Essai BMW M2 Coupé

Vincent Desmonts le 06/06/2016

Ces temps-ci, les compactes sauvages ont la cote ! La BMW M2 n'est pas la plus puissante du lot, mais avec ses roues arrière motrices et son six cylindres en ligne, elle espère bien être la plus amusante. Mission accomplie ?

Voir la vidéo en HD

Concentré d'énergie

En 2011, BMW lançait la Série 1 M. Avec son look débordant de testostérone et son 6 cylindres biturbo de 340 ch, cette drôle de bestiole avait fait sensation ! D'autant qu'elle était affichée à partir de 53 400 €, un tarif carrément canon pour l'époque. Du coup, les clients se sont bousculés : BMW pensait en produire 2 500, mais a du finalement porter ce chiffre à plus de 6 300 pour faire face à la demande. Un tel succès appelait une suite. C'est chose faite avec cette M2 Coupé, qui adopte la nomenclature classique des modèles Motorsport de BMW. Sauf qu'entre temps, la concurrence n'a pas chômé ! L'Audi RS3 Sportback annonce désormais 367 ch et la Mercedes-AMG A 45 culmine à 381 ch, soit 11 de plus que notre M2. Même une « roturière » Ford Focus RS revendique aujourd'hui 350 ch, quatre roues motrices et un mode « drift » pour un maximum de plaisir. Le modèle d'entrée de gamme de Motorsport a-t-il encore son mot à dire dans cette orgie de chevaux et de gomme fumante ?

Voir plus de photos

Méchante dehors, sage dedans

En tous cas, la BMW M2 n'a pas vraiment l'intention de passer inaperçue. Si elle n'est pas aussi « cartoonesque » dans son look que ne l'était la Série 1 M, elle affiche des proportions qui sonnent juste et tout l'accastillage d'une M pur jus. Déjà, elle a musclé ses épaules : la M2 est 80 mm plus large qu'une Série 2 normale ! Certes, ces ailes bodybuildées sont du meilleur effet, mais elles ne sont pas là que pour la frime, puisque les voies élargies ont permis de greffer les trains roulants en aluminium des M3 et M4. Et puis il fallait bien ça pour caser les pneus arrière de 265 mm de large… À l'avant, le bouclier est spécifique et largement ajouré pour refroidir les divers radiateurs. De part et d'autre, des guides d'air sont destinés à créer un rideau aérodynamique réduisant les turbulences engendrées par les roues avant. Sur les ailes, on retrouve de petites prises d'air (factices), signature des modèles M. Un becquet de coffre, deux doubles sorties d'échappement et des jantes de 19 pouces complètent la panoplie. En comparaison – et c'est un reproche que l'on pouvait également faire à la Série 1 M – l'habitacle apparaît trop proche des Série 2 classiques. On trouve bien quelques logos M, de jolies surpiqûres ici et là, ainsi qu'un beau volant trois branches, mais c'est à peu près tout.

Un moteur de caractère

On dirait que les gens de chez Motorsport ont préféré passer du temps sur le reste. Comme le moteur, par exemple : une version retravaillée du bloc N55 de la M235i, qui reçoit quelques éléments du S55 des M3 et M4, notamment ses pistons et ses coussinets de paliers de vilebrequin. Suralimenté par un seul turbocompresseur (contre deux sur les M3 et M4), il reçoit un carter modifié, une pompe à huile spécifique et des bougies haute performance. De quoi offrir 370 ch et un couple respectable de 465 Nm dès 1 400 tr/min, et même 500 Nm pendant une brève période grâce à l'overboost. Il est associé à une boîte manuelle à 6 rapports ou – et c'est une nouveauté par rapport à la Série 1 M – avec une transmission à double embrayage DKG comptant 7 vitesses. Dans tous les cas, ce moteur impressionne par sa souplesse : quelque soit le rapport engagé, il suffit d'écraser l'accélérateur pour que cette M de poche se propulse prestement vers l'horizon. Et si l'on tombe une vitesse, ça devient vraiment sérieux : la M2 revendique un 0 à 100 km/h en 4,3 s (4,5 s avec la boîte manuelle), de quoi regarder droit dans les yeux ses rivales directes. La vitesse maxi, autolimitée à 250 km/h, peut être relevée à 270 grâce au Driver Package. Bref, la M2 a du muscle, mais aussi des manières raffinées. Ainsi, la sonorité du 6 cylindres en ligne est agréable à tous les régimes, même si le bloc n'a pas le caractère d'un atmosphérique tout en haut du compte-tours. La M2 pourrait même donner des leçons de chant à ses grandes sœurs, les M3 et M4, dont le timbre est parfois… rugueux. Les boîtes sont à la hauteur : la version manuelle est légèrement accrocheuse, mais rapide et bien guidée ; La transmission DKG est quant à elle très efficace. Elle apporte en outre à la M2 une polyvalence à laquelle ne pouvait prétendre la Série 1 M, uniquement livrable avec trois pédales et dotées de suspensions cassantes au quotidien. Sur ce dernier plan, la M2 affiche une inflexion vers un peu plus de confort, grâce à ses amortisseurs pilotés. Cela reste ferme, même dans le mode le plus « soft », mais acceptable. L'auto étant par ailleurs relativement habitable et plutôt silencieuse sur longs trajets, elle pourra faire office de voiture du quotidien sans exiger de sacrifices de la part de son propriétaire.

