Acheter une ALFA ROMEO 4C 1750 Tbi 240ch

Stéphane Schlesinger le 10/11/2021

Avec sa ligne spectaculaire et sa coque carbone, la 4C se la joue supercar de poche. Si la technologie est de haut niveau, la belle a-t-elle tout pour faire chavirer les puristes les plus radicaux ?

Partagez

réagir

Coup de folie

ALFA ROMEO 4C 1750 Tbi 240ch

Enorme surprise au salon de Genève 2011. Alfa qui présente un concept de coupé à moteur central ! On n'a rien vu venir, et pour cause : il a été fini pratiquement sur le stand... Pourtant, la 4C a suscité une telle ferveur en Suisse qu'il a été décidé de la produire en série. Cette voiture a été imaginée puis réalisée pratiquement sur un coup de tête, aucun business case été imaginé. Cela n'empêche pas la version de série d'arriver deux ans plus tard, et, par bonheur, de rester très fidèle au concept, conservant même la structure en fibre de carbone. Du jamais-vu à ce niveau de gamme ! Seuls les projecteurs, bizarres, laissent perplexe. Pour sa part, la carrosserie recourt à un composite de plastique SMC. Derrière les passagers se trouve le 4-cylindres 1750 Tbi dérivant de celui de la Giulietta QV, mais doté d'un bloc alu et fort de 240 ch. Il s'attèle uniquement à une boîte TCT à double embrayage et six rapports conçue et fabriquée chez Magnetti-Marelli. L'ensemble affiche un poids remarquablement faible de 895 kg. Sans la clim ni la radio (qui pèsent 21 kg), certes, mais le résultat n'en est pas moins remarquable. Vendue 51 200 €, la 4C offre un niveau technologique exceptionnel, à tel point qu'on se demande comment Alfa compte gagner de l'argent avec elle, d'autant qu'elle est fabriquée quasiment à la main chez Maserati à Modène (comme la 8C). En 2015, la 4C Spider est présentée, qui arbore des projecteurs beaucoup plus jolis ainsi que des options intéressantes, telles que le revêtement tout-cuir du cockpit. Mais elle était facturée 75 000 € ! Depuis… Pas grand-chose ! Comme souvent avec ses modèles, Alfa Romeo n'a pratiquement pas fait évoluer la 4C, dommage. Le prix de l'Alfa a crû de 10 000 € en cours de carrière, ce qui n'a rien arrangé ! La production est arrêtée. Du coup, la 4C ne s'est écoulée en tout qu'à 6 500 unités environ au global, dont près de 500 en France, à 80 % en coupé. Pas si mal pour un coup de folie

Voir plus de photos

Au volant de la 4C

C'est vrai qu'elle a un air de mini supercar. Quel charisme ! Notre exemplaire se dote du châssis sport optionnel, qui apporte la suspension affermie, les jantes de 19, la barre antiroulis arrière et l'échappement plus sonore. A bord, c'est vrai, c'est spartiate. Mais pas indigent, surtout que la fibre de carbone est apparente. On profite d'une bonne position de conduite, alors que les cadrans TFT sont à la fois lisibles et esthétiques. Mais l'espace est mesuré et les rangements quasiment absents. Dès le démarrage, le moteur apparaît très sonore. Et pas mélodieux du tout. Surprise, la suspension se montre assez tolérante sur les aspérités, rendant la 4C assez facile en conduite courante. Le bloc TBi souple et la boîte douce l'aident bien, en mode Normal. Seulement, sur mauvaise route, la 4C demande une attention constante tant son train avant suit toutes les aspérités. Pour profiter des performances remarquables, en mode Dynamic, il faut alors tenir le volant (malheureusement pas assez direct) avec poigne ! Et au freinage, puissant, l'Alfa est capable de gros écarts. Gare.
Sur piste lisse, la 4C profite d'un bel équilibre et d'un grip impressionnant. Très efficace, elle se révèle pourtant assez capricieuse une fois ses limites atteintes. Et le moteur, certes capable de plus de 7 000 tr/mn, donne le meilleur avant 6 000. Tout ceci manque de mise au point. De légères modifications ont été apportées en cours de production et des préparateurs savent corriger les défauts de 4C.

Avenir

L'Alfa Romeo 4C ne souffre pas de grave souci de fiabilité mais de petits pépins sans gravité. Quant à la cote, elle profite de la rareté de la voiture. Rien à moins de 42 000 €, soit une faible dépréciation en 4 ans. Curieusement, les Spider décotent plus, sûrement à cause des 73 000 € qu'ils exigent neufs, même si le réseau a consenti à de gros rabais en neuf. On les trouve dès 53 000 €. L'avenir ? Les prix devraient continuer à chuter, mais faiblement, l'auto profitant d'un caractère unique.

3 points clés

Ligne et technologie de supercar, très radicale, cote en baisse modérée

Evolution

2011 : Le concept 4C est la surprise du salon de Genève
2013 : Présentation du modèle définitif
2015 : Lancement du Spider
2018 : Fin de production

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat ALFA ROMEO

ALFA ROMEO 156 SPORTWAGON 3.2 V6 GTA
ALFA ROMEO 156 SPORTWAGON 3.2 V6 GTA
ALFA ROMEO GTV6
ALFA ROMEO GTV6
ALFA ROMEO GTV V6 (1994-2003)
ALFA ROMEO GTV V6 (1994-2003)
Tous les guides d'achat ALFA ROMEO

Avis des propriétaires

Commentaires