< retour

Essai AUDI S5 cabriolet

David Lamboley le 23/03/2009

Dans chaque gamme de modèles, Audi décline une version sportive griffée S ou RS. Le constructeur allemand suit scrupuleusement cette logique avec la nouvelle Audi S5 Cabriolet...

Voir la vidéo en HD

Présentation

La nouvelle Audi S5 Cabriolet, qui sera commercialisée dès cet été 2009 au tarif de 68 900 euros, coiffe la nouvelle gamme Audi A5 Cabriolet. Notez au passage le changement de dénomination, rendu nécessaire par la présence d'un coupé A5 dans la famille depuis deux ans. Cette version découverte dispose aujourd'hui de six motorisations, dont deux diesel. La fourchette de puissance s'étend de 180 à 333 ch. Un choix pléthorique qui permet à Audi de ratisser large malgré le positionnement haut-de-gamme du modèle.

Nous avons choisi de nous intéresser à la plus sportive d'entre elles, la S5 Cabriolet, qui aligne ses caractéristiques non pas sur le coupé S5, encore aujourd'hui motorisé par un V8, mais sur la berline Audi S4. Par rapport à l'Audi S4 Cabriolet ancienne génération, commercialisée en 2004, la différence majeure se situe sous le capot, avec l'adoption d'un V6 3.0 TFSi à compresseur de 333 ch à la place de l'ancien V8 4.2 litre atmosphérique délivrant 344 ch. Ce downsizing, principalement dicté par le désir d'abaisser les consommations et les rejets polluants, n'élude pas pour autant les qualités sportives que l'on est en droit d'attendre d'une Audi griffée S. L'Audi S5 Cabriolet, c'est aussi un nouveau châssis, plus rigide et mieux équilibré, des trains roulants optimisés et une transmission intégrale Quattro privilégiant le couple sur les roues arrière. Comme l'Audi S4, la S5 Cabriolet peut disposer d'un différentiel autobloquant piloté qui prouve encore une fois le positionnement nettement plus sportif. Le dessin classique et la présence d'une traditionnelle capote en toile, qui permet de préserver une ligne parfaitement équilibrée, ne met pourtant pas forcément la puce à l'oreille.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Audi est, sans aucun doute, passé maître en matière de qualité, devançant BMW et Mercedes sur ce point. L'habitacle, par exemple, s'avère remarquablement construit, parfaitement assemblé et fait appel à des matériaux flatteurs. On pourra juste regretter que la planche de bord, quasi-inchangée par rapport au coupé S5, n'ai rien de véritablement sportif hormis des placages carbone et un bloc d'instruments spécifique. On retrouve une ergonomie sans faille, caractérisée par les nombreux réglages disponibles.

A l'arrière, c'est surtout la largeur aux coudes qui régresse par rapport au coupé. En revanche, la garde au toit est préservée, voire même supérieure de quelques millimètres lorsque la capote est en place, et ce aussi bien à l'avant qu'à l'arrière. Classique dedans, l'Audi S5 Cabriolet l'est aussi dehors. Discrètement caractérisée par quelques ajouts typiques des griffes S et RS, comme les coques de rétroviseurs en aluminium brossé, les entrées d'air inférieures légèrement agrandies ou les jantes majorées, elle garde toutefois une classe intemporelle. Le choix d'une capote en toile, par ailleurs, n'est pas anodin, puisque cela permet de préserver une ligne parfaitement équilibrée. Un toit rétractable « en dur » aurait demandé plus de volume à l'arrière pour se loger, sans compter la masse supplémentaire engendrée par un tel dispositif.

Mécanique, châssis

Audi est un des rares constructeurs premium, avec BMW, à proposer une gamme de moteurs à la fois nobles, performants et répondant au mieux aux critères d'économie et d'écologie. Le rendement énergétique, véritable priorité pour les motoristes Audi, permet désormais aux nouvelles générations de moteurs sportifs de meilleures performances, un agrément supérieur et surtout des consommations moyennes et des rejets polluants en nette baisse. Le V6 3.0 TFSi à compresseur de l'Audi S5 Cabriolet, par exemple, adopte l'injection directe, généralisée sur quasiment tous les blocs du groupe Volkswagen, ainsi qu'un compresseur volumétrique de petite taille, plus vertueux qu'un classique turbocompresseur. Ce V6 3.0 TFSi, accouplé à une boîte à double embrayage S-Tronic disposant de 7 rapports, consomme environ 25% de carburant en moins par rapport à l'ancien V8 4.2 litre atmosphérique qu'il remplace, soit désormais 9,7 l/100 km de moyenne revendiquée. Mais avouons que ce chiffre, remarquable sur le papier, tend à enfler notablement en conduite musclée !

