Salon de Genève 2003

PEUGEOT Hoggar

Jean-François Destin le 01/01/2003

Peugeot nous a concocté pour le Salon de Genève le Peugeot Hoggar, buggy à deux moteurs.

Voir plus de photos

Plus encore que les nouveaux modèles, les concept-cars possèdent l'immense avantage de nous projeter dans un futur fantastique où contraintes économiques et normes en tous genres ne freineraient pas l'imagination des ingénieurs. Ainsi en va t'il du Hoggar, buggy à deux moteurs que Peugeot nous a concocté pour le Salon de Genève 2003.

On sait le penchant de la firme de Sochaux pour les grands espaces désertiques et les dunes de sable. Déjà en 1996, l'étude Touareg reprenait l'architecture d'un Buggy 4X4 curieusement animé par un moteur ... électrique. C'était à une époque où l'on croyait à un bond technologique des batteries permettant d'augmenter les performances et l'autonomie tout en réduisant le temps de recharge.

Les progrès se faisant attendre, Peugeot roi du diesel et fier (à juste titre) de sa famille HDI a préféré truffer le Hoggar de deux 4 cylindres 2.2l HDI de 180 chevaux chacun. On les trouve implantés à l'avant et à l'arrière, chacun étant chargé de délivrer sa puissance au train roulant sur lequel il repose. 300 chevaux et un couple cumulée de 800 Nm pour un poids estimé à 1300 kg, on est là en présence d'un petit dragster des sables propre à écœurer tous les concurrents du Paris-Dakar.

Visible de chaque côté pour faire plus fun, la ligne d'échappement de chacun des deux moteurs comprend un catalyseur, un filtre à particule, le fameux FAP et un silencieux. La ligne gauche correspond au moteur avant, la ligne droite au moteur arrière. Les deux radiateurs de refroidissement sont reculés devant le pare-brise pour réduire au minimum le porte-à-faux avant.

Très rapide et performant, le Hoggar saurait aussi se montrer économe, l'électronique de commande globale (appelé le superviseur) gère le fonctionnement harmonieux des deux propulseurs et peut le cas échéant en supprimer un si la demande de puissance se réduit. Pilotées par des actionneurs hydrauliques à commande électrique, les boites de vitesses sont reliées à un changement de vitesses de type séquentiel avec palettes sous le volant. Un mode totalement automatique est également disponible.

A grands débattements pour mieux avaler les dunes, les suspensions se composent de triangles superposés en alliage léger et de combinés ressorts/amortisseurs à gaz, chaque train bénéficiant d'une barre antidévers. Quatre disques ventilés, des étriers à six pistons et des jantes en alliage de 21 pouces de diamètre complètent ces liaisons au sol high-tech.

Mais les visiteurs du Salon de Genève retiendront surtout le style racé et l'élégante présentation futuriste du Hoggar long de 3.96m. Vu du dessus, sa forme est sublime. Peugeot l'a voulu extrême, iréel pour "engendrer des rêves d'espaces illimités". Comme sur les prototypes RC pique et carreau, le capot se termine à l'avant par une pointe verticale recevant un gros lion, emblème de la marque.

Epurée, nette, la planche de bord presque totalement dépourvue de boutons fait la part belle au cuir, lequel laisse apparaître au centre deux conduits en alu présentant un compte-tours et un compteur kilométrique du plus bel effet. Un écran tactile derrière la commande de boite permet aux deux occupants d'obtenir nombre d'informations -le vent, l'inclinaison du véhicule mais aussi le guidage GPS et bien sûr les points cardinaux pour ... ne pas perdre le nord !

Parmi les équipements figurent un caméra, des détecteurs de proximité et des feux de position façon "cristal taillé" bleuté.

Avis des propriétaires

Commentaires