Acheter une PORSCHE CAYENNE TURBO S 4.8 V8

Stéphane Schlesinger le 12/05/2021

Par ses performances et son comportement, le Cayenne a révolutionné les SUV. Affublé d'une mauvaise image, il demeure un véhicule excellent et… peu cher !

Partagez

réagir

Sportif catégorie poids lourds

PORSCHE CAYENNE TURBO S 4.8 V8

Après le lancement du Boxster, Porsche voit le bout du tunnel et décide de développer sa gamme. Son patron, Wendelin Wiedeking, est très impressionné par le succès du Mercedes ML aux États-Unis. Ainsi, les Américains sont prêts à dépenser beaucoup pour un SUV de haut de gamme ? Voilà une source de revenus considérable, les USA étant le premier marché de Porsche. De plus, le Boxster n'est acheté qu'en seconde, voire en troisème voiture. Alors, si de surcroît un modèle de Zuffenhausen devient le premier achat de la famille, c'est le jackpot. C'est décidé, Porsche aura son SUV !

Wiedeking, soucieux de partager les frais de développement, forcément élevés, se tourne vers son partenaire traditionnel : VW, en la personne de son emblématique dirigeant, Ferdinand Piëch. Celui-ci perçoit immédiatement les avantages d'une telle association et les études débutent. Elles déboucheront sur le Porsche Cayenne d'un côté, le VW Touareg et l'Audi Q7 de l'autre. Le premier, codé 955, sort en 2002, doté d'un V8 maison, et provoque l'émoi chez les puristes. Cela n'empêche pas les chèques d'affluer chez le constructeur, le gros SUV dépassant toutes ses espérances commerciales. Il faut dire que, sophistiqué, il propose des performances et des qualités routières jamais vues sur un 4x4, tout en se débrouillant vraiment bien en hors-piste.


Le tout agrémenté d'un design très Porsche et d'un habitacle spacieux. Les prix ne sont même pas fous : 63 050 € (77 900 € actuels selon l'Insee) en V8 S et 103 910 € en Turbo (128 500 € actuels). Progressivement, l'offre s'étoffe : bloc VR6 en 2004, Turbo S de 520 ch en 2006. Le Cayenne est restylé en 2007, après avoir été produit à 150 000 unités contre 80 000 prévues. Nouveau code (957), face avant revue, injection directe, puissances en hausse : 290 ch pour le V6 (3,6 l désormais), 385 ch pour le V8 et 500 ch pour le Turbo. En 2008, si un V8 GTS de 405 ch est lancé, l'horreur frappe à Zuffenhausen : le Cayenne reçoit un 3,0 l diesel de 240 ch fourni par Volkswagen ! Heureusement, le Turbo S (550 ch) revient cette année-là, puis le Cayenne disparaît en 2009, produit à quelque 240 000 exemplaires. Grâce à lui, Porsche, moribond il y a peu, a battu des records de rentabilité !

Voir plus de photos

Au volant

La joie n'est pas de mise à bord du Cayenne phase 1, et la finition présente des imperfections, mais l'ergonomie fait bonne figure. Et pour la première fois dans une Porsche, on peut embarquer toute la famille sans oublier aucun bagage ! Quand on roule, la suspension se montre ferme mais sans excès, et contient bien les mouvements de caisse. Heureusement, car le V8 turbo envoie du lourd ! Ce SUV marche très fort, tout en étonnant par la rigueur de son comportement routier, inédite pour ce type de véhicule. Mieux encore, ses aptitudes en hors-piste sont celles d'un bon tout-terrain. Évidemment, les sensations de conduite n'ont rien de celles d'une 911, et l'encombrement peut gêner, mais le Cayenne Turbo sait tout faire, mais au prix d'une voracité en essence parfois ahurissante.

Avenir

La fiabilité des Cayenne de première génération est entachée de nombreux pépins de suspension et d'électronique, souvent chers à résoudre. Heureusement, le chemisage du V8 turbo, traité au Nikasil, n'a pas connu les défaillances de celui de V8 atmo, au Lokasil. Mais l'entretien demeure quoi qu'il arrive très cher, ce qui a contribué à pulvériser la cote. Enfin, le supermalus a été le clou sur le cercueil ! La valeur de l'auto a baissé continûment, de l'ordre de 80 % sur 10 ans et 25 % sur 5 ans. Cela dit, depuis 3 à 4 mois, elle semble stabilisée. Ainsi, un Cayenne 955 Turbo (38 CV) se déniche dès 10 000 € en très bon état, ce à quoi s'ajoute le prix de la carte grise et le malus de 1 500 €. Le Turbo S (46 CV), bien plus rare et exclusif (il coûtait 16 000 € de plus neuf), pâtit d'un malus de 5 500 €, ce qui ne l'empêche pas de réclamer 2 000 € supplémentaires. Son surcoût serait certainement plus fort sans cette taxation. On peut donc estimer qu'une fois qu'elle aura disparu, ces valeurs devraient remonter, surtout celle du Turbo S. Ce même raisonnement s'applique aux 957, taxés à hauteur de 43 CV (Turbo, dès 15 000 €) et 48 CV (Turbo S, dès 18 000 €).

3 points clés

- Performances élevées
- Efficacité sur route et piste
- Cote très basse

Evolution

2002 : Sortie du Cayenne 955 en V8 S et Turbo.
2004 : Le VR6 de VW (250 ch) arrive dans le Cayenne.
2006 : Version Turbo S, 520 ch.
2007 : Profond restylage et adoption d'un nouveau code : 957. Moteurs puissants.
2008 : Version V8 GTS (405 ch), Turbo S (550 ch) et Diesel (250 ch).
2009 : Arrêt de la production en fin d'année.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat PORSCHE

PORSCHE BOXSTER SPYDER 3.8
PORSCHE BOXSTER SPYDER 3.8
PORSCHE BOXSTER (987) SPYDER 3.4i S
PORSCHE BOXSTER (987) SPYDER 3.4i S
PORSCHE BOXSTER 3.2i S
PORSCHE BOXSTER 3.2i S
Tous les guides d'achat PORSCHE

Avis des propriétaires

Commentaires