Salon de Tokyo 2003

HONDA HSC

Jean-François Destin le 01/01/2004

Le concept-car Honda HSC reprend les mêmes ingrédients que l'illustre NSX en proposant une ligne proche de celle de la Ferrari Enzo.

Voir plus de photos

Voici enfin la silhouette du coupé à hautes performances qui devrait remplacer la NSX à l'horizon 2005/2006. Lancée en 1989 au Salon de Chicago, la NSX a laissé une trace indélébile dans le cœur des amateurs de voitures de sport. Au style spectaculaire s'ajoutaient une tenue de route phénoménale et un confort inattendu. Centre quatre vingt dix français ont craqué pour cette sportive encore en vente au Japon et accessible sur commande dans notre pays à 110.000 €.

Le concept-car HSC (pour Honda Sport Concept) reprend les mêmes ingrédients que son illustre devancière en proposant une ligne qui n'est pas sans rappeler celle de la Ferrari Enzo. Un peu plus courte que la NSX (4.25m contre 4.43m), la HSC est en revanche plus large (1.90m contre 1.81m) et moins haute (1.14m contre 1.16m). Plus râblée, plus compacte et conçue à partir de structures et d'une carrosserie en aluminium, cette Honda exclusive devrait afficher des performances encore supérieures à celle de la NSX (0 à 100 km/h en 6,5s et 260 km/h en pointe).

A Tokyo, les responsables de la firme sont restés très discrets sur les caractéristiques techniques se contenant d'avouer que le moteur toujours en position centrale arrière affichait 300 chevaux (290 pour la dernière NSX allégée). La déception vient du fait qu'il s'agit toujours d'un 6 cylindres alors qu'entre les deux ailes arrière bien musclées aurait pu trouver sa place un V8 comme sur la Ferrari Modena, voire un V10. La transmission fait appel à une boite robotisée, sans doute à 6 rapports, avec palettes de commande au volant.

Sur le stand Honda, il était impossible de monter à bord de la HSC et nul ne sait si la planche de bord révélée par le document sera bien retenue pour une éventuelle industrialisation. En revenant plusieurs fois à la charge, les journalistes présents au Japon ont tout de même pu apprendre que le frein à main faisait appel à un système électrique et que l'absence de rétroviseurs se justifiait par l'intégration dans le pare-chocs arrière de micro-caméras.

Compte tenu du recul de Honda sur certains marchés comme la France, les patrons de filiales aimeraient pouvoir inscrire au catalogue ce véhicule image bien né. Malheureusement, personne n'a été en mesure de confirmer un probable montage en série. Il faut attendre et espérer.

Honda a profité du show de Tokyo pour dévoiler une évolution du roadster S 2000. Pour les unités destinées au marché américain, le 2 litres a cédé sa place à un 2.2l mais la puissance avoisine toujours les 240 chevaux. Les européens, quant à eux, devront se contenter de quelques retouches esthétiques au niveau des phares, des pare-chocs et de la sellerie et de modifications mécaniques mineures visant à améliorer la direction et la tenue de route.

Avis des propriétaires

Commentaires