Salon de Genève 2005

ALFA ROMEO Brera

Jean-François Destin le 09/03/2005

Giugiaro a réussi à imposer le style de son Alfa Romeo Brera pour ce nouveau coupé, qui sera commercialisé dès la fin 2005.

Voir la vidéo en HD

Enfin, la voilà ! Longtemps, Alfa Romeo a semblé hésiter quant aux orientations stylistiques qu'elle allait prendre après le départ du fantasque et talentueux Walter De Silva, auteur de la belle 156 berline. Longtemps, on put croire que c'est le concept car 8C, créé par le Centre Style Alfa, qui tenait la corde pour donner le ton. Mais c'était sans compter sans le franc tireur Giorgietto Giugiaro et son concept car Brera présenté à ce même Salon de Genève, en 2002. Ce fut la ruée, et un raz-de-marée d'enthousiasme. Les responsables d'Alfa, pris de court, restèrent dans l'expectative, arguant qu'il s'agissait là d'une initiative privée qui ne les engageait en rien. Aujourd'hui, ils prétendent avoir télécommandé cette première Brera (siglée Alfa, mais construite sur une plateforme de propulsion et motorisée par un V8 Maserati 4 litres de 400 chevaux), parmi d'autres études, histoire de sonder les réactions du public.

ALFA ROMEO Brera ALFA ROMEO Brera

Qu'importe. L'important est que Giugiaro ait réussi son OPA (restyling de la 156 et de la 147, maîtrise d'oeuvre de la 159), et imposé le style de sa Brera pour ce nouveau coupé, qui sera commercialisé dès la fin de l'année. Certes, par rapport au concept car originel, la Brera « commerciale » n'a pas tout à fait les mêmes proportions. Moins radicale, elle est un peu moins large (1,83 m au lieu de 1,89 m, un peu plus haute (1,37 m quand la Brera d'origine mesurait 1,29 m), contraintes d'habitabilité oblige. Et elle a naturellement perdu sa carrosserie en carbone et ses ailes s'ouvrant en élytre. Mais le style général est parfaitement respecté, l'expression agressive de la face avant parfaitement rendu, avec ses triple phares rangés sous un trait vigoureux, et suscite tout autant d'émotion. On en veut pour preuve l'animation inhabituelle qui régnait autour du stand Alfa au moment où la nouvelle a été débâchée.

Incontestablement, le style de la Brera commerciale a gardé toute la puissance et la séduction du concept car. Le toit intégralement en verre fumé, comme dans l'Opel GTC, est garant d'une ambiance lumineuse à l'intérieur. Hélas, quand on ouvre la porte, l'enthousiasme retombe d'un cran. L'univers général, la planche de bord surtout, semblent bien timides et conventionnels par rapport à l'enveloppe extérieure. Les matériaux employés, également, d'un niveau décevant. C'est aussi l'avis de Giugiaro, qui était discrètement présent près du stand, et qui nous a confié son regret de ne pas avoir eu son mot à dire sur la conception de l'habitacle. Comparativement, celui de l'Alfa GT est presque plus sexy…

Et puisqu'on parle de la GT, on ne peut pas s'empêcher de se poser quelques questions sur la présence au même catalogue d'un constructeur de deux voitures assez proches dans l'esprit et dans les dimensions. La Brera, même si elle est sensiblement plus large, n'est, après tout, plus courte que de 8 centimètres… En fait, la Brera est un coupé 2+2, avec des petites places d'appoint à l'arrière, doté d'un coffre assez réduit, tandis que la GT est un coupé à vocation plus familiale, avec ses quatre vraies places et son coffre conséquent. Et la Brera, destinée à remplacer le défunt GTV, sera clairement positionnée au dessus de la gamme GT, avec des prix sensiblement plus élevés, de l'ordre de 30 à 40 000 euros selon les motorisations.

Des motorisations ambitieuses puisque le 4 cylindres JTS à injection directe d'essence passe à 2,2 litres pour donner 185 chevaux, soit la même valeur que l'actuel V6 2,5 litres, plus gourmand. Côté diesel, le 5 cylindres 2.4 JTD est porté à 200 chevaux. Et comme il se doit, le sommet est tenu par un V6 3,2 litres offrant 260 bons chevaux. Mais, oh déception, ce moteur n'est plus le fameux V6 Alfa à la musicalité sans pareille. Non, il s'agit d'un moteur d'origine Holden, filiale de General Motors. Les responsables nous jurent que ce moteur a été retravaillé chez Alfa, et selon le cahier des charges maison, et qu'il n'y aura rien à regretter. Acceptons-en l'augure… Dernier point, la transmission est assurée aux roues avant par une boîte à 6 rapports. Et une transmission intégrale Q4 sera également au programme. Souhaitons qu'elle permette à la Brera d'adopter une personnalité de propulsion. Nous le vérifierons bientôt…

ALFA ROMEO Brera ALFA ROMEO Brera

Avis des propriétaires

Commentaires