La différence de puissance, désormais 333 ch au lieu des 344 ch de l'ancienne S4 Cabriolet, n'empêche pas de préserver les performances. Audi revendique à ce sujet un 0 à 100 km/h en 5,6 secondes, un excellent chiffre malgré les 1875 kg à mouvoir, soit 190 kg de plus que la berline S4. Au chapitre châssis, la présence d'amortisseurs à tarage variable permet de compenser en partie la fermeté des suspensions. Nettement plus vive et réactive que l'ancienne génération, la nouvelle Audi S5 Cabriolet s'avère aussi un peu plus ludique et remarquablement efficace. Le différentiel Sport, piloté par l'électronique, permet de contrer efficacement le sous-virage tout en améliorant notablement la vivacité en courbes. Véritablement bluffant !

Sur la route

Etant donné la masse relativement importante de notre monture, tout en gardant à l'esprit la présence d'une transmission intégrale, nous nous attendions logiquement à un comportement sérieusement efficace, trop, peut-être. L'Audi S5 Cabriolet nous a surpris, car si elle ne déroge pas à la règle, elle délivre en plus de véritables sensations sportives, voire un aspect ludique étonnant sur une Audi, que seul BMW était capable de proposer dans cette catégorie jusque-là.

L'équilibre de l'Audi S5 Cabriolet est notamment à mettre au crédit d'une nouvelle répartition des masses, avec notamment une mécanique plus reculée. Côté transmission, notons également la prépondérance du couple aux roues arrière, à hauteur de 60% en conditions d'adhérence optimale, ce qui autorise une plus grande vivacité de la poupe. Le différentiel arrière Sport, qui agit en définitive comme un ESP à l'envers puisqu'il accélère la roue extérieure en virage, ajoute encore pas mal de vivacité tout en autorisant un grip remarquable. Concrètement, l'Audi S5 Cabriolet supporte aisément une remise des gaz très tôt en courbe sans perte de motricité notoire. La direction, elle aussi, a fait des progrès significatifs en termes de précision. N'oublions pas la mécanique, rageuse à souhait, étonnamment réactive et disposant d'un souffle inépuisable. La sonorité, discrète aux allures usuelles, devient carrément mélodieuse à mi-régime, avec des accents de 6 en ligne bavarois haut dans les tours. Audi a décidément trouvé son inspiration du côté de Munich ! Bref, nous avons affaire à un monstre d'homogénéité et à un des cabriolets sportifs les plus aboutis du genre. Tout simplement.

À retenir

Aujourd'hui, l'Audi S5 Cabriolet n'a pas de concurrente. Son caractère « multifacettes » parfaitement maîtrisé, ainsi que son niveau de puissance, 333 ch, explique en partie cela. Chez BMW, il faut aller chercher une M3 Cabriolet de 420 ch, ou « redescendre » à une 335i CC de 306 ch pour avoir une idée de ses ennemies. Chez Mercedes, même problème : la CLK 350 Cabriolet ne dispose que de 272 ch, alors que la CLK 500 Cabriolet en délivre 388. Avec cette S5 Cabriolet unique en son genre, Audi a donc résolu la quadrature du cercle et reste sur son petit nuage.
points fortsLe caractère mécanique, sa réactivité et l'absence d'inertie. La sonorité bien travaillée. Les performances. L'homogénéité remarquable du châssis, ainsi que sa précision. Le caractère nettement plus sportif par rapport à l'ancienne génération. La qualité de l'assemblage et des matériaux.
points faiblesLe pont piloté Sport - indispensable pour profiter pleinement de son caractère - est proposé en option. Tarif et nombre des options. Consommation élevée en conduite sportive. Mode automatique de la boîte S-Tronic peu agréable.
14.5

20
Les chiffres
Prix 2009 : 68 900 €
Puissance : 333 ch
0 à 100km/h : 5.6s
Conso mixte : 9.7l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 11/20

Autres articles pouvant vous intéresser

AUDI S5 Cabriolet
AUDI S5 Cabriolet

Dans un compromis confort/performances exceptionnel, la nouvelle S5 cabriolet...

AUDI S5 Sportback (II)
AUDI S5 Sportback (II)

Pour accéder à un multicylindre essence sur les Audi A4 et A5, il faut...

AUDI S5
AUDI S5

Les coupés avaient totalement disparu du catalogue Audi au milieu des années...

Tous les essais AUDI
BMW M850i xDrive Coupé
BMW M850i xDrive Coupé

Pour remplacer sa Série 6, BMW ressort un numéro 8 qui ne lui a pas toujours...

PEUGEOT 508 SW PureTech 180 EAT8 GT Line
PEUGEOT 508 SW PureTech 180 EAT8 GT Line

Dans un segment dominé par le conformisme, le nouveau break Peugeot impose un...

NISSAN Qashqai 1.3 DIG-T 160 ch
NISSAN Qashqai 1.3 DIG-T 160 ch

Même si son succès commercial ne se dément pas, le Qashqai a décidé d'évoluer...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de lordabel
lordabel a dit le 26-03-2009 à 22:12
Sublime ! Cependant, étant père de famille, je préfère rouler en S4 ; celle-ci étant plus économique dans tous les domaines. Il n'y a qu'en agrément de conduite où je perdrais un peu mais tant pis.