Essai AUDI A5 V6 3.0 TDI

Vincent Desmonts le 17/03/2008

L'A5 marque le retour d'Audi sur le segment des coupés après de trop longues années d'absence. Un retour tout en style, mais qui ne néglige pas le développement des motorisations diesel.

Voir la vidéo en HD

Présentation

L'A5 marque le retour d'Audi sur le segment des coupés après de trop longues années d'absence. Un retour tout en style, mais qui ne néglige pas la tendance de fond du marché, qui touche même les coupés haut de gamme : le développement des motorisations diesel. L'A5 s'équipe donc du V6 3.0 TDI de 240 ch, obligatoirement accouplé à la transmission intégrale Quattro. L'ensemble forme un mariage harmonieux. Le moteur fait étalage d'une vigueur peu commune, tout en se montrant discret sur le plan auditif. Le châssis très bien réglé assure une efficacité de haut niveau tout en ménageant un bon confort. Quant aux consommations, elles restent contenues à un 7,2 l/100 km de moyenne.

Le reste des prestations de l'A5 3.0 TDI Quattro est à la hauteur de l'élégance des lignes et du savoir-faire dynamique. L'habitacle très raffiné jouit d'une finition soignée et permet de trouver rapidement sa position de conduite. Les sièges sont confortables et maintiennent bien le corps. Malheureusement, les places arrière manquent de générosité en matière d'espace, notamment au niveau des coudes et de la garde au toit. Le coffre est cependant le plus spacieux de la catégorie, et la banquette rabattable par moitiés permet d'en augmenter facilement la capacité. Reste qu'à un tarif dépassant les 53 000 euros dans cette finition haut de gamme « Ambition Luxe », l'Audi A5 3.0 TDI Quattro n'est pas spécialement donnée. D'autant que la liste d'options reste encore impressionnante...

Voir plus de photos

Sur la route

C'est un coupé capable d'accélérer de 0 à 100 km/h en 5,9 secondes seulement, et d'atteindre une vitesse maxi de 250 km/h. Porsche Cayman, Jaguar XK8, Nissan 350Z ? Non : une Audi A5 diesel ! Il faut dire que le V6 3.0 TDI affiche pas moins de 240 ch et un couple « camionnesque » de 500 Nm, disponible de 1 500 à... 3 000 tr/min. Mais davantage que ces chronos de sportive, c'est la manière dont l'A5 3.0 TDI distille ces performances qui impressionne : tout en douceur, sans un à-coup, avec un niveau sonore très contenu. Seules les vibrations un peu trop présentes au ralenti et une commande de boîte parfois accrocheuse viennent ternir un tableau mécanique très positif. Capable d'enrouler en cinquième à 1 000 tr/min comme de pousser jusqu'à la zone rouge, le V6 TDI offre un agrément top niveau en échange de consommations bien maîtrisées... même s'il sera difficile de descendre sous les 10 l/100 km en conduite urbaine.

Plutôt maniable en ville, l'A5 prend toute sa dimension lors de longs trajets, où son insonorisation et son confort en font une dévoreuse de kilomètres. Mais elle saura également se montrer à son aise sur un parcours plus exigeant. Ses suspensions bien amorties autorisent un excellent maintien de la caisse sur routes bosselées. La transmission intégrale (dont la répartition initiale du couple est de 40% pour l'avant et 60% pour l'arrière) assure quant à elle une motricité et une adhérence de haut niveau quelque soit l'état de la route. Enfin, le freinage puissant et endurant supportera une utilisation intensive.

À retenir

Performante, confortable et dotée d'une tenue de route remarquablement efficace, l'Audi A5 3.0 TDI Quattro fait figure de nouvelle référence sur le segment des coupés bourgeois. Elle ne passe à vrai dire pas très loin du sans-faute : une meilleure filtration des vibrations, une commande de boîte plus convaincante et une habitabilité arrière plus généreuse, et l'A5 réalisait le Grand Chelem. Mais en l'état, elle a déjà de quoi donner du fil à retordre au coupé BMW Série 3...
points fortsPerformances, plage d'utilisation du moteur, comportement routier très efficace, freinage, présentation intérieure soignée, insonorisation, confort, coffre spacieux.
points faiblesHabitabilité arrière médiocre, prix élevé, options nombreuses et chères, vibrations au ralenti, commande de boîte parfois accrocheuse.
15.1

20
Les chiffres
Prix 2007 : 49 850 €
Puissance : 240 ch
0 à 100km/h : 6.1s
Conso mixte : 6.9l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 19/20
Confort et vie à bord : 17/20
Budget : 7/20

Autres articles pouvant vous intéresser

AUDI A5 Coupé V6 3.0 TDI 218 quattro S tronic
AUDI A5 Coupé V6 3.0 TDI 218 quattro S tronic

Il aura fallu 9 ans (et 320 000 exemplaires) avant qu'Audi ne se décide à...

AUDI TTS Coupé
AUDI TTS Coupé

L'Audi TT fête son anniversaire avec un (très) léger restylage et des...

AUDI R8 V10 Performance
AUDI R8 V10 Performance

Les supercars à moteur atmosphérique sont condamnées à brèves échéance....

Tous les essais AUDI
BMW M2 Compétition M DKG
BMW M2 Compétition M DKG

La M2 Compétition n'est pas qu'une version un peu plus puissante de la M2 :...

TESLA Model 3 Grande Autonomie
TESLA Model 3 Grande Autonomie

La Model 3 débarque enfin en Europe, à des tarifs débutant à 42 600 €....

TOYOTA Camry Hybrid Lounge
TOYOTA Camry Hybrid Lounge

Hors-jeu les grandes routières généralistes ? Pourtant, 20 ans après avoir,...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar invité
un internaute a dit le 24-03-2008 à 21:28
cette voiture reste d'un certain prix evidemment mais tout se paie, mon but lors de cet achat n'était pas de me faire photographier sur autoroute mais je dois dire que cela est surprenant quand une nana vous dépasse avec son portable à la main pour vous photographier (la voiture) et un pouce levé pour vous signifier qu'elle apprécie le modèle. Grâce aux enfants qui ont grandi j'ai pu abandonner le break pour revenir à mes premières amours. Super AUDI pour votre coupé, il en a fallu du temps ....
avatar de Ecosse
Ecosse a dit le 21-03-2008 à 09:28
Article juste mais insuffisant. Je possède une A5. Elle est performante, élégante et très confortable. En plus elle a un sacré gueule. Bref, c'est un régal. Oubliez les articles et essayez la vous même. Vous verrez les têtes qui tournent. Malheureusement, c'est grâce a la voiture et non au conducteur.