Salon de Genève 2002

VENTURI Fétish

Jean-François Destin le 01/01/2002

Partagez

réagir

Minimaliste mais attractive, tout en rondeurs et arborant un grand V à la pointe de son bec d'aigle, la Ventury Fétish est un drôle de roadster tout bleu trônait au beau milieu du hall principal du Palexpo.

Voir plus de photos

Minimaliste mais attractive, tout en rondeurs et arborant un grand V à la pointe de son bec d'aigle, un drôle de roadster tout bleu trônait au beau milieu du hall principal du Palexpo. La Fétish, tel est son joli nom, entend réincarner Venturi. Du moins, c'est le vœu de Gildo Pallanca Pastor, un investisseur immobilier monegasque propriétaire de la marque depuis juillet 2001. On est bien loin de la première MVS (Manufacture de Voitures de Sport) qui a vu le jour dans l'ouest de la France. Bien loin aussi des dernières luxueuses et puissantes Venturi GT devenu sur circuit la voiture "fétiche" sans jeu de mots, des Gentleman Drivers.

Gildo Pastor, débordé de demandes d'interviews pendant les journées de presse du Salon helvétique ne cache pas qu'il fallait repartir sur d'autres bases et trancher sur un passé qui s'est mal terminé. Passionné d'automobiles, il mène cette résurrection entouré de quelques bons spécialistes, en particulier de Sacha Lakic, auteur du design de Fétish.

Ce styliste indépendant, un moment dans l'équipe Peugeot, s'est fait connaître en dessinant notamment le roadster de Voxan, la moto française d'Issoire. L'esquisse de Fétish ne manque pas d'attraits même si certains y ont vu une résurgence d'un bio-design un peu dépassé.
Sensuelle sans être racoleuse, elle bénéficie d'une carrosserie en composite reposant sur un chassis en aluminium. Une recette qui pourrait s'apparenter à celle d'une Alpine moderne.
Placé en position centrale arrière, le moteur (un 2l de 180 ch qui viendrait paraît-il de chez Renault) associé à une boite à 5 rapports entraînerait la voiture à 225 km/h et la ferait passer de 0 à 100 km/h en 6 secondes.

Dépouillé de tout équipement de confort, l'habitacle réunit le strict minimum et notamment trois compteurs style moto rassemblés derrière le volant.

Pour l'instant sans partenaires industriels et commerciaux, Gildo Pallanca Pastor laisse entendre qu'il possède de solides contacts pour pouvoir fabriquer à moyen terme 500 Fetish par an. Son objectif : afficher un prix ne dépassant pas les 35000 €.

Partagez

réagir

Avis des propriétaires

Commentaires