Essai MERCEDES SLK 350

Vincent Desmonts le 18/02/2008

Alors que la menace de l'Audi TT se fait de plus en plus pressante, Mercedes offre un lifting à son SLK.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Alors que la menace de l'Audi TT se fait de plus en plus pressante, Mercedes offre un lifting à son SLK. Un peu trop bourgeois à l'heure où ses rivaux affûtent leurs arguments sportifs, le roadster à l'Étoile a décidé de revoir ses classiques. Sans bouleverser sa ligne, il s'offre quelques attributs plus agressifs, comme un diffuseur aérodynamique arrière ou ou bouclier avant davantage « aéré ». Mais le plus important se passe en coulisses. Notamment sur ce SLK 350 « Sport », qui revendique 33 chevaux de plus que le modèle précédent, ainsi qu'un caractère sportif plus affirmé. Contact mis, l'évolution est évidente : le V6 3,5 litres chante fort et juste. Et il pousse ! Disponible à bas régime, vigoureux dans les tours, il propulse le SLK 350 de 0 à 100 km/h en 5,4 secondes. Hélas, pour exploiter cette belle mécanique, Mercedes ne laisse le choix qu'entre une boîte manuelle 6 rapports accrocheuse et une transmission automatique 7 rapports un peu lente.

Roadster, beau moteur, petites routes : un cocktail de plaisir connu et reconnu. Mais à bord de ce SLK, le plaisir est quelque peu émoussé par un châssis qui semble se chercher une ligne de conduite. Un peu paresseux à l'inscription en courbe, handicapé par une direction peu convaincante et des suspensions manquant de rigueur, le petit roadster Mercedes se révèle moins convaincant qu'un Audi TT en conduite sportive. A l'inverse, notre version équipée du « Pack Performance » marquait le pas en confort par rapport aux habitudes de la marque à l'Etoile. Ainsi doté, le SLK 350 reste au milieu du gué, au risque de ne séduire ni les amateurs de sportivité, ni les fans de la marque...

Voir plus de photos

Sur la route

Audi TT et BMW Z4 ont placé très haut la barre en matière de roadster sportif : performants, agiles, efficaces, ils constituent l'aboutissement d'un concept où les technologies (suspensions pilotées, directions actives) sont venues rehausser le « niveau de jeu » sans pour autant entamer le plaisir de conduite. On comprend bien la volonté de Mercedes d'aller titiller des modèles plus sportifs à l'image de marque flatteuse. Mais, soucieuse de ne pas se couper de sa clientèle traditionnelle, plus éprise de confort, la marque à l'Étoile n'a pas osé aller trop loin. Côté moteur, on se réjouit : revu en profondeur, le V6 3,5 litres affiche la même puissance que le V8 5 litres voici tout juste 3 ans (305 ch), et émet une sonorité enjôleuse. Nerf et souplesse sont au rendez-vous.

Hélas, la boîte automatique 7 rapports ne permet pas de l'exploiter au mieux, même avec les palettes au volant en option : son temps de réaction est trop important. A quand une boîte à double embrayage comme sur l'Audi TT ? Quant au châssis, il peine à convaincre. Le SLK se révèle un peu rétif à l'inscription en courbe sur parcours très sinueux, et l'ESP non totalement déconnectable viendra contrarier les conducteurs les plus sportifs. Quant à la direction, elle souffre de variations d'assistance déconcertantes et d'un rappel inconstant qui nuisent à l'agrément de conduite. Dans ces conditions, mieux vaut éviter les « Pack Performance » et autres grosses jantes afin de préserver le confort de ce roadster aux racines bourgeoises.

À retenir

Performant et bien motorisé mais doté d'un comportement routier placide et d'une boîte automatique peu convaincante, le SLK 350 ne mérite pas totalement son qualificatif « Sport ». Pour cela, le roadster Mercedes devrait recevoir une direction plus précise, un train avant plus accrocheur et une boîte robotisée. Autant de modifications qui seraient un peu trop en contradiction avec les traditions de la marque, qui a préféré jouer la prudence en évitant de briser le moule. Hélas, le SLK 350 Sport se retrouve du coup au milieu du gué, à mi-chemin entre cabriolet bourgeois et roadster sportif. Au risque de ne séduire ni les amateurs de l'un, ni les fans de l'autre.
points fortsMoteur souple, mélodieux et performant, équipements de confort, insonorisation, polyvalence du toit rigide escamotable, coffre préservé.
points faiblesComportement routier peu sportif, boîte automatique 7G-Tronic trop lente, options nombreuses et chères, prix élevé.
13.5

20
Les chiffres
Prix 2008 : 50 550 €
Puissance : 305 ch
0 à 100km/h : 5.4s
Conso mixte : 9.2l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 14/20
Sécurité active et passive : 13/20
Confort et vie à bord : 14/20
Budget : 9/20

Autres articles pouvant vous intéresser

MERCEDES SLK 55 AMG
MERCEDES SLK 55 AMG

Le nouveau Mercedes SLK 55 AMG se résume en deux chiffres : 421 chevaux dans...

MERCEDES SLK 350
MERCEDES SLK 350

Troisième génération du roadster à toit rétractable, le nouveau Mercedes SLK...

MERCEDES SLK 350
MERCEDES SLK 350

Sans céder au confort et au luxe, le Mercedes SLK 350 affirme son caractère...

Tous les essais MERCEDES
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé

Mercedes renouvelle son grand « SUV coupé » et le décline dans cette inédite...

JAGUAR XE SV Project 8
JAGUAR XE SV Project 8

Les opérations spéciales de Jaguar n'auront jamais aussi bien porté leur nom...

ALFA ROMEO Stelvio Q4 210 ch Veloce
ALFA ROMEO Stelvio Q4 210 ch Veloce

Après presque trois ans d'une carrière en demi-teinte, le SUV Alfa Romeo...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires