Lamborghini Reventon : la copie chinoise

Olivier Thomas le 04/09/2012

Vous le savez déjà : les Chinois sont les rois de la copie ! Nous en avons là une nouvelle illustration : Wang Jian, un jeune chinois passionné de mécanique, a décidé de construire sa propre Reventon. Pour cela, notre mécanicien chevronné a utilisé tout ce qu'il trouvait sous la main : pièces d'occasion et tôle d'acier.

Partagez

réagir
Cela a commencé avec le mariage improbable d'une camionnette Nissan et d'un Volkswagen Santana pour la réalisation de la base roulante. Le jeune homme a alors sculpté la carrosserie de sa supercar, en soudant de multiples facettes de ferraille. Les portes papillon, signature du constructeur de Sant'Agata Bolognese, sont également reproduites. Pour parfaire son œuvre, Wang Jian, doit encore intégrer des phares, installer les vitrages et monter les équipements intérieurs. Nul doute que sa médiatisation lui permettra de trouver un généreux donateur...

Coté prix, ou plutôt coût de revient, notre apprenti a dépensé près de 7500 €, soit l'équivalent d'un an et demi de salaire (salaire moyen chinois) pour réaliser son prototype. On reste tout même très loin des 1 200 000 € du modèle de série !

Enfin, malgré un résultat rudimentaire, on peut souligner la performance de ce garçon qui a su trouver la motivation nécessaire à l'accomplissement de son rêve : conduire une voiture unique !

Partagez

réagir

Dernières actualités LAMBORGHINI

Reventon : réplique en Ukraine
Reventon : réplique en Ukraine
Une Reventon illuminée
Une Reventon illuminée
Silverstone Auctions : Lamborghini Miura SV 1972
Silverstone Auctions : Lamborghini Miura SV 1972
Toutes les actualités LAMBORGHINI

Tags liés

Commentaires

avatar de SKIPPER
SKIPPER a dit le 05-09-2012 à 21:55
J'ai connu un jeune angevin qui avait construit une voiture assez extraordinaire en 1965: Un coupé basé sur une plateforme de Fiat 600 avec un échappement de Jaguar Type E! La face avant préfigurait plus ou moins celle de l'Alpine A 310. Il avait concrétisé un rêve et, quelques années plus tard, il a créé sa propre entreprise en Californie. Son nom: Alain CLENET, fil du concessionnaire Ford d'Angers. Souhaitons le même destin à ce jeune chinois!