Salon de Genève 2005

ALFA ROMEO 159

Jean Michel Cravy le 16/03/2005

L'Alfa Romeo 159 arrive à point pour conforter une position favorable et grimper encore d'un cran dans la hiérarchie des berlines moyennes de notoriété.

Voir la vidéo en HD

La 156 lancée en 1998 aura été, en grande partie grâce au dessin fulgurant de Walter De Silva, une voiture emblématique, celle du renouveau d'Alfa Romeo après des années d'errance, d'identité incertaine à l'ombre tutélaire de Fiat. D'autres modèles ont suivi, tout aussi sexy, et voilà les compteurs d'Alfa Romeo au beau fixe. Une embellie comme la marque italienne n'en avait plus connu depuis longtemps. En France particulièrement, où le réseau a été reconstruit en à peine deux ans (30 % de nouveaux concessionnaires), l'effort a aussi porté sur la notoriété et la communication pour accoler au nom d'Alfa la notion de « sportivité élégante ».

Résultat, la cote d'amour de la marque est passée en un rien de temps de la 21e à la 9e place, et les ventes sont en forte progression selon Carlos Gomez, le responsable de la filiale française. Au point que Karl Heinz Kalbfell, le patron de la marque Maserati nouvellement émancipée au sein du groupe Fiat, et également en charge des destinées Alfa, a estimé que la filiale française était la meilleure en Europe. Bref, la remplaçante de la 156 arrive au bon moment pour conforter une position favorable et grimper encore d'un cran dans la hiérarchie des berlines moyennes de notoriété, là où la bataille fait rage, entre BMW Série 3, Mercedes Classe C et Audi A4.

Elle aurait dû logiquement s'appeler 157. Elle se nommera 159, histoire de bien marquer le bond qualitatif et de fortes ambitions. Il en faut pour prétendre se mesurer aux trois références citées précédemment. Son premier atout sera son allure. Elle n'en manque pas, par la grâce de Giugiaro (en collaboration avec le centre de style Alfa) qui a brillamment pris la relève de De Silva. Elle arbore une face avant très proche de celle de la Brera. La silhouette générale est moins surprenante. Elle reprend l'esprit de celle de sa devancière –ce dont personne ne se plaindra- en la modernisant et en la musclant. Les passages de roues sont plus marqués et plus pleins.

La malle arrière haute, griffés de feux qui semblent empruntés à une 166, lui donne de la stature, en même temps qu'elle garantit une bonne contenance pour les bagages. Le signe distinctif de la 156 a disparu (les poignées de porte arrière dissimulées dans le montant) au profit de poignées plus classiques, mais tout aussi plaisantes. Par rapport à la fluette 156, la 159 a pris de l'étoffe. Sa longueur atteint 4,66 m (+ 22 cm), sa largeur 1,82 m et sa hauteur 1,47 m, tandis que l'empattement s'établit 2,7 m, gage d'une très grande stabilité. Soit un gabarit proche de la 166, et donc une habitabilité en forte hausse.

L'intérieur, lui, a bénéficié de beaucoup de soin pour séduire, avec des matériaux plus sérieux qu'avant. Et on retrouve avec plaisir les deux gros compteurs ronds typiques de chez Alfa, une console orientée vers le conducteur, et des inserts aluminium pour égailler l'ensemble. Beaucoup de nouveautés sur le plan technique.

L'Alfa 159 est bâtie sur une toute nouvelle plateforme… conçue à l'origine chez… General Motors pour une future Saab ! Cette plateforme dite « Premium » a été finalement abandonnée au groupe Fiat dans le cadre d'une coopération technique, et c'est la 159 qui en a hérité la première, sachant qu'on la retrouvera à l'avenir sur d'autres modèles.

L'éventail des motorisations proposées est large. On retrouvera dans la gamme essence un 1.9 de 160 chevaux, un 2.2 de 185 chevaux, tandis qu'au sommet trônera un V6 3.2 de 260 chevaux. Non, pas le beau et mélodieux V6 Alfa qui hélas prendra sa retraite, mais un V6 d'origine Holden (un autre héritage GM) dont on espère qu'il aura acquis l'esprit d'un pur sang italien…Et du côté des diesel, on n'aura que l'embarras du choix entre deux 1.9 JTD de 120 et 150 chevaux et un cinq cylindres 2.4 de 200 chevaux, le même que celui de la Brera. Tous seront équipés d'un filtre à particules, bravo ! Enfin, certaines versions de la 159 pourront bénéficier d'une transmission intégrale Q4 de type Torsen, dont on espère qu'il induira un certain caractère de propulsion. La commercialisation est prévue pour le mois de juin 2005.

Voir plus de photos

Avis des propriétaires

Commentaires