2.9 V6 AT8 Q4 Quadrifoglio

Non content d'afficher des performances de supercar, le nouvel Alfa Romeo...

LAND ROVER Range Rover P400e Autobiography
LAND ROVER Range Rover P400e Autobiography

Le Range Rover s'offre un lifting et se décline désormais dans une version...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de Racoon
Racoon a dit le 06-04-2011 à 15:23
Bonjour Steeves. Cinq cent kilos pour les seuls équipements ? Comme vous y allez ! Personnellement, je dirais guère plus de 100 kilos (climatisation comprise), le reste du surpoids des automobiles actuelles étant le fait des renforts de structure destinés à la sécurité passive (crash tests). De vraies sportives sans fioritures ? Cela existe, mais chez Lotus, Caterham ou Westfield :-)
avatar de steeves
steeves a dit le 06-04-2011 à 04:33
avec tous les equipements actuels la surcharge est souvent de cinq cent kilos du coup il faut une cinquantaine de chevaux pour les oublier au minimum ;je pense qu'il faut revenir a des vraies sportives sans fioritures et le plaisir sera là pour les voitures de moins de 200 chevaux !