Acheter une ASTON MARTIN DB9 VOLANTE

Stéphane Schlesinger le 01/10/2021

Nantie d'un beau V12, d'une superbe ligne et d'un blason magique, l'Aston DB9 Volante n'est pourtant pas inabordable. Mais la belle a ses épines.

Partagez

réagir

Mélodieuse pureté

ASTON MARTIN DB9 VOLANTE

Remplaçant, l'Aston DB7, la DB9 aurait dû s'appeler DB8. Sauf qu'à Gaydon, désireux de mettre en exergue la rupture technologique qu'elle incarne, on a sauté un chiffre. Car si la DB7 dérive de la Jaguar XJS, la DB9 arbore une toute nouvelle structure en aluminium, dénommée VH, pour “Vertical Horizontal”. Son grand intérêt est la modularité : elle servira en effet à pléthore de modèles : V8 Vantage, DBS, Vanquish II, Rapide... Propriété du groupe Ford depuis 1987, Aston bénéficie d'émulations avec Volvo, appartenant également à l'Ovale bleu, qui va perfectionner la résistance aux chocs fournie par cette plateforme. C'est aussi grâce au géant américain que l'anglaise jouit d'un merveilleux V12 5,9 l, en gros un assemblage de deux de ses V6 Duratec (peaufiné par Cosworth) produit à Cologne, à côté de l'usine Ford. La transmission ? On a le choix entre une manuelle (fournie par Graziano) et une automatique ZF 6HP26, toutes deux à 6 rapports. Logées à l'arrière, elles permettent un excellent équilibre des masses, histoire de bonifier un comportement routier déjà favorisé par une suspension à doubles triangulations avant/arrière. Et pour envelopper le tout, Ian Callum et Henrik Fisker se sont surpassés. Le premier a initié la robe, le second l'a finalisée avec brio.


Un ensemble superbe, tout en pureté, élégance et sobriété. L'exact opposé du design actuel ! Quand elle sort en 2003, à Francfort, la DB9 suscite un vif enthousiasme, d'autant qu'elle se montre raisonnablement ruineuse, à 148 600 € (184 200 € actuels). En face, la Bentley Continental GT, certes plus technologique, atteint 164 000 €, et la Ferrari 612 Scaglietti, plus puissante, 217 000 €. Bien conçue, bien placée par son prix et prestigieuse en diable, la DB9 connaît un certain succès. Dès 2004, elle se décline en un somptueux cabriolet Volante (169 800 €, soit 206 100 € actuels), qui augmente les ventes, ne subissant qu'un embonpoint de 90 kg. Ensuite, l'Aston va surtout évoluer de deux façons. D'un côté, elle va engendrer deux variantes plus féroces dotées d'appellations spécifiques (DBS, Virage), de l'autre elle va conserver son nom et changer progressivement. Elle bénéficie ainsi d'un Pack Sport en option dès 2006 (jantes allégées, suspensions affermies) qui la corrige efficacement. En 2008, son V12 grimpe à 477 ch, puis une nouvelle rafale de modifications intervient en 2012, le moteur se voyant par exemple porté à 517 ch. En 2015, la DB9 gagne une version GT de 547 ch, avant de tirer sa révérence en 2016, remplacée par la DB11. 16 500 unités sont sorties de l'usine de Gaydon, soit un succès des plus honorables.

Voir plus de photos

Au volant

Magnifique pièce que ce bloc de cristal qu'on insère dans la console pour mettre le contact. Tout aussi superbes, les cadrans inspirés de l'univers de la joaillerie s'animent : le cockpit de cette DB9 volante de 2010 réjouit par son luxe sobre. Une symphonie émanant du capot avant signale l'éveil du V12. Douce en ville, l'Aston le reste sur la route, que son volant informatif permet de bien sentir. Extrêmement sûre, se pliant gentiment à une conduite sportive malgré sa boîte auto un peu lente et son amortissement trop souple, la DB9 se révèle plus à l'aise sur autoroute, où l'allonge de son V12 puissant et linéaire émerveille. Mais là où on la déguste au maximum, c'est capote baissée, à l'heure bleue, sur une petite route de la Côte d'Azur, la musique magnifique du V12 caressant les oreilles.

Avenir

Fondamentalement fiable, la DB9 pâtit de petits pépins électriques, pas graves en soi mais parfois très chers à corriger, son entretien n'étant pas donné non plus. À cause de la supertaxe CO2, elle a vu sa cote baisser quelque peu. Mais depuis la disparition, le 1er janvier dernier, de cette fiscalité, elle reprend des couleurs. La Volante 455 ch démarrait à 50 000 € avec environ 100 000 km, et un carnet d'entretien complet (important !). Désormais c'est 55 000 €, voire 60 000 € à 80 000 km. La 477 ch se dégote dès 70 000 €, la 517 ch dès 84 000 € et la GT dès 120 000 €. Des prix sujets à variations suivant les options, bien sûr. Les très rares exemplaires en boîte manuelle ne sont pas plus chers, et la cote monte, surtout sur les moins récents.

Evolution

- 2003 : Lancement au salon de Francfort.
- 2004 : Version cabriolet Volante.
- 2006 : Option Pack Sport : jantes allégées, suspensions modifiées.
- 2008 : Série d'améliorations : moteur porté à 477 ch, console centrale avec ECU, suspension revue…
- 2010 : Légères modifications esthétiques, amortissement piloté livré en série.
- 2012 : Nouvelles améliorations, V12 développant désormais 517 ch.
- 2015 : Version GT de 547 ch, console centrale à touches sensitives.
- 2016 : Fin de production.

3 points clés

- Ligne sublime
- V12 somptueux
- Cote en hausse

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat ASTON MARTIN

ASTON MARTIN DB9 (2003 - 2016)
ASTON MARTIN DB9 (2003 - 2016)
ASTON MARTIN DB9
ASTON MARTIN DB9
ASTON MARTIN V8 VANTAGE
ASTON MARTIN V8 VANTAGE
Tous les guides d'achat ASTON MARTIN

Avis des propriétaires

Commentaires