Acheter une MASERATI Grancabrio Sport

Stéphane Schlesinger le 20/04/2022

Magnifiant la ligne de la GranTurismo, la GranCabrio parvient à conserver quatre places et de très belles qualités dynamiques. Quelle synthèse !

Partagez

réagir

Chef-d'œuvre permanent

MASERATI Grancabrio Sport

Après la réussite de la Quattroporte V lancée en 2003, Maserati poursuit dans la même veine. Comme cette berline dont il reprend la plateforme, le coupé sera dessiné chez Pininfarina. À son apparition au salon de Genève 2007, c'est l'extase : la GranTurismo, d'une beauté à pleurer (et à l'aérodynamique soignée) offre quatre vraies places, chose rarissime dans sa catégorie. Un superbe moment, non pas de style mais de design ! Et en tombant le toit au salon de Francfort 2009, l'auto est sublimée. La GranCabrio, version découvrable de la GranTurismo, frappe encore plus les rétines. Prenant le contrepied de la mode de l'époque, le constructeur a préféré une capote à un hard-top rétractable, ce qui présente plusieurs avantages. Déjà, cela limite la prise de poids (ici de l'ordre de 100 kg). Ensuite, offrant plus de compacité, ce principe n'oblige ni à empâter la poupe de la voiture, ni à en rendre les places arrière ridicules, voire carrément absentes. Au contraire, la GranCabrio y accueille les passagers dans un espace décent. Le coffre fait quelque peu les frais du décapsulage, son volume chutant de 260 l à 173 l. Ce sera compliqué de partir en vacances en famille ! Mais ce n'est pas la vocation de ce genre de voiture. Sous le capot, la GranCabrio ne retient que le plus gros des moteurs de la GranTurismo : le V8 4,7 l développant 440 ch. Et l'auto n'a droit qu'à une seule boîte de vitesses, l'unité automatique ZF à 6 rapports accolée au bloc. La version robotisée implantée sur le train arrière lui est impossible, car la capote repliée nécessite trop de place. En tout cas, si ses performances chutent un peu à cause de la prise de poids (1 980 kg au total), la Maserati pointe tout de même à 283 km/h, atteignant les 100 km/h en 5,4 s. À 134 868 € (151 600 € actuels), elle se réserve certes à une élite, mais ce tarif n'a rien de délirant dans la catégorie. Et avec ses 358 g/km de CO2, elle serait taxée actuellement à hauteur de 40 000 €, contre 2 600 € lors de sa commercialisation en 2010... Par la suite, la GranCabrio va peu évoluer. Elle se décline en Sport (450 ch, boucliers modifiés abaissant le Cx de 0,35 à 0,33) en 2011, puis en MC en 2013 (carrosserie plus agressive à l'appui aéro augmenté, V8 porté à 460 ch). Elle bénéficie enfin d'un léger restylage fin 2017. La GranCabrio quitte ensuite la production en décembre 2019. Produite à 11 715 unités, elle reste rare.

Voir plus de photos

Au volant

Nous avons pu prendre les commandes d'une GranCabrio de 2010. D'emblée, la direction se manifeste par sa fermeté, ce qu'on peut apprécier. Ensuite, toit baissé, on jouit plus encore que dans le coupé de la formidable musique du très performant V8, qui grimpe jusqu'à 7 500 tr/mn ! Celle-ci devient carrément dantesque quand on enclenche le mode Sport, qui libère les échappements. Avec lui, le moteur et la boîte deviennent plus réactifs, alors que les amortisseurs pilotés s'affermissent. On peut alors mener ce grand cabriolet de façon très dynamique. En effet, nantie d'une excellente rigidité, sa coque ne tremble pas et permet aux suspensions de bien travailler. On profite alors d'un excellent châssis, fort équilibré. Il se montre certes un peu lourd dans les changements d'appui, mais joueur si on le provoque. En conduite tranquille, on goûte au confort général, à la bonne isolation contre les remous d'air et à la douceur de la boîte. Superbe synthèse que cette Maserati !

Précautions d'achat

La GranCabrio fait partie de cette génération de Maserati rigoureusement conçues et fabriquées. Ainsi, elle ne pâtit d'aucune tare récurrente et prodigue une grande fiabilité si elle est bien entretenue. Néanmoins, des défauts d'assemblage apparaissent parfois dans l'habitacle, des bugs électroniques peuvent affecter le système multimédia, alors que le poids fatigue la suspension.

La cote

Les plus anciennes GranCabrio ont décoté largement, mais pas vertigineusement. Après 12 ans et 80 000 km, elle conserve près de 50 % de sa valeur initiale, se dénichant dès 64 000 € en 440 ch. La cote plancher a même tendance à remonter légèrement depuis environ deux ans ! Pour une Sport, comptez plutôt un minimum de 70 000 € à ce kilométrage, la MC débutant plutôt à 80 000 €. À 100 000 €, on déniche cette dernière à moins de 30 000 km, le marché étant logiquement sensible au kilométrage. Les restylées d'après 2017 débutent à 132 000 € pour environ 20 000 km. À 145 000 €, on accède à une auto de 2019 avec moins de 10 000 km. La baisse est donc très modérée face à un modèle neuf, facturé 160 000 € avec les taxes cette année-là.

3 points clés

Première Maserati cabriolet à quatre vraies places
Dynamique et performances préservées
Cote montante sur certaines versions

Chronologie

Mars 2007 : Présentation de la Maserati GranTurismo.
Septembre 2009 : Sa variante découvrable, la GranCabrio est lancée à Francfort.
2011 : Version affûtée Sport (450 ch), au châssis et à l'aérodynamique améliorés.
2013 : Évolution MC, encore plus radicale et forte de 460 ch.
2017 : Léger restylage de la gamme (museau redessiné, nouveau système multimédia).
2019 : Fin de production en décembre.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat MASERATI

MASERATI Quattroporte 4.7 S (2008 - 2012)
MASERATI Quattroporte 4.7 S (2008 - 2012)
MASERATI Quattroporte (I) (1963 - 1969)
MASERATI Quattroporte (I) (1963 - 1969)
MASERATI GRANTURISMO 4.7l
MASERATI GRANTURISMO 4.7l
Tous les guides d'achat MASERATI

Avis des propriétaires

Commentaires