Séance de rodéo

Mais on ne choisit pas une M2 pour passer sa vie dans les embouteillages : son domaine à elle, c'est le sport ! Et de ce côté-là, on n'est pas déçu. Avec ses voies larges et son empattement court, la BMW se jette littéralement à la corde dans les virages et ne demande qu'à tourner. La direction précise et le train avant incisif en font un outil diabolique sur circuit. D'autant que, contrairement à la Série 1 M, le freinage est à la hauteur des performances, avec ses énormes disques pincés par des étriers à quatre pistons à l'avant. Bref, sur une bonne route sinueuse, la M2 procurera un intense plaisir à son conducteur. Celui-ci osera même choisir le réglage « Sport Plus », qui active le mode M Dynamic (MDM) et retarde les interventions de l'ESP. De quoi titiller un peu les limites du châssis tout en conservant un filet de sécurité. Et il vaut mieux, car lorsque le train arrière décroche, il ne prend pas le temps d'envoyer un fax au conducteur ! D'une manière générale, la M2 impose un minimum de respect. C'est tout particulièrement vrai sur route dégradée, où l'amortissement a tendance à générer des trépidations qui peuvent nuire à la stabilité. Le pilotage de la M2 s'apparente dans ces conditions à une vraie séance de rodéo : mieux vaut alors levier le pied et réduire l'allure... sans quoi la sanction serait immédiate.

Fan de BMW M ?

Téléchargez gratuitement notre dossier sur les "BMW M compactes, des collectors à saisir"

JE TÉLÉCHARGE

À retenir

Sans aucun doute, la M2 s'impose comme une digne héritière de la Série 1 M : elle en reprend le caractère bien trempé, affiche des performances solides et offrira à son conducteur son lot de sensations. Elle pourra même faire hésiter ceux qui s'intéressent à une M4, certes plus performante, mais pas forcément plus amusante et affichée 23 500 € plus chère. Pour autant, la BMW M2 s'affiche plus chère que ses rivales directes, même si son équipement apparaît complet. Et puis cette petite bombe signée Motorsport est nettement plus à son aise sur un billard que sur une route dégradée. Sur ce plan, il y a de toute évidence encore une marge de progrès.
points fortsAgrément moteur, performances, châssis ultra-agile, direction précise, freinage endurant, boîte DKG rapide, polyvalence (relativement) préservée.
points faiblesAmortissement perfectible sur mauvaises routes, tarif assez élevé, confort ferme.
16.1

20
Les chiffres
Prix 2016 : 65 960 €
Puissance : 370 ch
0 à 100km/h : 4.3s
Conso mixte : 7.9l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 19/20
Sécurité active et passive : 15/20
Confort et vie à bord : 16/20
Budget : 15/20
Tag :

Autres articles pouvant vous intéresser

BMW M2 Compétition M DKG
BMW M2 Compétition M DKG

La M2 Compétition n'est pas qu'une version un peu plus puissante de la M2 :...

BMW 840d xDrive Gran Coupé
BMW 840d xDrive Gran Coupé

La BMW Série 8 complète sa gamme avec cette élégante carrosserie à quatre...

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

Tous les essais BMW
JAGUAR XE SV Project 8
JAGUAR XE SV Project 8

Les opérations spéciales de Jaguar n'auront jamais aussi bien porté leur nom...

ALFA ROMEO Stelvio Q4 210 ch Veloce
ALFA ROMEO Stelvio Q4 210 ch Veloce

Après presque trois ans d'une carrière en demi-teinte, le SUV Alfa Romeo...

BMW 840d xDrive Gran Coupé
BMW 840d xDrive Gran Coupé

La BMW Série 8 complète sa gamme avec cette élégante carrosserie à quatre...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires