< retour

Essai AUDI RS6 Avant 5.0 V10

Vincent Desmonts le 04/02/2008

Jusqu'alors, Audi ambitionnait simplement de rivaliser avec BMW au chapitre de la sportivité. Mais l'élève veut désormais surpasser le maître ! En témoigne cette nouvelle RS6 Avant, vaisseau amiral de la division Quattro.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Jusqu'alors, Audi ambitionnait simplement de rivaliser avec BMW au chapitre de la sportivité. Mais l'élève veut désormais surpasser le maître ! En témoigne cette nouvelle RS6 Avant, qui ne craint rien ni personne, pas plus la BMW M5 Touring que la Mercedes E 63 AMG break. La RS6 Avant est l'Audi de tous les superlatifs : affichant 580 ch au compteur, c'est non seulement la voiture aux anneaux la plus puissante jamais réalisée, mais également le break le plus puissant de toute l'histoire !

Autant dire que la précédente génération, qui n'affichait « que » 450 chevaux (480 en version Plus), apparaît bien timorée en comparaison... Mise au point elle aussi par la division Quattro GmbH d'Audi, elle faisait merveille sur les autoroutes, son domaine de prédilection, mais était pénalisée par des suspensions pas assez bourgeoises et une agilité rapidement prise en défaut sur parcours sinueux. Mais depuis cette époque, les modèles Audi n'ont cessé d'améliorer leurs liaisons au sol et de peaufiner leurs châssis. La nouvelle RS6, vaisseau amiral de Quattro GmbH, incarne donc à sa manière la quintessence de « l'Audi nouveau ». Une machine hors du commun sous une allure plutôt discrète, un véritable missile en robe du soir...

Voir plus de photos

Design

A première vue, la RS6 Avant est un break Audi A6 comme un autre. S'il n'y prête pas trop attention, votre voisin pourrait presque la confondre avec une classique version diesel TDI ! Mais l'amateur d'automobiles ne s'y trompera pas : la RS6 Avant dispose de nombreux traits distinctifs, à commencer par ses ailes renflées à la forme caractéristique, une sorte d'hommage aux Audi Quattro des années 80. Mais elle se pare également d'une calandre spécifique, d'optiques soulignées par une rampe de diodes électroluminescentes faisant office de feux de jour et de prises d'air élargies. Les antibrouillards ont quant à eux migré à l'intérieur des optiques.

A l'arrière, on note l'apparition d'un becquet de pavillon, d'un diffuseur aérodynamique (dont la réelle utilité nous semble douteuse) et de deux sorties d'échappement ovales au diamètre impressionnant. Côté roues, la RS6 donne le choix entre les jantes 19 pouces de série et les 20 pouces optionnelles (dotées d'une surmonte pneumatique en 275 de large au lieu de 255) qui équipaient notre version d'essai. Enfin, la palette de couleurs disponibles laissera aux acheteurs le choix entre la discrétion (Argent Monza, Gris Daytona) et un petit peu de « show-off » (le Bleu Sepang lui va à ravir !).

Habitacle

A bord de la RS6 Avant, on retrouve avec plaisir la présentation luxueuse et la finition soignée typiques des Audi haut de gamme, avec en plus quelques touches de sportivité qui peuvent parfois dénoter. Ainsi, on pourra préférer la sobriété des habillages « piano black » à l'aspect incongru dans un environnement aussi raffiné des placages carbone. Mais les sièges baquet griffés RS6, aussi confortables que bien dessinés, feront l'unanimité. Le volant sport se dote d'une base aplatie, comme sur la RS4 ou la R8. Le point fort de cette RS6 Avant, c'est sa polyvalence : ce break sportif est ainsi capable d'emmener cinq passagers (plutôt quatre pour de longs parcours) et leurs bagages (jusqu'à 565 litres banquette en place) dans un environnement sans fausse note... à condition de ne pas lésiner sur les options. En effet, malgré un tarif déjà fort coquet de 114 000 euros, l'Audi RS6 Avant se permet quelques mesquineries difficiles à admettre à ce niveau de gamme. Un volant à réglage électrique ? Comptez 480 euros. Le hayon à fermeture électrique ? Ajoutez 630 euros. Des mémoires sur les sièges électriques avant ? Hop, encore 640 euros. Pour la fine bouche, nous mentionnerons également la clé mains libres à 1 220 euros ou le « ciel de pavillon en microfibre », facturé... 1 700 euros. Mais ne faisons pas la fine bouche, puisqu'Audi a quand même inclus la caméra de recul et le système audio Bose dans l'équipement de série !

Châssis

La première Audi RS6 avait introduit le système antiroulis actif DRC (dynamic ride control), qui permet de réduire le roulis en courbe en couplant hydrauliquement les amortisseurs en diagonale : l'avant gauche avec l'arrière droit, l'avant droit avec l'arrière gauche. La nouvelle RS6 y ajoute (en option !) un dispositif permettant de piloter ce système selon trois lois de fonctionnement : confort, « dynamic » ou sport. Les versions dépourvues de cette option adoptent quant à elles le réglage intermédiaire. Les géométries de suspension adoptent une bonne dose d'aluminium afin de réduire les masses non suspendues, tandis que la direction est moins démultipliée. L'ESP totalement déconnectable propose quant à lui un nouveau mode « Sport » qui retarde les interventions de l'électronique tout en conservant un garde-fou si jamais la situation se détériore.

La transmission intégrale Quattro fait bien évidemment partie de la dotation standard, avec une répartition du couple favorisant légèrement le train arrière (40/60 par défaut). Au besoin, la transmission peut renvoyer jusqu'à 85% du couple aux roues postérieures, tandis qu'un blocage électronique de différentiel fait office de glissement limité sur chaque essieu. Enfin, les jantes de 19 pouces renferment des disques ventilés et perforés de 390 mm à l'avant et 356 mm à l'arrière. En option, des freins en carbone encore un peu plus grands (420 mm à l'avant) seront disponibles.

Moteur

Un moteur de supercar dans un break, telle est la recette de l'Audi RS6 Avant ! Son V10 est en effet dérivé de celui des S6... qui provient lui-même de la Lamborghini Gallardo. Il affiche une cylindrée de cinq litres, adopte une injection directe FSI, deux turbocompresseurs et même... une lubrification par carter sec ! Ce dernier choix technologique permettra à la RS6 Avant d'encaisser des accélérations latérales supérieures à 1,2 g... ce qui laissera pas mal de marge, même sur circuit. Le V10 biturbo développe donc 580 ch, un chiffre qui pourra paraître abstrait à certains. Précisons simplement qu'une Ferrari F430 n'affiche « que » 490 ch, et qu'une Porsche Carrera GT n'est pas très loin devant avec ses 612 ch. Certes, l'Audi RS6 Avant affiche un net surplus pondéral, puisqu'elle dépasse les deux tonnes... à vide ! Cela ne l'empêche pas de proclamer un rapport poids/puissance de 3,5 kg/ch et d'abattre le 0 à 100 km/h en 4,6 secondes. La barre des 200 km/h est quant à elle atteinte en 14,9 secondes, mais la vitesse maxi reste électroniquement limitée à 250 km/h. Il est cependant possible de relever cette bride à 280 km/h si l'on souscrit à l'option idoine (1 950 euros tout de même). La suralimentation ajoutée à la cylindrée généreuse permet par ailleurs de jouir d'un couple impressionnant à tous les régimes. Sa valeur maximale de 650 Nm est ainsi disponible de... 1 500 tr/min et jusqu'à 6 250 tr/min (soit presque la zone rouge !).

Sur la route

Il faut se rendre à l'évidence : l'Audi RS6 Avant nous a bluffés. Certes, on ne l'imaginait pas avec un poids de ballerine, mais notre surprise fut grande lorsque la lecture de la fiche technique nous révéla sa masse de 2 025 kilos (à vide, faut-il le préciser). A la conduite, la RS6 paraît plus légère, tant son châssis ultra-efficace repousse très loin les limites d'adhérence. Difficile de les déceler sur route ouverte, tant cette diabolique Audi peut passer vite et fort partout. Ses 580 ch et son couple omniprésent la catapultent d'un virage à l'autre à une allure vertigineuse. Mais il est déjà temps de se jeter sur les freins (que l'on plaint à l'avance, tant ils sont mis à rude épreuve), avant d'inscrire ce grand break dans la courbe. De sous-virage, nous n'en verrons pas. A l'extrême limite, la RS6 se met à glisser de ses quatre roues. Le reste du temps, elle se montre plutôt agile, en s'inscrivant facilement au lever de pied et en acceptant même d'enrouler sur les gaz en sortie de virage. Étonnant.

