< retour

Essai PEUGEOT 308 CC

Vincent Desmonts le 01/08/2011

À peine plus de deux ans après son lancement, la 308 CC profite d'un restylage. Un lifting plutôt bienvenu, puisqu'il rend la face avant moins caricaturale.

Voir la vidéo en HD

Présentation

À peine plus de deux ans après son lancement, la 308 CC profite d'un restylage. Un lifting plutôt bienvenu, puisqu'il rend la face avant moins caricaturale : la calandre arbore désormais des dimensions plus modestes. Elle est en outre encadrée par des feux de jour à diodes, suivant ainsi la grande mode actuelle. Le capot a également été redessiné. À l'arrière, en revanche, point de changement. Le cabriolet Peugeot conserve donc sa poupe massive, rendue obligatoire par la cinématique du volumineux toit rétractable en deux parties. Ce dernier n'est actionnable qu'à l'arrêt, et les opérations de capotage ou décapotage réclament une vingtaine de secondes.

La présentation intérieure est plutôt flatteuse, surtout lorsque l'on a coché l'option cuir intégral (900 €, sur la finition Féline uniquement). Les peausseries recouvrent alors non seulement les sièges, mais également la planche de bord et la partie supérieure des contreportes. Les sièges avant intègrent le système « Airwave » de chauffage de nuque, mais les places arrière restent relativement exiguës. Désormais disponible avec le 1.6 THP 200 ch de la version GTI, la Peugeot 308 CC n'en devient pas pour autant une sportive. Le comportement routier est efficace, mais l'amortissement plus conciliant qu'auparavant privilégie – avec logique – le confort. Plus que par sa puissance brute, c'est par sa souplesse et sa relative sobriété que le 1.6 THP se fait apprécier au quotidien. Mais à presque 34 000 €, la facture commence à être salée !

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Sous l'impulsion de Gilles Vidal, responsable du style Peugeot, et de Jean-Pierre Ploué, patron du design de PSA, la firme au Lion entame une petite révolution. Après les styles un rien outranciers des dernières années (optiques étirées à l'extrême, calandres surdimensionnées...), Peugeot revient à plus de sobriété, avec un design en ligne avec la tradition maison. Sur la 308, le changement est marquant : la calandre béante de la précédente génération laisse place à une ouverture plus discrète, encadrée de feux de jour à diodes. Tout bénéf' !

Hélas, la partie arrière n'a pas fait l'objet d'autant d'attentions. La poupe de la 308 CC reste donc très massive, afin de pouvoir héberger le volumineux toit une fois qu'il est replié. Sa cinématique pèse aussi sur l'habitabilité arrière, un peu juste en largeur. Les passagers avant sont heureusement bien installés, avec des sièges qui intègrent un chauffage de nuque et une excellente protection contre les remous aérodynamiques. Mais le pare-brise très allongé ferait presque oublier que l'on roule en cabriolet... En outre, il vaut mieux faire attention en s'installant à bord afin de ne pas se cogner aux montants. Spacieux en configuration capotée (403 dm3), le coffre perd de sa superbe (226 dm3) et surtout de son accessibilité une fois le toit replié.

Mécanique et châssis

Dans sa précédente incarnation, la Peugeot 308 CC ne disposait pas réellement d'une version « locomotive », capable de s'imposer face aux plus puissantes Volkswagen Eos et Renault Mégane Coupé-Cabriolet. C'est désormais chose faite, avec l'adoption du 1.6 THP 200 ch apparu voici quelques mois dans la 308 GTI. Un bloc puissant, mais surtout très disponible, puisque le couple maxi de 275 Nm est atteint dès 1 700 tr/min. Il est exclusivement associé à une boîte manuelle à 6 rapports. Côté liaisons au sol, la Peugeot 308 CC restylée reprend les géométries de la précédente génération, avec un train pseudo-Mac Pherson à l'avant et une traverse souple à l'arrière. La direction est électro-hydraulique et l'ESP n'est déconnectable qu'en dessous de 50 km/h.

Sur la route

La 308 CC 1.6 THP 200 ch n'est pas du genre feignante. Le 0 à 100 km/h ne réclame que 8,3 s, tandis que l'aérodynamique favorable (en configuration coupé!) autorise une vitesse maxi de 240 km/h. Mais cette Peugeot n'est pas pour autant une sportive : là n'est pas sa vocation. L'auto dépasse les 1,6 tonne en charge, ce qui pénalise forcément l'agilité. Mais la rigidité est plutôt bonne (tout juste note-t-on quelques vibrations dans la colonne de direction sur chaussées dégradées), tandis que l'équilibre très convaincant du châssis met le conducteur en confiance. Même si Peugeot ne communique pas sur le sujet, les suspensions nous ont semblé plus conciliantes que sur la précédente génération, réglée un peu trop ferme. Le confort y gagne, tout comme l'efficacité sur routes bosselées. Le moteur 1.6 THP se fait apprécier pour sa souplesse et sa sonorité plutôt plaisante. Sa disponibilité à bas régimes et la boîte bien étagée permet une conduite en souplesse qui profite à la consommation : lors de notre essai comprenant des trajets autoroutiers, l'ordinateur de bord est resté sous la barre des 8 l/100 km. Sur l'autoroute, justement, le filet antiremous (de série sur la finition Féline, 260 € sur les autres) se révèle un allié précieux, en maintenant les turbulences à un niveau parfaitement acceptable jusqu'à 130 km/h. Le coupé-cabriolet Peugeot est incontestablement un très bon élève sur ce plan. Mais cette protection est aussi le fait d'un pare-brise très reculé... qui réduit d'autant l'impression de rouler en cabriolet.

