Salon de Tokyo 2003

MAZDA Ibuki

Jean-François Destin le 01/10/2003

En pleine renaissance et montrant une créativité intense, Mazda restera comme l'un des constructeurs les plus féconds de l'année 2003. La preuve avec la Mazda Ibuki.

En pleine renaissance et montrant une créativité intense, Mazda restera comme l'un des constructeurs les plus féconds de l'année 2003. La marque japonaise, sous contrôle Ford, s'est en peu de temps reconstitué une gamme quasi complète avec la 6, la 2, la 3 et l'original RX8 à moteur rotatif. Restait la MX5, cette petite bi-places décapotable, qui dès 1989 a redonnée à tous les constructeurs de la planète le goût et l'envie de fabriquer des petits roadsters à l'anglaise. Baptisée Miata aux Etats-Unis, cette sportive à succès aura enfin une descendante sous la silhouette du concept Ibuki dévoilé au Salon de Tokyo. Si les responsables ne l'ont pas officiellement annoncé, ils l'ont laissé entendre en précisant que le modèle industrialisé serait très proche de cette étude. Le style de l'Ibuki a été confié à Moray Callum, le nouveau responsable du design Mazda qui vient notamment de signer la séduisante Mazda 3. Plus courte que la MX5 (3.64m contre 3.97m), cette vision moderne de la Miata ne révèle pas tous les traits de sa personnalité. A Tokyo, le prototype exposé n'avait qu'un embryon d'empreintes d'optiques et de feux arrière. Il est plus que probable que le véhicule achevé pourrait reprendre les double phares elliptiques du roadster coupé également présent sur le stand.

MAZDA Ibuki MAZDA Ibuki

Mazda a souhaité en tous cas rester dans une philosophie un peu rétro en conservant un pare-brise peu incliné (dépourvu d'encadrement supérieur) et un habitacle basique et facile à entretenir. On remarque un volant implanté presque à la verticale, deux simples cadrans de moto sans visière et un minimum de boutons sur une large console centrale. L'ambiance bi-colore avec tôles à nu et inserts d'alu brossé ne devraient pas déplaire à une clientèle que l'on souhaite toujours aussi large (depuis le couple branché jusqu'aux vieux nostalgiques des petites anglaises).

Plus courte donc et bénéficiant d'un long empattement (2.33m), la MX5 deuxième génération pourrait dans un premier temps avoir recours à un 1600 cm3 de 180 chevaux (plus de 100 ch au litre !) associé à une boite à 6 rapports. C'était en tous cas le pack mécanique de l'Ibuki de Tokyo.

Avis des propriétaires

Commentaires