D'autant plus étonnant que la RS6 Avant affiche par ailleurs une polyvalence remarquable. Confortable (surtout avec l'option DRC Plus réglable, en choisissant le programme « confort »), souple, silencieuse, dotée d'une boîte automatique douce, elle transformera les longs trajets en promenade de santé. Revers de la médaille, son côté cocon filtre trop les sensations. La sonorité du moteur, agréable, reste feutrée. Même sur petites routes, on se retrouve rapidement à des allures déraisonnables tant la RS6 met en confiance. Mieux vaut savoir garder la tête froide à bord de ce boulet de canon...

À retenir

Ultraperformante, diablement efficace, plutôt amusante tout en restant étonnamment confortable, l'Audi RS6 Avant résout avec brio la quadrature du cercle. C'est une incontestable prouesse technologique, un compromis parfait – si tenté qu'une telle expression ait un sens. Malgré tout, la RS6 va sans doute trop loin. A l'image des voitures de Groupe B des années 80, elle est l'incarnation d'une course à la puissance vide de sens. L'Audi RS6 Avant ne serait pas moins bonne avec 500 ou 450 chevaux. Elle n'établirait alors aucun record, ferait peut-être moins parler d'elle, mais resterait diablement séduisante. En cherchant le « coup de pub » avec 580 ch et 280 km/h, Audi joue la provocation. Mais la plus modeste RS4 comblera déjà l'amateur de sportivité, avec son V8 plus communicatif, son poids plus contenu et son agilité supérieure. En ajoutant à ce programme des chevaux en pagaille et un confort stupéfiant, la RS6 isole un peu trop son conducteur du monde extérieur. Le mieux est parfois l'ennemi du bien...
points fortsPerformances très élevées, comportement routier ultra-efficace, agilité surprenante, confort préservé (surtout avec DRC Plus), finition soignée, présentation haut de gamme, habitabilité et coffre.
points faiblesSensations (de vitesse notamment) trop filtrées, tarif élevé, options nombreuses et chères.
16.6

20
Les chiffres
Prix 2008 : 114 000 €
Puissance : 580 ch
0 à 100km/h : 4.6s
Conso mixte : 14l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 19/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 17/20
Budget : 8/20
Tag :

Autres articles pouvant vous intéresser

AUDI RS6 Avant
AUDI RS6 Avant

L'Audi RS6 Avant cède aux sirènes du downsizing et troque son V10 contre un...

AUDI R8 V10 5.2 FSI RWS S tronic
AUDI R8 V10 5.2 FSI RWS S tronic

Avec cette série limitée RWS, la R8 brise un tabou : c'est la première Audi...

AUDI Q8 50TDI
AUDI Q8 50TDI

Audi a fini par céder à la mode du SUV aux allures de Coupé. La marque aux...

Tous les essais AUDI
CUPRA Ateca 2.0 TSI 300 DSG 4Drive
CUPRA Ateca 2.0 TSI 300 DSG 4Drive

Cupra n'était jusqu'alors qu'un label sportif. C'est désormais une marque...

HYUNDAI i30 N 2.0 T-GDi 275 Pack Performance
HYUNDAI i30 N 2.0 T-GDi 275 Pack Performance

Hyundai se lance enfin sur le segment des sportives avec cette i30 N. Sur le...

JEEP Grand Cherokee Trackhawk
JEEP Grand Cherokee Trackhawk

L'offre en SUV sportifs ne manque pas sur le marché français, mais la palme...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de Phigu
Phigu a dit le 13-04-2017 à 01:45
Personnes parlent des freins, elle est agréable à rouler mais les freins ne suivent malheureusement pas.