Championnat Endurance 2014

Audi, Toyota, Porsche à l’assaut d’un nouveau règlement basé sur l’économie de carburant : le WEC (Word Endurance Championship) 2014 promet d’être un millésime exceptionnel digne des grands duels Ford/Ferrari ou Ford/Porsche des années 60. Huit épreuves sont au programme à partir du 20 avril (6 heures de Silverstone) jusqu’au 30 novembre (6 heures de Sao Paulo) en passant par les 24 Heures du Mans les 14 et 15 juin, sommet de la saison.

sommaire :

L'Audi R18 e-tron Quattro venue par la route

Jean-François Destin le 25/03/2014

Partagez

réagir


Audi

Audi
L’évènement a eu lieu le 25 mars midi sous les yeux de centaines de Manceaux ébahis. Au volant de l'Audi R18 e-tron quattro 2014, Tom Kristensen, recordman des victoires dans la Sarthe a parcouru à travers la ville les 10 kilomètres séparant la place des Jacobins du paddock derrière les stands. Encadré de motards et suivi des Audi de série conduites par ses équipiers, Kristensen avait la consigne de ne pas dépasser les 60 km/h. "Une véritable épreuve au volant d’un tel prototype", a déclaré le Danois à l’arrivée. Il a ajouté avoir été beaucoup secoué par les bosses des rues de la cité. Rien à voir avec le revêtement lisse de la piste.

C’est au Dr Wolgang Ullrich, patron d’Audi Sport, présent à cette présentation à la presse de la R18 dans sa livrée définitive que l’on doit cette escapade insolite :

"Même si nous avions raté la descente des Champs Elysées il y a quelques années (avec beaucoup de problèmes logistiques et une auto tombée en panne !), cette idée me trottait dans la tête car elle a, je crois, ravivé le souvenir des années 60 et 70, une époque mythique où les pilotes amenaient eux même sur routes ouvertes leur prototype de course au départ".

Audi

Audi
Pour la circonstance, deux équipages au complet avaient été conviés. Duval et di Grassi s’étaient joints à Kristensen de même que les inséparables Treluyer, Fässler et Lotterer. En réponse aux questions d’un parterre de journalistes très clairsemé, ils reconnurent qu’ils allaient devoir adapter leur pilotage à des voitures entièrement reconditionnées pour répondre au nouveau règlement.

En juin prochain, il faudra aller aussi vite voire plus vite que l’an dernier tout en consommant 30 % de carburant en moins. Comme en F1 où les monoplaces n’ont droit qu’à 100 kilos de carburant (soit 118 litres) pour rallier l’arrivé de chaque Grand Prix, les 24 Heures du Mans se veulent désormais vertueux vis-à-vis de l’environnement, la sobriété se doublant d’une réduction de la pollution.

Pour parvenir à respecter la consommation prescrite, presque à chaque tour, les trois constructeurs, aux prises en LMP1, ont travaillé dans trois directions différentes. Toyota reste fidèle au V8 essence assorti d’une hybridation très améliorée. Porsche de retour dans la Sarthe fera confiance à un inédit et inattendu 4 cylindres turbo 2l turbo couplé à une hybridation stockée dans une batterie de forte puissance. Et enfin Audi restera fidèle au diesel V6 TDI 3.7l mono-turbo boosté comme chez Porsche par deux systèmes de récupération d’énergie électrique. L’un, cinétique suite aux freinages, l’autre thermique utilisant le souffle des gaz d’échappement à travers la turbine du turbo.

Audi

Audi
On comprend que tout cela ne sera pas simple à faire fonctionner en osmose. Nous en avons eu la preuve au Grand Prix d’Australie.

On espère que cette complexité faisant appel au nec plus ultra de l’électronique et de l’informatique n’impactera pas la fiabilité, les bagarres sur la piste et l’empoignade Audi/Toyota/Porsche qui devraient attirer la grande foule dans la Sarthe en juin prochain.

"C’est un palier technologique important à franchir - m’a confié le Dr Ullrich - et un nouveau challenge passionnant. Tout ce qui permet d’améliorer nos performances avec moins d’énergie fossile va dans le bon sens. Et ne croyez pas que la course se jouera dans les coulisses à partir des données de télémétrie, les pilotes devront faire les bons choix et continuer à se surpasser".

Un peu moins lourde (870 contre 915 kg l’an dernier), plus étroite (10 cm de moins) et montée sur des pneus de 14 pouces au lieu de 16, cette Audi R18 e-tron quattro comme ses rivales n’aura pas droit au diffuseur soufflé mais pourra adjoindre éventuellement un aileron avant en une ou deux parties pour participer à l’appui. Côté sécurité, le poste de pilotage a été rehaussé pour améliorer la visibilité périphérique et les phares laser devraient être plus efficaces et moins éblouir les pilotes des LMP2 et GT que les projecteurs à LED.

Nous n’avons pas manqué de faire réagir le DR Ullrich au retour de Porsche : "nous appartenons à la même maison, affirme t’il, mais c’est un concurrent au même titre que Toyota et on verra si leur choix technique, très différent du notre, est pertinent. Rendez-vous en juin".

Audi
article suivant  Prologue : Toyota affiche ses ambitions

Page suivante
Prologue : Toyota affiche ses ambitions

Partagez

réagir

Commentaires