À retenir

Même restylée et dotée du plus puissant moteur essence de la gamme, la 308 CC n'est pas une voiture passion. Mais c'est un coupé-cabriolet bien conçu, confortable et taillé pour la route. Le coffre spacieux et la consommation maîtrisée seront de précieux atouts dans la vie quotidienne, tout comme les deux places arrière, qui seront bien utiles en dépannage. Une Peugeot dans la tradition, en somme : pratique et plaisante à conduire.
points fortsSouplesse du moteur, comportement routier, confort en progrès, aérodynamique soignée, consommation maîtrisée.
points faiblesProfil massif, tarif un rien élevé, places arrière peu confortables.
14.3

20
Les chiffres
Prix 2011 : 33 800 €
Puissance : 200 ch
0 à 100km/h : 8.3s
Conso mixte : 7l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 15/20
Confort et vie à bord : 14/20
Budget : 15/20

Autres articles pouvant vous intéresser

PEUGEOT 308 CC
PEUGEOT 308 CC

En améliorant les prestations déjà bonnes de sa devancière, la Peugeot 308 CC...

PEUGEOT 508 SW PureTech 180 EAT8 GT Line
PEUGEOT 508 SW PureTech 180 EAT8 GT Line

Dans un segment dominé par le conformisme, le nouveau break Peugeot impose un...

PEUGEOT 508 (II) 2.0 BlueHDi 160 ch Allure EAT8
PEUGEOT 508 (II) 2.0 BlueHDi 160 ch Allure EAT8

Désormais largement dominé par les marques premium, le marché des berlines...

Tous les essais PEUGEOT
HYUNDAI Nexo
HYUNDAI Nexo

La pile à combustible est présentée par beaucoup comme le meilleur carburant...

BMW i8 Roadster
BMW i8 Roadster

Depuis quelques mois, la BMW i8 existe en roadster, déclinaison qui...

SKODA Kodiaq RS
SKODA Kodiaq RS

A contre-courant du marché, qui délaisse petit à petit les moteurs Diesel,...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de clubster
clubster a dit le 13-12-2013 à 19:18
tout n'est qu'une question de gout...On a une Golf 6 de 2011 et une 308cc de 2012 et sincèrement c'est l'esthétique de la golf que je ne supporte plus! Il est clair que la 308 et nettement plus bling-bling mais en matière d'esthétique tout est discutable...Au moins avec ce véhicule je ne me sens pas comme tout le monde (exit les Audi A3, BM, focus & co) Après, heureusement que certaines personnes n'aiment pas sinon je ne serais plus "Différent" ;)
avatar de aixd1
aixd1 a dit le 10-08-2012 à 21:29
Je préfère un milliard de fois l'ancienne calandre ! J'espère qu'ils ne vont pas aussi changer celle du RCZ !!!!!!
avatar de Clovis44
Clovis44 a dit le 20-08-2011 à 23:32
Errreur dans les commentaires: le décapotage peut bien se faire en roulant. Quant à la nouvelle calandre on dirait plutot un lion édenté ,le progrès est donc très subjectif, de plus le cabriolet nouvelle version perd sa calandre sport exclusive,dommage...D'accord avec ERIC78, pour en posséder une depuis un an très bonne protection au vent et très utilisable au quotidien, hormis les grands portières. Une critique en revanche qui apparaît rarement dans les essais: une tendance de la suspension arrière à sautiller sur revêment légèrement gondolé (rare mais très désagréable). Enfin magnifique ligne générale, confirmée par son succès ou sur un segment ou l'esthétique prime. Je en suis pas pressé de voir sa remplaçante...
avatar de ERIC780
ERIC780 a dit le 03-08-2011 à 13:47
pour ma part je trouve l'ancienne version magnifique, et son avant lui donnait un fort caractère que la nouvelle calandre banalyse... et elle n'a rien à envier aux versions précédentes de chez Peugeot. Une 504 cab faisait très caisse carrée quand même... et je ne parle pas des concurrentes actuelles ou l'ont se demande ce qu'a fait le styliste comme l'EOS (caisse cubique sans forme) ou la mégane d'un style qui fait regretté la 1° version ... Et pour l'agrément en position Cab c'est un excellent compromis car pas besoin de filet antiremous car les sièges sont magnifiquement dessinés et protège à merveille de tous les remous d'air inconfortable quelques soit la vitesse mais en ayant une bonne sensations d'air autour de soit. Ce que recherche tout posseseur de cab !! Cette 308 est vraiment proche du Cab parfait à utiliser tous les jours ... ERIC78
avatar de JACKY02
JACKY02 a dit le 03-08-2011 à 13:13
"J'adore" le commentaire (Mais cette protection est aussi le fait d'un pare-brise très reculé... qui réduit d'autant l'impression de rouler en cabriolet.) Le problème est bien là, les gens veulent un cabriolet qui ressemble à une berline.Pas un cheveu ne doit bouger,pas de courant d'air etc. etc. Il me semble pourtant que la raison d'être d'un cabriolet est de rouler cheveux au vent et puisqu'on est chez Peugeot,il faut se remémorer le pub des 404 ou 504 cab où on voyait des jeunes femmes au volants les cheveux volant au vent ou avec foulard pour empêcher les cheveux dans le visage en roulant. Et pourquoi nos amis anglais persistent ils à faire des vrais cabriolets, Morgan ou TVR pour ne citer qu'eux.