Essai MERCEDES Classe C 200 AMG Line 204 ch

Cédric Morançais le 05/07/2021

A l'aube de son quarantième anniversaire, la baby-Benz se renouvelle entièrement, pour la sixième fois. Comme à son habitude, elle revendique être une mini-Classe S. Mais, cette fois-ci, c'est plus vrai que jamais.

Partagez

réagir
Voir la vidéo en HD

Deux classes au-dessus

Comme tous ses concurrentes, Mercedes a largement développé, ces dernières années, sa gamme de SUV, la marque à l'Etoile n'en oublie pas pour autant qu'elle a largement construit son succès grâce à des berlines. Ainsi, en moins d'une année, elle a déjà présenté quatre nouveaux modèles de ce type. Après la Classe E restylée, la Classe S et l'EQS, voici aujourd'hui la nouvelle Classe C. Esthétiquement, la nouvelle face avant se veut plus agressive. On retrouve, sur cette version AMG Line, une calandre redessinée, qui reprend la forme du A, comme AMG, des projecteurs assez félins au dessin très effilé, entièrement composés de LED, ainsi qu'un bouclier doté de prises d'air factices assez imposantes. Et, sur toute la longueur du capot, on remarque un double bosselage qui évoque la 300 SL de 1954. Les lignes latérales sont aussi très caractéristiques avec un profil particulièrement travaillé puisque la Classe C Berline affiche un Cx de 0,24. Sur la partie arrière, on retrouve les feux triangulaires déjà vus, notamment, sur la récente CLA.

Voir plus de photos

Techno-parade

Si cette nouvelle Classe C (W206) ressemble beaucoup à la Classe S de l'extérieur, c'est encore plus flagrant à l'intérieur où les planches de bord de ces deux Mercedes semblent être des copier-coller. Le combiné d'instrumentations entièrement numérique ultra-plat, qui utilise une dalle HD de 12,3'', les cinq bouches d'aération et la nouvelle console centrale, au dessin très aérien et dotée d'une tablette tactile de 11,9'', sont donc de la partie. Quant à l'écran tactile, il quitte la partie supérieure de la planche de bord pour rejoindre la console centrale. Son interface est plutôt ergonomique bien que le nombre impressionnant de fonctions requière un petit temps d'adaptation. Toutefois, certaines informations, à l'instar de la navigation par réalité augmentée ne se trouvent plus directement dans le champ de vision du conducteur, ce qui n'est pas le choix le plus sécurisant possible. Heureusement, les données de navigation sont également intégrées à l'affichage tête haute, à condition d'avoir coché cette option à 1 200 €.

Adepte du cocooning

Grâce à l'empattement accru de 7 cm par rapport à la précédente génération, l'habitabilité aux places arrière progresse notablement, tant en garde au toit qu'en espace pour les genoux. Si la Classe C surclasse ainsi désormais les Audi A4 et BMW Série 3, elle est loin d'être aussi généreuse que les Renault Talisman et Volkswagen Passat. La présentation est extrêmement soignée, avec des assemblages d'une rigueur exemplaire. Les matériaux choisis sont également raffinés, mais nombre d'entre eux, tels que les inserts de planche de bord ou la sellerie en cuir véritable, imposent également un détour par le catalogue des suppléments.

Un choix par défaut

Unique motorisation essence disponible, en attendant les AMG prévues pour début 2022, la 200 associe un 1.5 Turbo de 204 ch avec un dispositif de micro-hybridations qui ajoute, lors des fortes accélérations, jusqu'à 20 équidés supplémentaires. Cette mécanique n'est toutefois pas l'argument majeur de cette Classe C. Certes, il assure des reprises et accélérations sécurisantes par leur rapidité, mais son agrément est quelconque et, au vu des 300 Nm disponibles en continu entre 1 800 et 4 000 tr/mn, nous nous attendions à ressentir une poussée plus franche. En revanche, le châssis de cette Classe C est franchement vif et dynamique. Sur les routes de montagne fréquentées durant notre essai, cette familiale donne l'impression d'être équipée des quatre roues directrices, ce qui n'était pas le cas du modèle testé. En termes de confort, elle représente également le haut du panier. Les sièges sont enveloppants et les suspensions prévenantes. Toutefois, lorsque le revêtement est assez dégradé, la présence des jantes optionnelles de 19'' se fait ressentir, sans que cela ne constitue jamais un défaut majeur. Côté insonorisation, impossible de faire le moindre reproche à cette Classe C. Le moteur se fait à peine entendre, les bruits d'air sont quasiment imperceptibles et, même lorsque la route est détrempée, les bruits de roulement sont d'une discrétion remarquable.

À retenir

quoteVolant en mains, cette Mercedes Classe C (W206) est une belle réussite. Si la C manque d'un peu de caractère mécanique, elle remplit parfaitement sa mission de familiale premium. Et les qualités de son châssis laissent augurer de réjouissantes versions AMG. Reste que, comme toujours chez Mercedes, cette quasi-perfection se paie. Précisément 54 000 € pour notre version d'essai… avant le passage par la longue liste d'options.
points fortsChâssis vif et ultra-sécurisant, Confort/insonorisation, Qualité de fabrication, Quasiment toutes les technologies de la Classe S sont présentes
points faiblesMoteur manquant de caractère Tarif élevé… …Qui devient déraisonnable si l'on se laisse tenter par les options
13.5

20
Les chiffres
Prix 2021 : 52 500 €
Puissance : 204 ch
0 à 100km/h : 7.3s
Conso mixte : 6.3 l/100 km
Emission de CO2 : 143 g/km
Notre avis
Note de coeur : 14/20
Agrément de conduite : 14/20
Sécurité active et passive : 12/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 11/20

Partagez

réagir

Derniers essais MERCEDES

MERCEDES AMG C43 390 ch
MERCEDES AMG C43 390 ch
MERCEDES AMG C 63 Cabriolet
MERCEDES AMG C 63 Cabriolet
MERCEDES AMG C43 4matic
MERCEDES AMG C43 4matic
Tous les essais MERCEDES

Avis des propriétaires

Commentaires