Essai BMW 135i

Jean-François Destin le 25/02/2008

Après la berline 3 portes et avant le cabriolet attendu en avril, la Série 1, seuil d'accès de la gamme BMW se dévergonde en enfilant une robe de coupé 3 volumes compact.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Après la berline 3 portes et avant le cabriolet attendu en avril, la Série 1, seuil d'accès de la gamme BMW se dévergonde en enfilant une robe de coupé 3 volumes compact. Un style cher à la marque permettant de réouvrir une « niche » très peu exploitée par la concurrence. Plus long de 12 cm que les berlines, le Coupé 1, aux performances sportives volontairement élevées, a déjà débarqué aux Etats-Unis. Chez nous, il devrait conquérir une clientèle nouvelle et tirer vers le haut l'image d'une Série 1 un peu boudée au départ mais responsable d'un bon cinquième des ventes de BMW en France en 2007. Proposé avec deux diesel de 177 et 204 chevaux aux rendements époustouflants, le coupé Série 1 révèle sa vraie nature et l'extrême rigueur de son châssis en version 135i.

Trois chiffres et une lettre indiquant la présence sous le capot du meilleur 6 cylindres que BMW AG ait jamais produit. Déjà exploité sur la Série 3, ce 3 litres bi-turbo aussi performant que sobre (moins de 13 litres/100) autorise 250 km/h et un 0 à 100 km/h en 5,3 secondes. Onctueux, constant, instantané à tous les régimes, il rend le 135i exclusif même si, à la rigueur, on peut lui opposer la Porsche Cayman et l'Audi TT. Reprenant la face avant et la planche de bord de la berline, le coupé 135i ne se montre pas beaucoup plus accueillant à l'arrière, mais la décoration plus gaie et inspirée a progressé. Pour le « look », BMW a choisi des jantes de 18 pouces. Dommage car s'ajoutant à la sécheresse de la suspension, elles nuisent sérieusement au confort. Les tarifs de la BMW 135i s'échelonnent de 42.200 à 43.600 € selon la finition.

Voir plus de photos

Sur la route

Ni tout à fait la même ni tout à fait une autre : la variante coupé Serie 1 offre une toute autre ambiance que celle de la berline dont elle dérive. Notre BMW 135i d'essai en finition Excellis disposait d'une décoration claire et d'excellents sièges "sport" qui font partie d'un équipement spécifique à la 135i quelle que soit la finition. Les clients potentiels seront heureux d'apprendre que cette dotation comprend le contour de calandre et barreaux chromés, le contrôle dynamique de la stabilité DSC à fonctionnalités étendues, des freins hautes performances à étriers fixes, un kit aéro M modifié (il concerne la jupe avant avec prise d'air centrale et flaps latéraux, des bas de caisse latéraux sculptés et jupe arrière spécifique avec diffuseur anthracite), une sortie d'échappement double, ronde et chromée et une suspension Sport M. Ce préambule pour dire qu'on est loin d'une Série 1 de base tant sur le plan de la présentation que du rendement. Même par rapport à une 130i dont les 265 chevaux font pourtant merveille. Avec la 135i et ce fabuleux 6 cylindres twin turbo, on dispose d'un rapport poids/puissance impressionnant (1560 kg pour 306 ch) et plus de 100 chevaux au litre. Avec tous les avantages d'une caisse compacte donc vive et maniable.

Dès la mise en route du 6 cylindres, on sent bien qu'on a affaire à une mécanique d'exception qui sait se faire très discrète au ralenti et rassembler son potentiel en un éclair. On pourra simplement reprocher aux ingénieurs moteurs de ne pas avoir assez travaillé l'acoustique. Car même en forte accélération, les tonalités euphorisantes se font attendre. En revanche, ça déménage, on s'en rend compte à la vitesse de défilement du paysage, aux aiguilles du compteur et du compte-tours en effervescence et aussi à une suspension qui, d'un coup, maltraite les occupants. Bien calé dans un siège "sport" réglable même en latéral, le pilote n'en souffre pas trop d'autant que le maintien en cap sur mauvais revêtement ne réclame pratiquement pas de corrections au volant. En dehors d'un moteur omniprésent à tous les régimes, le châssis du 135i fait référence et participe à l'efficacité de ce coupé capable d'aller taquiner le Cayman et le TT d'Audi. Les progrès de la commande de boite et l'endurance des freins sont également appréciables, mais à confirmer en utilisation plus intensive sur circuit. Pour la modique somme de 1350 euros est proposée la direction active AFS. Elle est censée modifier l'angle de braquage en fonction de la vitesse du véhicule pour avoir moins le volant à tourner en ville et mieux sentir le train avant à haute vitesse. On finit par s'y habituer mais les sensations sont parfois déconcertantes sans apporter un "plus" déterminant.

À retenir

BMW a manifestement conçu ce coupé compact sur base Série 1 pour le marché américain où ce genre de carrosserie est prisé. Les USA auront droit aussi au cabriolet en vente chez nous au printemps 2008. Même si la carrosserie, face au Cayman et au TT peut paraître un peu conventionnel et sans sel particulier, BMW y voit une façon exclusive de faire évoluer les ventes de Série 1 surtout à partir des deux surpuissantes motorisations diesel citées plus haut. En 135i, le coupé Série 1 bénéficie d'un excellent rapport poids/puissance. D'où des performances obtenues sans repasser trop souvent à la pompe. Saluons enfin la polyvalence d'utilisation qui permet au pilote de s'amuser en solo et d'emmener sa petite famille en Week-end.
points fortsMoteur enthousiasmant, comportement quasi sportif, freinage à la hauteur, présentation intérieure plus flatteuse que dans la berline, coffre modulable, consommation très raisonnable (eu égard aux performances).
points faiblesSilhouette fade, confort de suspension, manque de place à l'arrière, pneus de type "Runflat" contestables, direction AFS désagréable.
14.5

20
Les chiffres
Prix 2008 : 42 200 €
Puissance : 306 ch
0 à 100km/h : 5.3s
Conso mixte : 9.2l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 13/20

Autres articles pouvant vous intéresser

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

BMW M135i restylée
BMW M135i restylée

La BMW Série 1 s'offre un lifting et enrichit son équipement. L'occasion de...

BMW M135i
BMW M135i

En attendant une hypothétique nouvelle version M, la BMW M135i est la plus...

Tous les essais BMW
VOLKSWAGEN T-Roc R
VOLKSWAGEN T-Roc R

Volkswagen lance une version sportive de son petit SUV. Chic, stylé et...

PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires